NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
NYK99
DEN113
BRO90
CHI94
MIL105
MIA75
DAL48
MEM62
GSW69
SAS83
POR
BOS4:00
SAC
LAC4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • POR1.79BOS1.95Pariez
  • SAC2.03LA 1.72Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La défense, première fierté de Frank Vogel

Avec l’aide d’un Anthony Davis qui a joué son rôle de dissuasion, en parfait protecteur de cercle, la formation californienne a littéralement étouffé l’attaque de Miami pendant trois quart-temps.

Au delà du triple-double de LeBron James et de la victoire d’équipe symbolisée par les prestations de Rajon Rondo ou Kentavious Caldwell-Pope, il restera de ce Game 6 l’extraordinaire pression défensive exercée par les Lakers sur les trois premiers quart-temps.

Depuis deux mois, on vantait la variété du jeu offensif du Heat, de ses options et de ses profils. Or cette nuit, la formation d’Erik Spoelstra a vécu un enfer en attaque. L’adresse extérieure du trio Robinson-Butler-Nunn en début de partie a rapidement laissé place au néant et une maladresse chronique notamment près du cercle, face à un Anthony Davis qui a régné en maître dans la raquette et une pression défensive collective qui a fait complètement déjouer la formation de Jimmy Butler, exténuée et sans solution.

Le Heat cuit à l’étouffée

Limités à 20 et 16 points dans les deux premiers quart-temps, les Floridiens ont soudainement été bousculés loin de leurs certitudes et n’ont jamais pu inverser la tendance, leur calvaire s’étant étendu jusqu’à la fin du troisième quart-temps, bouclé sur le score sans appel de 87 à 58.

« C’est quelque chose dont je suis très fier, » s’est réjoui Frank Vogel après la rencontre. « Vous pouvez avoir une grosse défense, une équipe talentueuse notamment défensivement, mais si tout le monde ne travaille pas ensemble, si tout le monde n’est pas convaincu par le projet et ne voit pas l’intérêt de pouvoir étouffer un adversaire en lui enlevant sa force, vous n’atteindrez pas ce niveau ».

Les 16 points inscrits en contre-attaque et les 20 points tirés des balles perdues adverses sont autant de marqueurs positifs qui viennent souligner l’impact qu’a pu avoir l’effort du collectif des Lakers en défense sur ce match.

Un large panel d’options

« Nos gars ont compris très tôt la valeur de cet atout. Ils ont adhéré et sur les trois premiers quarts, je suis juste super fier de nos gars, » a ajouté le coach californien. « Nous étions partout. Nous avons parfaitement effectué nos couvertures et nous l’avons fait avec énergie et passion, avec des mains actives. Nous avons pris les rebonds et ça a permis de contrôler tout le jeu, grâce à nos capacités en contre-attaque. Nous avons pu avoir des stops sans faire de faute. Les autres équipes n’ont aucune chance quand on développe du jeu de transition. Nous sommes très, très fiers de notre performance défensive de ce soir ».

Qui dit effort défensif dit aussi sacrifice. C’est aussi ce qui ressort de cette victoire finale des Lakers dotés d’un groupe composé de fortes individualités qui ont su coexister. Aux côtés de LeBron James et Anthony Davis, « l’adhésion » du reste du groupe a été la clé pour Frank Vogel.

« Je pense qu’on sait tous que nous avons un large effectif et que nous pouvions compter sur eux, peu importe ce dont nous allions avoir besoin. Les gars étaient juste prêts, volontaires et encouragés à briller dans leurs rôles respectifs. Nous voulions des grands qui pouvaient se battre avec les meilleurs pivots de la ligue, avoir la possibilité de mettre AD en 5, une approche variée avec la possibilité de jouer « small ball » ou de jouer plus grand. Tout ça est entré en ligne de compte. Et le fait d’avoir des joueurs différents pour défendre, dribbler, passer et shooter nous a donné cette grande variété ».

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires