Summer
league
Summer
league
MIA102
OKC73
HOU73
DET87
MEM108
DAL88
PHI95
POR97
SAC82
UTH70
LAL49
BOS65
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Dan Hurley réfute s’être servi des Lakers pour augmenter son salaire à Connecticut

NBA – Le coach de UConn en NCAA a refusé l’offre des Lakers, estimée à 70 millions de dollars. Revalorisé par son université, il nie avoir profité des rumeurs pour faire gonfler son salaire.

Dan HurleyComment peut-on refuser de coacher les Lakers pour 70 millions de dollars ? Il suffit de demander à Dan Hurley, qui vient de le faire, préférant rester à Connecticut en NCAA pour viser un historique triplé en 2025.

Mais il ne faut pas croire que le coach a choisi cette option avec légèreté. « Cette décision m’a fait mal au cœur », reconnaît-il. « Dimanche soir, lundi matin, quand j’avais cette deadline dans la tête, j’étais déchiré et je ne savais pas vraiment ce que j’allais faire avant d’aller me coucher. »

Dans la foulée de ce refus, on a appris que Dan Hurley, prolongé pour six ans et 33 millions de dollars en 2023, allait voir son salaire être revalorisé à Connecticut. Les contacts avec les Lakers ont-ils été utiles pour faire monter les enchères auprès de son université ?

L’argent important pour partir, pas pour rester

« Une des pires choses que j’ai entendues, c’est que j’ai utilisé ce levier pour améliorer ma situation à UConn », assure le technicien. « Je n’ai pas besoin de ça ici, on a gagné deux titres universitaires de suite. Ça n’a jamais été un levier pour moi. J’avais un contrat depuis plusieurs semaines, et la question du salaire était réglée depuis un moment. Après, il y a le NIL, les salaires du staff et différentes choses que je voulais ajuster et avec lesquelles je ne suis pas encore à l’aise. Mais l’idée qu’il s’agisse d’une conspiration pour obtenir un meilleur contrat à UConn, c’est tout simplement une théorie paresseuse. »

En revanche, le double champion NCAA ne nie pas que, pour le faire venir à Los Angeles, la franchise californienne aurait sans doute dû lui offrir un plus gros chèque.

« Pour partir, il y a un certain chiffre à atteindre. Pour partir, à n’importe quel moment de sa vie, les finances sont importantes. On ne peut pas dire que ce n’est pas un facteur », assume-t-il. « Pour rester, ce n’est pas un problème. Pour rester quelque part, comme à UConn, ce ne sera jamais une question d’argent. »

Néanmoins, l’idée d’entraîner les Lakers était particulièrement tentante.

« C’est quelque chose que je voulais explorer. C’était l’opportunité d’entraîner les Lakers, d’entraîner l’un des plus grands joueurs de tous les temps, d’entraîner l’un des meilleurs joueurs de la NBA [Anthony Davis], de diriger une franchise aussi riche en histoire et de marcher dans les pas de certains des plus grands coachs de tous les temps, Pat Riley et Phil Jackson. C’était quelque chose que j’avais en tête et que je devais explorer et considérer. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →