Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

7 novembre 1991, Magic Johnson révèle sa séropositivité

La nouvelle fut un terrible coup de massue pour la NBA en particulier, mais aussi pour le monde du sport en général. Pour tout le monde, Magic Johnson était condamné à très brève échéance.

Chacun de nous se souvient précisément ce qu’il faisait le 11 septembre 2001, le 13 novembre 2015 ou plus récemment le 26 janvier 2020… Et le 7 novembre 1991 ? Plus dur… Sauf pour le regretté Kobe Bryant. Grand fan des Lakers et de Magic, le « Black Mamba » se faisait envoyer les K7 des matches en Italie, où jouait son papa Joe. En 1991, la famille s’installe à Mulhouse. C’est donc en France que Kobe apprend la séropositivité de son idole. Quelques jours plus tôt, les Lakers et Magic Johnson étaient d’ailleurs en France pour défier le CSP Limoges et Badalone.

Ce 7 novembre, quelques mois après la défaite des Lakers en Finales NBA contre les Bulls (1-4), et donc quelques jours après son passage en France, Magic Johnson donne une conférence de presse pour annoncer son retrait immédiat des parquets à cause de la maladie.

« Kobe était inconsolable », raconte sa sœur Sharia. « Il a fondu en larmes en apprenant la nouvelle et pendant une semaine, il a loupé tous les repas. Ce fut très, très dur pour lui… »

Compte tenu des progrès de l’époque dans la recherche d’un traitement, Magic est, aux yeux du grand public, condamné. On lui donne au mieux 4 ou 5 ans. Le 23 du même mois, le charismatique chanteur du groupe Queen, Freddie Mercury, fait rédiger un communiqué pour révéler qu’il souffre lui-même du sida. Il succombera le lendemain, emporté par une pneumonie qui a raison de ses dernières forces.

« A cause du virus que j’ai contracté, je dois me retirer de l’organisation des Lakers »

Ce 7 novembre, dans la matinée, un coup de fil est passé aux organes de presse. « Conférence de presse à 14h au Forum (ndlr : l’ancienne salle des Lakers). Annonce majeure. Concernant Magic. »

Le meneur californien n’est pas réapparu depuis une semaine et un match à Utah. On devine que quelque chose cloche, que Magic ne reviendra pas immédiatement mais tout le monde est dans le flou… L’encadrement avait fait savoir que Johnson souffrait d’un virus, qu’il se sentait faible, qu’il avait perdu du poids. Et qu’il reprendrait sa place dès que possible.

Ce 7 novembre, la rumeur se répand comme une traînée de poudre dans les rédactions. A 32 ans et après 12 ans de NBA (9 Finals et 5 titres), Johnson est gravement malade. Magic a appelé Larry Bird, Isiah Thomas, Michael Jordan et Pat Riley pour les prévenir individuellement. Il ne voulait pas qu’ils apprennent la vérité aux infos. Le n°32 des Lakers est séropositif. Il va se retirer des parquets.

Le quintuple champion NBA arrive au Forum aux alentours de midi. Mike Dunleavy, le coach, a réuni tous ses coéquipiers au locker room. Ils sont mis dans la confidence. Et prennent un énorme coup de massue sur la tête. Pendant ce temps, les journalistes attendent en silence. Le Magic qui se présente à eux n’est pas celui qu’ils connaissent. Le sourire éclatant a disparu. Grave et sombre, Magic avance jusqu’au micro : « A cause du virus que j’ai contracté, je dois me retirer de l’organisation des Lakers. »

Stupeur dans l’assemblée. La salle, pleine à craquer, est sous le choc. Abasourdie. Certains ont des larmes aux yeux. Debout aux côtés de David Stern, Jerry West et Kareem Abdul-Jabbar, Johnson affiche calme et détermination. Il promet de consacrer sa vie à « vaincre ce virus mortel ». De devenir un porte-parole de la lutte contre le sida. « Vous devez vous protéger. Je suis la preuve que cela peut arriver à n’importe qui. Même à moi, Magic Johnson. »

« Je vais vivre encore longtemps »

Comment a-t-il contracté la maladie ? Combien de temps lui reste-t-il à vivre ? Questions bottées en touche. On lui a conseillé d’arrêter le sport pour ne pas affecter son système immunitaire. Sa femme Cookie n’est pas atteinte. L’enfant qu’elle attend non plus.

« Ce n’est pas comme si ma vie était foutue. Parce qu’elle ne l’est pas. Je vais continuer à vivre. Rien n’a changé. Je dois juste suivre un traitement et quitter la franchise. C’est un nouveau défi dans ma vie. Je vais continuer à mener ma petite vie et vivre encore longtemps. Vous me reverrez. J’ai l’intention de rester proche des Lakers. Bien sûr, les batailles et les guerres vont me manquer. Vous me manquerez tous. Mais la vie continue. Je vais continuer ma route. Je vais vaincre cette maladie et je vais continuer à m’amuser », conclut-il sans parvenir à contenir son émotion.

C’est le Dr Michael Mellman qui eut le premier connaissance de l’état de santé de Magic. Il appela Johnson à Salt Lake City et lui demanda de revenir immédiatement à Los Angeles. Johnson ne put encaisser la terrible nouvelle, ni admettre qu’il lui faudrait renoncer au basket. Toute sa vie… Il demanda un deuxième test puis un troisième. Tous les deux identiques au premier. Le 5 novembre 1991, les Lakers doivent affronter les Clippers pour le troisième match de la saison régulière. Magic fait savoir à la presse qu’il est encore grippé. C’est ce même jour qu’il reçoit le résultat du troisième test…

Plus tard, Magic reconnut avoir eu plusieurs partenaires tout au long de sa vie. Dans un classement établi par ESPN en 2004, l’annonce de sa séropositivité fut classé « 7e événement le plus mémorable » des 25 années précédentes. Johnson n’était ni gay, ni bisexuel. Il accusa Isiah Thomas d’avoir fait courir la rumeur contraire. De là daterait la fin de leur amitié, réparée depuis.

Magic signa un retour triomphal à Orlando pour le All-Star Game 1992 (MVP avec 25 pts, 5 rbds et 9 pds en 29 mn). L’été suivant, il participait aux J.O. de Barcelone avec la « Dream Team ». Depuis, il va bien, et même très bien. Il n’a jamais développé la maladie, et il a fêté ses 61 ans cet été. Mais Kobe Bryant n’était plus là pour lui souhaiter…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Los Angeles Lakers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés