Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les Lakers transformés en rouleau compresseur pour 24 minutes

Après avoir été chahutés à l’entame, les Californiens ont sorti un « run » monstrueux à cheval sur trois quart-temps pour écraser le Heat.

Passer du rêve au cauchemar en seulement quelques minutes. Voilà que ce qu’a connu le Heat cette nuit, en ouverture de la finale NBA face aux Lakers. Six premières minutes d’adresse et de total contrôle à l’issue desquelles les Floridiens ont pensé s’envoler au score. En infligeant un 13-0, Miami se retrouvait avec une avance confortable (23-10), forçant Frank Vogel à prendre déjà un second temps-mort.

Preuve de la sérénité du coach des Lakers ? À l’issue de l’arrêt de jeu, son groupe est reparti avec Rajon Rondo et Kyle Kuzma, en remplacement de Dwight Howard et surtout de LeBron James. Depuis le début de ces playoffs, le « King » sort systématiquement une première fois après environ sept minutes de jeu. « Je ne pense pas que nous avons été assez physiques à l’entame de match, » remarque ce dernier. « Il faut réaliser à quel point Miami joue dur. Ils nous ont mis une claque et on l’a sentie. »

L’énergie bienvenue du banc

Portés notamment par une bonne séquence de Kentavious Caldwell-Pope, en compagnie des soldats du banc, les Angelenos n’ont pourtant pas eu beaucoup de difficulté pour recoller au score, et même reprendre les devants à la fin du premier quart-temps (31-28).

« Ils ont simplement joué avec une belle énergie et de la confiance, » salue le coach. « On a démarré un peu mollement sur notre défense du pick-and-roll pour démarrer le match. Mais notre banc a été bon pour nous tout au long de l’année. Kuzma, Rondo et Alex (Caruso) sont rentrés et ont apporté une belle énergie. Ils nous ont aidés à faire des stops en défense et mener les transitions. Rondo a orchestré quelques paniers et il nous a aidés à renverser la vapeur. »

C’est le moins que le technicien puisse dire. Car non contents d’être revenus dans la partie, les Lakers ont infligé un second gros « run » dans les sept dernières minutes du second quart-temps, là encore après un temps-mort : un 24-5 pour virer largement en tête à la pause (65-48), en partie grâce à leur adresse lointaine. Oui, Miami n’a pu inscrire que cinq points dans cette séquence.

Un différentiel de 42 points

« À partir de ce moment où on a été menés 23-10, on a commencé à jouer à notre niveau et à nous envoler, » décrit LeBron James. « Nous avons commencé à faire des stops défensifs, à mieux faire circuler le ballon et nous sommes entrés dans un très bon rythme. » Au point d’enchaîner un autre 18-6 pour démarrer la seconde période !

Soit, si nos calculs sont bons, un différentiel supérieur à 40 points (73-31) dans les 24 minutes de jeu qui ont suivi le 23-10 de départ.

« Nos gars étaient motivés durant cette séquence, » poursuit Frank Vogel. « À chaque fois que vous faites une série comme ça, le coach adverse va faire en sorte de changer le match. Le 10-0 suivant sera différent du premier 10-0. Ils vont faire rentrer des joueurs différents, changer leur schéma défensif, jouer d’autres systèmes et tu dois gagner chaque séquence de jeu d’une manière différente. C’est aussi vrai à l’échelle d’une série. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Los Angeles Lakers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés