Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.92LOS1.89Pariez
  • GOL1.42NEW2.88Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Des Knicks au fort accent du Kentucky

A New York, on trouve désormais cinq joueurs et un assistant passés par Kentucky.

La saison passée, les Pelicans avaient débuté la saison avec cinq joueurs sortis de Duke : J.J. Redick, Frank Jackson, Brandon Ingram, Zion Williamson et Jahlil Okafor. Soit un tiers de l’effectif passé sous les ordres de Mike Krzyzewski. Cette année, ce sont les Knicks qui ont décidé de miser sur le même « centre de formation » puisqu’on trouve cinq joueurs sortis de Kentucky, et même un ancien assistant de l’université.

La saison passée, on y trouvait déjà Julius Randle et Kevin Knox, et ils ont été rejoints cette automne par Nerlens Noel, Michael Kidd-Gilchrist et le rookie Immanuel Quickley. Sur le banc, Kenny Payne, ancien assistant de John Calipari.

Il y a un mois, et bien avant toutes ces arrivées, notre confrère Bill Simmons expliquait que certains dirigeants craignaient que les Knicks ne deviennent le repère des anciens de Kentucky, et ce depuis l’arrivée de Leon Rose comme président de la franchise. Ce dernier est un proche de John Calipari. Ils sont même amis depuis 25 ans, et Calipari, à défaut de coacher les Knicks, avait annoncé en juillet qu’il aiderait son ami dans sa tâche. L’a-t-il convaincu d’engager des anciens joueurs de Kentucky ?

Mais cette connexion avec Kentucky n’est pas la seule aux Knicks. Depuis qu’il a pris les rênes de la franchise, Leon Rose a engagé 12 joueurs, et neuf sont liés à Kentucky et/ou sont des anciens clients de son agence CAA. Une agence qui possède justement deux superstars sortis de Kentucky : Devin Booker et Karl-Anthony Towns. Peut-être que les deux All-Stars sont les cibles à moyen terme des Knicks. Réponse dans les années à venir.

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |  
A lire aussi