Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Cleveland : Dylan Windler satisfait de retrouver les parquets après sa saison blanche

Le joueur des Cavaliers, drafté en 2019, avait manqué sa première saison à cause d’une blessure à la jambe. L’ouverture des camps pour les équipes absentes de la « bulle » lui permet de se montrer.

En plus de la présence de Kevin Love pour la reprise, c’est la bonne nouvelle des derniers jours à Cleveland. Dylan Windler a pu retrouver les parquets, lui qui a connu une première année blanche en NBA, gêné par sa jambe gauche.

Il avait donc décidé de se faire opérer en janvier dernier, ce qui avait mis un terme à une saison rookie qui n’avait pas encore commencé…

Son retour à l’entraînement a été remarqué et apprécié par le GM des Cavaliers, Koby Altman, qui avait misé sur lui lors de la Draft 2019, en le sélectionnant en 26e position du premier tour.

« Il est bon, très efficace, il peut shooter », énumère le dirigeant au Cleveland Plain Dealer. « Il n’avait jamais été blessé donc ce fut difficile d’être éloigné aussi longtemps des terrains. Il doit encore faire cette dernière semaine en bonne santé, son corps doit tenir face aux efforts et il a encore besoin de jouer en NBA, mais on est impatient. »

L’arrière de 24 ans a effectivement perdu une saison à cause de ses soucis à la jambe. Il savoure alors davantage ces trois semaines de « mini camp » avec les Cavaliers pour retrouver des sensations.

« Cela faisait un sacré moment que je n’avais pas pu m’entraîner ainsi, avec des exercices collectifs », assure l’ancien de Belmont, en NCAA. « Ça fait du bien et je me sens bien pour l’instant. J’ai fait ça toute ma vie, donc ne pas le faire pendant un an, c’est dur. C’est agréable de rejouer au basket, de faire les petites choses : shooter, passer, être avec ses coéquipiers. »

« Même si elle n’était pas prévue, cette année sans jouer va m’aider pour la saison prochaine »

Déjà gêné par des douleurs l’été dernier, Dylan Windler avait tout de même continué à jouer, participant au très intense « training camp » de John Beilein. Une alerte sérieuse en septembre 2019 lui avait fait comprendre que cette blessure allait le plomber pendant un long moment s’il n’agissait pas. En janvier dernier, après plusieurs tentatives infructueuses de retour sur les parquets et un second avis médical, il décide de passer sur le billard.

« Je ne savais pas comment gérer cela physiquement », se souvient-il. « Et mentalement, ça peut être difficile car on est un premier tour de Draft, donc il y a des attentes. On veut être bon, on veut être sur le terrain. L’opération et les premières semaines de rééducation, c’est dur pour n’importe qui. Je vais apprendre de cette expérience, car il y a beaucoup à en tirer, notamment sur le plan de la force mentale. Même si elle n’était pas prévue, cette année sans jouer va m’aider pour la saison prochaine. »

S’estimant aujourd’hui à « plus de 90 % » de son niveau d’avant sa blessure, le rookie de Cleveland peut enfin se tester physiquement face à des adversaires.

« Quand je suis sur le terrain, je me sens bien. La route a été longue mais ce petit moment est vraiment une bonne chose pour moi. Cela ne m’a pas obligé à forcer ou à me précipiter. Je continue de revenir pour être à 100 % mais je vais dans la bonne direction avec ces entraînements. On peut bien faire autant de séances qu’on le veut en un-contre-zéro ou prendre autant de shoots, tout est différent quand on joue en cinq-contre-cinq. Après, il ne faut pas être trop dur envers soi-même quand on revient d’une blessure. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés