Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.75MEM2.09Pariez
  • ORL1.9PHI1.91Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Il y a 32 ans, Magic Johnson terrassait les Celtics d’un bras roulé

Une des actions les plus marquantes de l’histoire de la grande ligue.

Nous sommes le 9 juin 1987. Il y a 32 ans, jour pour jour. Cette année-là, Magic Johnson est élu MVP pour la première fois de sa carrière, et en finale, il retrouve son ennemi intime : Larry Bird.

En 1987, les Lakers sont au-dessus du lot. Ils ont terminé la saison avec un superbe bilan (65v-17d), et ils n’ont perdu qu’une fois en playoffs, balayant notamment les Nuggets et les Sonics. À l’inverse, Boston a galéré, poussé dans ses derniers retranchements face aux Bucks et aux Pistons (victoires 4-3).

À domicile, les Lakers confirment leur grande forme pour mener 2-0 (126-113, puis 141-122). Les Celtics se révoltent dans le Game 3 grâce notamment au surprenant Greg Kite, et on se retrouve donc pour le Game 4 au Boston Garden.

Les Celtics lâchent les chevaux et ils jouent trois quart-temps quasi parfaits, avec un Larry Bird en feu dans le 3e quart-temps. L’attaque « Show Time » des Lakers est limitée à 78 points, et Boston mène de 7 points au début du money time. Mais les stars des Lakers se réveillent. Jabbar égalise (95-95) à 5 minutes de la fin, mais Boston répond par un 8-0 ! Il reste 3 minutes à jouer. Bird et les siens pensent avoir fait le plus dur dans un Garden plus bouillant que jamais.

Une fin de match étouffante

Mais les Lakers vont d’abord chercher des lancers par le duo Thompson-Jabbar, puis Michael Cooper plante un 3-points ! Parish puis McHale perdent des ballons, et sur un alley-oop entre Magic et Jabbar, les Lakers prennent les commandes du match (104-103) à 29 secondes de la sirène !

Temps-mort Boston. Sur la remise en jeu, Larry Bird est serré de près par James Worthy qui lui tient même le maillot ! Les arbitres ne bronchent pas. Bird ne peut rien faire alors Dennis Johnson joue poste bas pour Parish. Et Bird décide de faire écran pour libérer Ainge. La balle circule bien. Parish pour Johnson. Johnson pour Ainge qui se retrouve à 4 mètres pour shooter. James Worthy monte sur lui. Il délaisse Bird pendant une seconde… Ce bon Larry est dans le corner. Ainge l’a vu. Il le sert, et Bird fait mouche à 3-points ! 106-104 pour Boston. Il reste 12 secondes. Temps-mort Lakers.

Le système est pour Jabbar. Le grand Kareem est servi au poste de bas, et il entame son bras roulé. McHale vient aider Parish, et fait faute. Kareem ne met qu’un lancer sur deux, mais les Lakers récupèrent la touche…

Il reste 7 secondes, et Boston mène 106-105. Riley demande un temps-mort. Les « Beat LA » résonnent dans la salle. Même Red Auerbach est debout.

Sur la remise en jeu, Magic part en drive dans la raquette avant de se retrouver devant un mur composé de McHale, Bird et Parish. Il se prend pour Kareem Abdul-Jabbar avec un « sky hook » difficile mais maîtrisé. La balle passe au-dessus de la montagne de bras avant d’achever sa course dans le filet. Bingo !

« On pouvait imaginer perdre ce match sur un skyhook mais on ne pouvait pas prévoir qu’il viendrait de Magic », dira Larry Bird.

Bien qu’assommés par ce « junior sky hook » comme le surnommera Magic, les Celtics gagneront le match suivant à domicile avant de tomber dans le Game 6.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Los Angeles Lakers en 1 clic

Orlando Magic en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés