Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.62MIL1.49Pariez
  • IND2.03CHA1.79Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Caleb Love, le Tar Heel qui monte

NCAA – Meneur titulaire des Tar Heels de la prestigieuse fac’ de North Carolina, Caleb Love soigne sa cote auprès des franchises NBA, à quelques mois de la Draft 2022.

Recrue majeure à son arrivée sur le campus de Chapel Hill à l’été 2020, Caleb Love a assurément déçu l’an dernier, pour sa saison « freshman » à North Carolina. Attendu comme le futur meneur « lottery pick » issu de UNC, deux après Coby White et un an après Cole Anthony (15e choix), le natif de Saint-Louis dans le Missouri en a bavé.

Au sein d’une équipe décevante globalement sur le plan collectif, irrégulière tout au long d’une saison jouée dans des salles vides, et giflée par la fac de Wisconsin d’un certain Johnny Davis au premier tour de la « March Madness », le meneur a connu un baptême du feu compliqué à l’échelon NCAA.

Mais plutôt que de se décourager et de quitter le navire après la retraite du légendaire coach Roy Williams au printemps dernier, Caleb Love a décidé de revenir pour sa saison « sophomore ». Il avait à cœur de rectifier le tir.

Un nouveau départ pour sa deuxième saison

Cette saison, sous la houlette de Hubert Davis, ancien Tar Heel et NBAer avant de passer assistant de Roy Williams puis de prendre sa suite, Caleb Love est un nouveau joueur, leader d’un programme qui est entré dans une nouvelle ère. Centre névralgique d’un système davantage tourné vers le jeu extérieur, quand Roy Williams appréciait plutôt le jeu intérieur, le meneur bénéficie de nombreux espaces pour opérer dans la raquette et s’épanouit.

Sa métamorphose d’une année sur l’autre est d’ailleurs assez épatante : de 10.5 points à 31.6% aux tirs dont 26.6% derrière l’arc l’an dernier, il est passé cette année à 15.6 points à 45.1% aux tirs dont 44.2% à 3-points. C’est bien simple : quand Caleb Love va, North Carolina va aussi.

Auteur d’un nouveau match solide la nuit dernière (16 points, 3 rebonds, 5 passes), à l’occasion de la victoire de UNC face à Virginia, il félicitait avant tout l’effort collectif : « C’était une grosse victoire pour nous, et je suis fier de mon équipe. Fier aussi des coaches, qui nous ont placés dans de bonnes dispositions. Mais on ne va pas se laisser aller. On passe au match suivant » livrait-il avec détermination.

« Caleb a livré un grand match de différentes façons. D’abord, il a été le meilleur passeur de notre équipe. » notait son coach, Hubert Davis. « Bien sûr, sa capacité à mettre des tirs est bénéfique pour nous, mais je pense aussi qu’il a livré un grand match du point de vue défensif. »

Une cote qui remonte auprès des clubs NBA

Avant de mettre en lumière la progression de l’intéressé entre son année « freshman » et sophomore » : « Il y a une différence importante entre un arrière freshman et un arrière sophomore. Caleb, il n’a pas eu le luxe d’avoir un meneur vétéran quand il est arrivé ici, qui aurait pu lui apprendre le métier. En réalité, il est arrivé l’an dernier et on lui a donné la balle en lui disant : ‘Tu es à North Carolina, tu es meneur, à toi de jouer’. »

D’un naturel assez discret, le joueur ne se laisse pas submerger par les émotions malgré une saison assurément réussie jusqu’à maintenant sur le plan individuel. Le garçon est là pour faire gagner son équipe avant tout, les reconnaissance individuelles ne sont que du bonus qui arriveront avec la réussite collective.

« Je n’y prête pas vraiment attention. » disait-il au sujet de ses bonnes performances individuelles. « Je suis simplement agressif. Vous pouvez compter sur moi pour être un compétiteur et pour être agressif à chaque match, et si je marque tous ces paniers, qu’il en soit ainsi. Je joue pour gagner, et pour mon équipe. »

Dans sa dernière « Mock Draft », The Athletic le place en tout début de deuxième tour, en 32e position.

A lire aussi