Matchs
NBA hier
Matchs
hier
IND102
BOS105
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Preview Playoffs 2024 | Denver Nuggets (2) – LA Lakers (7)

NBA – Obstacle de taille pour les Lakers, qui défient d’entrée de playoffs les Nuggets, champions en titre et qui sont devenus leur bête noire.

Preview Denver Nuggets - Los Angeles Lakers NuggetsLakers, acte III. Après 2020 et 2023, les deux équipes se retrouvent en playoffs et, contrairement à ces deux années-là, c’est dès le premier tour et non en finale de conférence qu’elles croisent le fer. Place à la belle entre Denver et Los Angeles, après le triomphe des premiers en 2023 et celui des seconds en 2020, dans une série qui peut autant virer à la correction qu’au Game 7.

Sur le papier, les champions en titre du Colorado partent avec un avantage, car ils semblent collectivement au-dessus de la mêlée à l’Ouest, même s’ils n’ont terminé « que » 2e de leur conférence, mais à égalité avec le leader (57-25), Oklahoma City. Toujours si rayonnants dans le sillage de Nikola Jokic et Jamal Murray, les hommes de Michael Malone visent le doublé et ils entrent en piste face à leur victime préférée depuis un an : les « Purple & Gold », défaits huit fois de suite par les Nuggets (dont cinq fois dans les cinq dernières minutes), mais qui ont des arguments à faire valoir pour créer la surprise.

Car les Lakers, de plus en plus efficaces offensivement, surfent sur une belle dynamique depuis un mois et, au sortir d’un play-in une nouvelle fois couronné de succès, ils abordent ce premier tour avec confiance, semblant retrouver leur réussite de décembre, quand ils remportaient l’In-Season Tournament. Leurs principaux éléments sont quasiment tous épargnés par les blessures (si ce n’est Jarred Vanderbilt) et la simple présence du tandem LeBron James – Anthony Davis suffit à espérer l’upset…

PRÉSENTATION DES NUGGETS

Les titulaires : J. Murray, K. Caldwell-Pope, M. Porter Jr, A. Gordon, N. Jokic
Les remplaçants : C. Braun, R. Jackson, P. Watson, Ju. Holiday, Z. Nnaji, D. Jordan…
Absents : V. Cancar, C. Gillepsie
Le coach : M. Malone

Les champions en titre sont repartis avec un groupe quasiment inchangé et grand bien leur en a pris, puisqu’ils ont terminé avec le meilleur bilan de la conférence Ouest, à égalité avec le Thunder.

En route vers un troisième trophée de MVP, Nikola Jokic est fidèle à lui-même dans l’excellence, Jamal Murray n’a jamais semblé aussi fort et efficace, Aaron Gordon continue d’être le parfait pendant du « Joker » dans la raquette, Michael Porter Jr. est une solide troisième option offensive et Kentavious Caldwell-Pope excelle toujours comme « 3&D » qui fait le sale boulot. Un groupe taillé pour les playoffs et le doublé, malgré un banc un poil limité.

LE POINT FORT

Un groupe sûr de ses forces. Autour Jamal Murray et Nikola Jokic, qui continuent sans doute de former le meilleur duo de la ligue, les Nuggets développent un basket pour le moins léché et attractif, où tout le monde connaît son rôle et joue avec confiance. Le résultat de leur titre obtenu l’an passé et, très souvent cette saison, on les a vus se tirer de situations chaudes simplement grâce à leur maîtrise collective et la bonne application du plan de jeu de Michael Malone. Le propre de ces grandes équipes que l’on ne voit que très rarement paniquer, mais plutôt s’en remettre à ce qu’elles savent faire de mieux, dans le sillage de leurs leaders.

LE POINT FAIBLE

Des rotations moins sûres. Avec les départs de Bruce Brown et de Jeff Green l’été dernier, les Nuggets ont perdu leurs deux remplaçants phares et Michael Malone a souvent eu du mal à trouver la bonne formule en sortie de banc, afin de faire souffler son cinq (plus que) majeur. Désormais, ce sont ainsi Christian Braun, Reggie Jackson, Peyton Watson et Justin Holiday qui doivent assurer le relais de leurs titulaires, mais l’ensemble paraît plus fragile qu’il y a un an et cela peut porter préjudice à Denver certains soirs, même si les rotations se réduisent en playoffs.

playoffs

PRÉSENTATION DES LAKERS

Les titulaires : D. Russell, A. Reaves, L. James, R. Hachimura, A. Davis
Les remplaçants : S. Dinwiddie, G. Vincent, T. Prince, J. Hayes, M. Christie…
Absents : J. Vanderbilt, C. Wood, C. Reddish, J. Hood-Schifino
Le coach : D. Ham

Leur confiance gonflée à bloc depuis un mois, les Lakers se considèrent meilleurs que la saison dernière et donc capables de faire chuter les champions en titre de Denver d’entrée de playoffs.

À condition que les Christian Wood, Cam Reddish et surtout Jarred Vanderbilt puissent être disponibles, pour entourer encore mieux cet axe LeBron James – Anthony Davis qui doit déjà recevoir l’aide de D’Angelo Russell, Austin Reaves et Rui Hachimura, ses trois principaux soutiens depuis que Darvin Ham a trouvé son cinq de départ. Suffisant pour espérer aller loin, mais l’est-ce toutefois pour embêter réellement les Nuggets ?

LE POINT FORT

La dynamique du moment. Comme la saison dernière, les Lakers jouent leur meilleur basket au printemps et, depuis le All-Star Break, ils se trouvent dans le Top 5 des meilleurs bilans de la ligue (18-9), en s’appuyant sur une attaque efficace (117.3 points encaissés sur 100 possessions). LeBron James se dit plus en forme qu’il y a un an, Anthony Davis reste une arme de destruction dans la raquette, D’Angelo Russell a retrouvé son basket et les Austin Reaves, Rui Hachimura, Gabe Vincent, Taurean Prince et autres Spencer Dinwiddie représentent des soldats de choix pour le trio majeur de Los Angeles. Tous les voyants sont au vert ?

LE POINT FAIBLE

– L’impact intérieur. Rui Hachimura est complémentaire d’Anthony Davis par sa capacité à avaler les espaces sur jeu rapide et son jeu face au cercle, mais ce n’est pas un défenseur-rebondeur comme Jarred Vanderbilt, ce qui peut s’avérer problématique en playoffs contre une formation bien équipée dans la raquette comme les Nuggets de Nikola Jokic et Aaron Gordon. Gare à ne pas accorder trop de rebonds offensifs aux champions en titre, qui sauront davantage en profiter que des Pelicans qui ont déjà bien fait souffrir les Lakers avec Zion Williamson. Malgré la présence de l’indispensable Anthony Davis, qui n’a toutefois pas trouvé la clé pour ralentir Nikola Jokic…

playoffs

LA CLÉ DE LA SÉRIE

La gestion des moments-clés. Face à cette équipe aussi disciplinée et tueuse de chaque côté que les Nuggets, les Lakers se sont trop souvent effondrés dans les dernières minutes depuis un an, alors qu’ils étaient devant ou à égalité durant presque toute la rencontre. Le talon d’Achille de ces « Purple & Gold » qui ont semble-t-il développé une sorte de complexe d’infériorité face à leur nouvelle bête noire, qui sait pertinemment comment les faire déjouer et où appuyer quand il le faut, contrairement à eux. Aux Angelenos d’apprendre de leurs erreurs en playoffs, car Denver sait désormais quoi faire pour les punir.

SAISON RÉGULIÈRE

Denver 3-0

– 24 octobre : Denver – Los Angeles (119-107)
– 8 février : Los Angeles – Denver (106-114)
– 2 mars : Los Angeles – Denver (114-124)

VERDICT

Denver 4-1. Les Lakers ont beau partir plus confiants qu’il y a un an, franchir l’obstacle des Nuggets paraît encore insurmontable. Surtout quand personne ne semble en mesure de tenir Nikola Jokic, malgré Anthony Davis ou Rui Hachimura, ou Jamal Murray, malgré D’Angelo Russell, Austin Reaves, Gabe Vincent ou Spencer Dinwiddie. Dans ces conditions, et même si LeBron James est physiquement plus affûté qu’en 2023, ça semble toujours trop juste sur la durée face à une armada aussi expérimentée.

Face à une équipe de Denver qui répète qu’elle possède le meilleur cinq majeur de la ligue, et qui a sans doute raison de le penser, Los Angeles devrait mettre fin à sa série de défaites, mais difficile de voir LeBron James et sa bande dominer quatre rencontres sur sept. Avec notamment un axe Jokic/Murray qui sait trouver des failles dans la défense des Lakers, notamment face aux défenseurs limités que sont D’Angelo Russell et Austin Reaves.

D’autant que les « role players » du Colorado, comme Aaron Gordon, Michael Porter Jr. ou Kentavious Caldwell-Pope sont beaucoup plus fiables et déterminants de chaque côté du parquet que ceux des « Purple & Gold ».

Pour espérer l’emporter, les Lakers auront sûrement besoin d’un très grand D’Angelo Russell, sûrement revanchard après sa finale de conférence ratée l’an passé, et d’une baisse de régime conséquente du cinq majeur des Nuggets. En ce sens, il faudra surveiller « MPJ », qui pourrait être affecté par les problèmes de ses frères. Mais par rapport aux dynamiques et aux forces en présence, les Nuggets semblent tout de même avoir pas mal de certitudes supplémentaires, par rapport aux Lakers.

CALENDRIER

Game 1 : à Denver, samedi 20 avril (02h30, dans la nuit de samedi à dimanche)
Game 2 : à Denver, lundi 22 avril (04h00, dans la nuit de lundi à mardi)
Game 3 : à Los Angeles, jeudi 25 avril (04h00, dans la nuit de jeudi à vendredi)
Game 4 : à Los Angeles, samedi 27 avril (02h30, dans la nuit de samedi à dimanche)
Game 5* : à Denver, lundi 29 avril (à déterminer, dans la nuit de lundi à mardi)
Game 6* : à Los Angeles, jeudi 2 mai (à déterminer, dans la nuit de jeudi à vendredi)
Game 7* : à Denver, samedi 4 mai (à déterminer, dans la nuit de samedi à dimanche)

* Si nécessaire.


Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités