Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Brad Stevens et l’importance du plaisir

Ne pas paniquer, rester concentré ou faire les bons choix, l’objectif doit rester le même pour Brad Stevens : s’amuser.

Menés 2-0 par Miami et dos au mur, les Celtics ont mis les choses au clair avec fracas dans le vestiaire. Un moment qui semble leur avoir remis les idées en place, avec une envie et une concentration retrouvées dans un Game 3 victorieux qui a apporté un peu de joie au groupe, ce qui est essentiel pour Brad Stevens.

« Trouver du plaisir à pratiquer un jeu d’enfants ensemble » : tel était le point sur lequel le coach avait insisté en arrivant à Orlando. « On a essayé de rester concentré là-dessus. Il y a des émotions, du bruit qu’il ne faut pas écouter, et il y a des choses qu’il faut régler pour faire avancer l’équipe. On veut faire tout ça en essayant de donner le meilleur, de représenter le mieux possible la franchise. On en parle constamment. C’est important qu’on se protège tous, on l’a bien fait jusqu’à maintenant. » 

Le flegme celte a connu un accroc peut-être nécessaire, mais qui ne fera pas dérailler l’équipe. Brad Stevens ne veut la voir paniquer en aucune circonstance : il faut toujours penser à la prochaine possession, au prochain match. Y compris à 2-0 en finale de conférence, et désormais 2-1.

« Tous les matchs sont durs. Gagner en saison régulière est difficile, en playoffs c’est extrêmement difficile. Le score de la série ne compte pas, il faut juste se préparer pour être à son meilleur un soir donné. On va devoir être à notre meilleur lors du Game 4, et encore meilleur pour le Game 5. C’est comme ça que ça marche. »

Le plaisir de jouer aux échecs avec Erik Spoelstra

Une tâche compliquée par la présence en face de lui d’un stratège expérimenté auquel il rend hommage.

« J’apprends à chaque série, de chaque équipe – Philly, Toronto, Miami. Erik (Spoelstra) est super des deux côtés du terrain. Mettre Adebayo poste haut pour utiliser au mieux ses qualités, les joueurs qui coupent autour de lui, Dragic et Butler en pick-and-roll ou en isolation. Et puis en défense les ajouts de Crowder et Iguodala leur ont apporté beaucoup de polyvalence à la trade deadline et ont amélioré la défense de tout le monde. C’est dur de trouver un bon tir avec leurs schémas. »

Mais le coach celte ne se laissera pas faire. « Je pense le plus grand bien d’Erik, de la franchise, ils sont supers, mais c’est la partie amusante du truc. Quand tu joues à ce moment de l’année, ce qui est marrant, ce sont les ajustements que les deux équipes font d’un match à l’autre. Parfois ça a beaucoup d’impact, parfois non, parfois ça se voit, parfois non. Mais je pense qu’Erik est super. » La partie d’échecs continue ce soir.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés