Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.82PHI1.96Pariez
  • OKL4.65GOL1.18Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Interview Jonathan Kuminga : « J’ai hâte d’être à l’entraînement avec Steph, Dray et Klay »

Draft 2021 – Comme Jalen Green, il avait choisi la G-League pour se former avant la Draft. Jonathan Kuminga avait vu juste, et il a séduit les Warriors !

Malgré les doutes de certains « insiders » concernant sa fragilité physique, Jonathan Kuminga a été pris en 7e position par les Warriors. Formé en G-League avec l’Ignite Team, l’ailier congolais va donc rejoindre l’écurie de Draymond Green, Klay Thompson et Stephen Curry, pour son plus grand bonheur.

Est-ce un soulagement pour vous de connaître enfin votre équipe après des semaines de suspense, alors même que certains avaient des doutes sur votre physique ?

Je suis tellement content de savoir que je vais à San Francisco, c’est vraiment une situation idéale pour moi et ma carrière. Je vais jouer avec des joueurs de top niveau, Step Curry, Klay Thompson, Draymond Green, c’est juste l’idéal. Je savais que tout allait bien se passer, je n’avais pas de doute concernant le fait que j’allais être drafté dans le Top 10. Si les gens avaient des doutes, tant pis pour eux, moi je n’ai jamais douté. J’ai fait beaucoup de sacrifices et j’ai bossé comme un fou pour en être là. Ce n’est que le début, je ne vais pas m’arrêter là. Je veux prouver à tous que j’appartiens à cette ligue, et je vais aussi montrer aux Warriors que je vais tout donner pour eux.

« C’est comme être à l’école avec les meilleurs dans leur domaine »

Vous allez évoluer avec des joueurs qui ont beaucoup d’expérience et plusieurs bagues de champions…

Oui, c’est vraiment parfait. Je vais progresser et apprendre comme jamais. Quand on veut viser le sommet, il faut jouer avec les meilleurs et le fait de devenir un Warrior, ça colle parfaitement à ma mentalité, à mon état d’esprit. J’ai hâte d’être aux entrainements avec Steph, Dray, Klay et tous les autres, car je sens que ça va être génial. On va beaucoup bosser, je sais que les vétérans vont m’aider mais aussi me pousser à toujours donner plus, mais c’est ce que j’aime. Jouer avec des gars qui ont vécu des choses, qui ont gagné des titres, ça aide beaucoup et on ne peut être que content d’être dans ce genre de situation.

Qu’est-ce que ça fait de se dire que l’on va évoluer avec Green, Thompson et Curry par exemple ?

C’est juste incroyable, vraiment incroyable. Je les regardais jouer durant des années et là, je vais jouer à leurs côtés. La vie est folle, je ne crois pas que je réalise complètement ce qui m’arrive (rires). Je pense que le premier jour d’entrainement va valoir le détour, mais je vais faire le maximum et leur montrer que je peux les aider, que je peux être un Warrior. Je suis un guerrier, ça colle bien avec ma mentalité. Je vais apprendre un maximum avec tous les gars, ça va jouer physique avec Draymond Green par exemple, et apprendre de la science du jeu de Steph’ et de Klay. C’est comme être à l’école avec les meilleurs dans leur domaine. Tu ne peux que progresser, ouvrir tes oreilles et tes yeux, et progresser.

Comment vous imaginez-vous dans les systèmes de Steve Kerr ?

Je vais d’abord tout donner en défense, et me mettre au service de l’équipe. J’ai encore tout à prouver en NBA, et je sais que je suis encore très jeune, donc je veux d’abord mettre beaucoup d’énergie sur le parquet pour aider mes coéquipiers. Après on verra, mais je veux aider les Warriors, et je vais écouter tous les conseils que l’on va me donner pour devenir un joueur complet et efficace des deux côtés du parquet. Je vais démarrer ce processus de manière sereine, studieuse et travailleuse. Les Warriors ont dominé la NBA durant plusieurs saisons et veulent revenir au top de la ligue. On va bosser pour cela, et j’ai hâte d’être au premier jour du training camp pour mettre le bleu de chauffe.

« Je pense que les Warriors vont gagner des milliers de fans en Afrique »

Le chemin pour aller en NBA via la G-League est donc, selon vous, une réussite…

Oui, je le savais dès le premier jour, lorsque j’ai signé mon contrat avec la G-League Ignite. Je savais que j’avais fait le bon choix, que faire mes premiers pas en professionnel en G-League serait la meilleure expérience et le tremplin parfait pour aller au niveau supérieur. J’ai fait quelques bons matches, j’ai pu me frotter à des gars qui ont des années de carrière pro derrière eux, donc j’ai beaucoup appris. J’ai aussi passé beaucoup de temps dans la salle, j’ai bosser comme un fou pour me préparer pour la Draft. Toutes ses heures de travail de l’ombre paye, et j’en suis très heureux. Maintenant, les choses sérieuses commencent, et c’est une autre étape qui démarre. Aller en NBA, c’est très bien, mais je veux y rester très longtemps.

Vous observez l’exemple de Pascal Siakam, de Joël Embiid et des autres Africains qui brillent en NBA. Êtes-vous prêt à suivre les pas de ces brillants ambassadeurs du continent dans la meilleure ligue du monde?

Je veux faire de mon mieux pour essayer d’avoir autant d’impact que Pascal et Joël par exemple. Je ne me mets pas de pression particulière, je suis confiant sur mon jeu et mon éthique de travail pour arriver à exploiter mon potentiel au maximum. Je veux aussi inspirer les jeunes sur le continent. Je veux rendre l’Afrique fière de moi. Je sais qu’au Congo, les jeunes vont suivre mes pas de près, je vais être « scruté » en permanence. Je suis préparé à cela, je suis prêt pour cela depuis mon arrivée aux États-Unis. Je sais que tout le monde au pays parle de moi, et j’en suis fier. Je veux m’investir dans mon pays et aider la jeunesse à grandir.

Vous avez déjà dû  recevoir des milliers de messages sur vos profils sur vos réseaux sociaux de vos fans et compatriotes au Congo !

Comment vous savez ? (Rires). Je suis déjà inondé de messages sur Instagram et autres, ça me fait vraiment plaisir. Je pense que les Warriors vont gagner des milliers de fans en Afrique, et que les Congolais vont porter mon maillot en masse. C’est une belle chose, je veux être un bon exemple pour eux et leur montrer qu’avec du travail, on peut réaliser ses rêves. Mais je ne me repose pas sur mes lauriers, je sais que beaucoup de travail est encore nécéssaire. Ce n’est que le début d’une longue aventure.

Propos recueillis au Barclays Center

A lire aussi