NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL16
LAL13
UTH
NOR4:00
GSW
NYK4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • GOL1.49NEW2.72Pariez
  • UTA1.38NEW3.15Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Joakim Noah vers la retraite

Un Français en chasse un autre chez les Clippers. Alors que Nicolas Batum débarque à Los Angeles, c’est Joakim Noah qui fait lui ses valises. Et ce, peut-être bien définitivement…

Les Clippers ont décidé de laisser libre Joakim Noah, ce qui signifie fort probablement une retraite bien méritée pour le pivot aux 13 années de NBA. Selon ESPN, l’agent de Joakim Noah, Bill Duffy, a effectivement sous-entendu que ce pourrait bien être la fin d’une belle carrière pour l’ancien intérieur de Florida.

Double champion NCAA, et MOP du Final Four en 2006, puis double All-Star et meilleur défenseur de l’année en 2014 lors de ses meilleures années au sein des Bulls, Joakim Noah avait relancé sa carrière aux Grizzlies, avant d’accepter une dernière pige aux Clippers.

Meilleur défenseur de l’année en 2014 et 4e des votes pour le MVP

Il espérait probablement une meilleure fin avec Los Angeles mais, même sans le titre NBA, sa carrière restera assez exceptionnelle avec une réputation bien établie de gros défenseur et de compétiteur encore plus féroce. Tout simplement l’un des meilleurs joueurs français passés par la NBA.

« Quelle carrière illustre pour Joakim, démarrant avec deux titres nationaux avec l’Université de Floride, jusqu’à un titre de meilleur défenseur de la ligue et en devenant un des joueurs les plus passionnés et intenses qui ait jamais pratiqué ce sport », a commenté son agent. « Ce fut un honneur de représenter Joakim à travers son parcours. »

Avec 9 points, 9 rebonds et plus d’un contre de moyenne en carrière, Joakim Noah restera comme un des joueurs majeurs de l’histoire des Bulls de l’ère post-Jordan. En 2014, quand il remporte le trophée de meilleur défenseur et fait même partie du meilleur cinq de la Ligue, il tournait à 13 points, 11 rebonds, 5 passes, plus d’un contre et d’une interception par match, une véritable usine à basket. Il est même 4e des votes pour le MVP !

« Avec les Bulls au début, ce furent les meilleurs moments », a-t-il déclaré. « La série contre Boston (en 2009) était tellement fun. Brooklyn aussi (en 2013). Gagner est important, mais il faut aussi savoir apprécier ce qu’on faisait. On vivait un rêve sans le savoir. C’est rare de vivre de tels instants. Ce qu’on a vécu, nos batailles, c’était authentique. On voulait tellement gagner et on s’est tellement battu chaque soir. Je suis tellement fier de ça, encore aujourd’hui. Cela restera le highlight de ma carrière. »

« L’université, c’est le meilleur moment de ma vie »

À l’inverse du fiasco aux Knicks, où il fut l’une des principales recrues de l’ère Phil Jackson, ses années universitaires demeurent également comme un de ses plus grands souvenirs, avec un « back to back » rarissime.

« L’université, c’est le meilleur moment de ma vie », nous avouait-il en mars 2019. « Les gens en France ne se rendent pas compte ce que représente la culture américaine, la vie sur un campus. Tu peux jouer en mars. C’est le truc le plus fou. Les gens regardent, les gens aiment ce tournoi, c’est un truc hallucinant et gagner le titre c’était tellement spécial, je me suis tellement amusé. Aujourd’hui ça fait partie des meilleurs moments de ma vie. »

S’il a longtemps flirté avec l’Equipe de France, il fera partie de l’aventure pour un été seulement, mais quel été, celui de 2011 en Lituanie, quand les Bleus ont remporté la médaille d’argent à l’Euro. Le début d’une ère glorieuse pour le basket tricolore…

Grande gueule comme son père et personnage haut en couleurs, Joakim Noah va clairement manquer au paysage NBA, et au basket en général. Bon vent, Jooks !

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |  
A lire aussi