Summer
league
Summer
league
DEN86
IND71
NOR61
MEM66
SAC23
WAS17
BRO
ORL2:00
CLE
LAL3:00
UTH
LAC4:00
HOU
MIN5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Quand la « Wembamania » s’empare du Chase Center

NBA – Dès son arrivée dans la salle des Warriors, tous les regards étaient braqués sur Victor Wembanyama et le Français n’a pas déçu.

Victor WembanyamaComme toujours lors d’un match à domicile de Golden State, le show débute une bonne heure avant la rencontre lors des échauffements. Les journalistes, les caméras et les fans se massent tous en direction de Stephen Curry pour voir le « shootaround » désormais légendaire du double MVP.

Cette nuit, quand il a émergé du tunnel pour commencer sa routine, flanqué de l’assistant des Warriors Bruce Fraser, les feux de projecteurs étaient cependant de l’autre côté du terrain, rivés sur Victor Wembanyama.

En onze saisons sur place à l’Oracle Arena et au Chase Center, c’est la première fois qu’on voit Stephen Curry se faire voler la vedette. Pendant une vingtaine de minutes, le Français de 19 ans a enchainé les tirs et les exercices montrant toute l’étendue de sa panoplie offensive. Tirs à mi-distance, « hook shot » main droite et main gauche, tirs à 3-points et enchainements de dribbles et de tirs de loin.

C’est pendant ce dernier exercice que les fans présents ont compris qu’ils étaient témoins de quelque chose d’unique. La combinaison de taille, d’envergure, de mobilité et d’adresse a laissé tout le monde pantois.

« Il fait encore plus grand en vrai ! »

« Tout le monde sait qu’il a un talent énorme, » disait Steve Kerr avant la rencontre. « Ça va être plaisant pour nous de jouer contre lui ce soir mais également pour nos fans de le voir en personne pour la première fois. »

« Il faut se frotter les yeux, on a l’impression de voir un joueur que l’on peut créer dans les jeux vidéos, » nous lançait James, un supporter des Warriors venu au match avec son fils, vêtu d’un maillot de Stephen Curry, pour voir le Français. « Il fait encore plus grand en vrai ! »

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que « Wemby » pose son empreinte sur le match. En l’espace de 90 secondes, le premier choix de la Draft a enchainé un crossover avec un tir à mi-distance au-dessus d’Andrew Wiggins, avant de punir Klay Thompson poste bas.

Les deux Warriors n’étaient pourtant pas au bout de leur peine. Ouvert à 3-points, le Canadien a pris son tir comme il le fait à chaque match, avant de voir l’ombre de Victor Wembanyama surgir pour le contrer. La finalité a été la même quand l’ailier de Golden State a tenté de déborder le Français avant de terminer avec un tir à reculons dans la raquette. Klay Thompson a connu le même sort, avant de voir « Wemby » écraser un dunk en transition.

Le potentiel des Spurs « très prometteur »

Après sept minutes sur le parquet en premier quart-temps, Victor Wembanyama comptait 12 points et 3 contres. Il finira la rencontre avec 19 points et 5 contres en 21 minutes avant de regarder les 18 dernières minutes sur le banc.

Dans son sillage, les Spurs sont montés en régime pendant la présaison, de plus en plus à l’aise avec leur nouveau cinq de départ. Ils ont terminé le match avec 36 passes décisives et une solide performance défensive. Après la rencontre, « Wemby » se disait encouragé par l’évolution de son équipe du premier match de présaison jusqu’à ce dernier à San Francisco.

« Vu qu’on s’était beaucoup entrainé avant l’ouverture du training camp, je savais déjà qu’on pouvait être compétitif mais maintenant j’en ai la certitude. On sera compétitif dès le début de saison, » confirme-t-il. « Quand on voit notre effectif et les combinaisons qu’on peut déployer. On a tellement de taille, on est tellement polyvalent. Sur beaucoup de matchs, nos résultats sont sur trois quart-temps puisque beaucoup de joueurs ont été mis sur le banc dans le quatrième, mais on a vu de vraies performances collectives. C’est très prometteur. »

Gregg Popovich compare l’arrivée de Victor Wembanyama à celle de LeBron James

Sur le plan individuel également, Victor Wembanyama, se disait également satisfait, et il voit déjà des axes de progression.

« Même avant la présaison, pendant nos entrainements à San Antonio pendant un mois, je pouvais sentir toute de suite que j’allais avoir un impact sur le jeu, que j’allais pouvoir aider l’équipe dans pleins de domaines, et que j’allais volontiers faire des sacrifices pour le bien du collectif, » explique-t-il. « Après la présaison, je peux dire que ça a été une bonne expérience pour me rendre compte de mes pistes d’améliorations avant de débuter la saison. »

Le contraste entre la sérénité dégagée par le numéro 1 des Spurs et le cirque qui existe autour de lui explique pourquoi Gregg Popovich ne se fait pas de souci pour son nouveau protégé. N’hésitant pas d’ailleurs à comparer sa situation à celle de LeBron James, désormais le plus vieux joueur en activité, quand il a débarqué dans la ligue.

« La hype autour de Victor est là depuis longtemps, c’est comme quand LeBron est arrivé en NBA. C’est comparable, je pense. Et évidemment, au début c’est quelque chose qui m’inquiétait et une de mes priorités était de trouver comment le protéger de tout ça, comment l’aborder avec lui et lui dire de faire attention à ceci ou à cela, » concède l’entraineur des Spurs. « Très rapidement, quand je lui faisais mes beaux discours, il me regardait avec l’air de dire : ‘Mais pourquoi est-ce qu’il me dit tout ça ?’ Il sait déjà comment gérer le cirque qui existe autour de lui parce qu’il en a l’expérience. Il a une forte personnalité, il a un sens de l’humour. Il est intelligent. Il sait comment appréhender toute cette attention. Donc, ce n’est plus quelque chose qui m’inquiète. »

On lui souhaite la même trajectoire que celle de LeBron James.

Propos recueillis à San Francisco.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités