Summer
league
Summer
league
CHI96
MIL89
NYK90
CHA94
BOS114
MIA119
PHI94
DET81
TOR48
OKC27
POR18
SAS28
DAL
UTH4:30
GSW
PHO5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Blessure de Derrick Rose : Michael Jordan se souvient…

La superstar des Bulls qui se blesse et qui est écartée des terrains pendant plusieurs mois, c’est une situation déjà connue à Chicago.

La blessure de Derrick Rose contre Philadelphie au premier tour des playoffs, ainsi que sa longue indisponibilité ont rappelé des vieux souvenirs aux fans des Bulls. Lors du troisième match de la saison 1985-86, Michael Jordan s’était fracturé le pied. Il avait alors manqué 64 matches.

Jerry Reinsdorf, le patron des Bulls, n’a donc pas pu éviter la comparaison. Et c’est surtout la gestion de l’après blessure que Reinsdorf veut apprendre du passé.

« Je ne vais pas le laisser revenir tant que les médecins ne me diront pas qu’il est totalement apte à jouer. J’ai fait l’erreur avec Michael Jordan, il y a plusieurs années, je pense qu’on l’a fait revenir trop tôt. Ça s’est finalement bien passé, mais ça aurait pu mal tourner. Cette fois-ci, je ne vais pas faire cette erreur » avait-il expliqué à ESPN.

Reinsdorf : « j’étais effrayé à l’idée que Jordan se blesse à nouveau »

En effet Jordan avait, contre l’avis de Reinsdorf, rejoué à la fin de la saison. Les huit derniers matches avant d’attaquer les playoffs (souvenez-vous de ses 63 points face aux Celtics…). Les médecins estimaient alors qu’il y avait 10 % de chances de rechute pour la jeune star des Bulls.

« J’étais effrayé qu’il se blesse à nouveau, et cela aurait pu être la dernière de Michael Jordan sur un terrain. »

Jordan a bien évidemment réagi aux propos de Reinsdorf. Les deux hommes n’ayant pas été les meilleurs amis du monde lors de la carrière de l’ancien MVP des Bulls. Et la réplique est cinglante car Jordan, plus que n’importe qui, a de la mémoire.

« J’ai ma vision des choses.J ‘ai été joueur, j’ai été dans cette situation, et je voudrais assurément consulter le joueur et ne pas prendre son opinion (celle de Reinsdorf), ses désirs ou ses sentiments pour acquis. Il faut prendre en compte cela. À l’époque, j’ai été dans un processus de rééducation où je pouvais faire deux heures d’entraînement, mais seulement 7 minutes par mi-temps. Rien n’était plus agaçant que ça. C’était frustrant »

Michael Jordan ne supportait pas le « tanking »

La politique des Bulls est alors claire : la saison est fichue, et il faut laisser filer les matches pour avoir un bon choix de draft, même si les playoffs sont possibles. Une situation inacceptable pour un compétiteur comme Jordan, même si aujourd’hui dans la peau du dirigeant, il comprend mieux la complexité de ce sujet.

« Ils voulaient se positionner pour la draft, et je leur en voulais. Je n’avais pas l’impression d’être un joueur important. Mais je voulais jouer. Reinsdorf avait une conception des choses différentes de moi… Maintenant que je suis propriétaire je comprends un peu mieux. Mais ce n’est pas moi qui disait que je pouvais jouer, c’était le médecin du club. Je comprends ce business et la nécessité de voir sur le long-terme, mais il faut prendre en considération le joueur et comment il réagit à la douleur. »

Mais comme il n’oublie pas de le rajouter, Jordan a été aussi et surtout joueur, il connaît cette expérience douloureuse, et pas Reinsdorf.

« C’est la différence entre Jerry et moi-même, j’ai été dans cette situation, j’ai vécu ça. Et si je connais assez bien le joueur, je peux comprendre ce qu’il est entrain de vivre. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *