Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Warriors ont même perdu leur avantage du terrain

NBA – Avec 11 victoires pour 11 défaites au Chase Center, et 5 défaites lors des 7 derniers matchs, les Warriors ne peuvent même plus compter sur leur parquet pour redresser la barre.

Stephen Curry, Klay Thompson et les WarriorsDepuis l’arrivée de Steve Kerr à Golden State à l’été 2014, et à l’exception d’une saison 2019/20 ravagée par les blessures, l’Oracle Arena puis le Chase Center ont toujours été parmi les salles NBA les plus difficiles à conquérir pour les adversaires.

Golden State n’avait jamais perdu plus de 12 matchs à domicile en une saison. Cette année, ils en ont déjà perdu 11 pour un bilan de seulement 50% de victoires. Décevant. Troublant même, d’autant plus que pour la deuxième fois de la saison, les Warriors n’ont pas réussi à capitaliser sur une longue période sans interruption à domicile.

Le bilan des Warriors à domicile

Après avoir commencé la saison avec 6 victoires et 3 défaites, dont 7 matchs à l’extérieur, et un revers encourageant à Denver, les Warriors ont enchainé six matchs de suite à domicile. C’était l’occasion rêvée pour s’installer dans le haut du classement de la conférence Ouest mais ils ont perdu 5 de ces 6 matchs.

« L’équipe la plus silencieuse de la ligue »

Après cinq victoires consécutives et une nouvelle défaite encourageante à Denver le jour de Noël, les Warriors se trouvaient avec un bilan de 15 victoires et 15 défaites avant d’enchainer 7 matchs consécutifs au Chase Center, avec pour ambition de recoller à la 6e place de leur conférence. Ils ont perdu 5 de ses 7 matchs, terminant par deux roustes face aux Raptors (-15) et des Pelicans (-36).

« Lors des deux derniers matchs, nous n’avons pas été compétitifs, » se lamentait un Steve Kerr au visage fermé. « On doit mieux défendre, on doit faire des stops. On ne peut pas se permette d’encaisser 141 points. Ce soir, ils (les Pelicans) ont fait ce qu’ils ont voulu en attaque. »

Lors de ces sept matchs à domicile, les Warriors affichent la 29e évaluation défensive de la ligue. Manquer de réussite est une chose, mais jouer sans la moindre intensité après avoir été humilié par les Raptors dimanche dernier est difficile à comprendre pour les fans des Warriors qui ont hué leur équipe pour la deuxième fois de suite cette nuit. Il a fallu l’entrée de Cory Joseph, le troisième meneur, pour voir Golden State se réveiller en défense.

« Nous sommes l’équipe la plus silencieuse de la ligue. Sans Draymond (Green), et sans Chris (Paul), il n’y a pas beaucoup de communication, en particulier en défense et ça se voit, » diagnostiquait Steve Kerr. « On a besoin d’un Draymond, d’un Chris qui peut être l’âme de l’équipe et diriger les gars. Mais on a aussi besoin d’être plus dur. Nous ne tenons pas les drives, nous ne sommes pas assez physiques, nous manquons de discipline sur les écrans-retard. Si on ne fait pas de stops, nous n’avons aucune chance. »

La défaite au buzzer contre Denver suivi de la blessure de Chris Paul a sapé le moral des Warriors. Fragilité est le terme qui est le plus souvent revenu dans la bouche de Steve Kerr mais aussi de Klay Thompson et Stephen Curry. L’entraîneur est toujours à la recherche d’une rotation régulière, ajoutant à cette crise d’identité et à la difficulté pour les joueurs de trouver un rythme.

Plus de temps à perdre

Cette nuit, le contraste avec les Pelicans était saisissant. Vainqueurs de six de leurs sept derniers matchs, les hommes de Willie Green ont méticuleusement disséqué les Warriors, sans jamais relâcher la pression.

« Nous avons perdu confiance en nous. Nous sommes à un stade où nous avons perdu la foi, et ça peut arriver de temps en temps et c’est ce que nous visons en ce moment, » décrivait Steve Kerr. « Il n’y a qu’une manière de s’en sortir. Il faut qu’on se batte tous ensemble pour sortir la tête de l’eau. On a besoin de progresser et on a besoin de progresser rapidement parce que les matchs vont s’enchainer. »

Les Warriors s’envolent désormais pour quatre matchs à l’extérieur contre les Bulls, les Bucks, les Grizzlies, et le Jazz. Ils ont un bilan négatif loin de San Francisco et y ont seulement joué 15 matchs, le plus petit total de la ligue. Que ce soit à domicile ou à l’extérieur, Golden State va devoir trouver une solution, sans quoi, même une qualification en « play-in » risque d’être compromise.

« Personne ne va nous plaindre, » lançait un Stephen Curry moins loquace que d’habitude. « Nous nous sommes mis dans cette situation, à nous de nous en sortir. »

Propos recueillis à San Francisco.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités