Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

La défense de Marcus Smart sur Goran Dragic, un ajustement payant

Défendu par le bulldog des Celtics dans la troisième manche, le meneur du Heat a beaucoup moins dominé son sujet, comparé aux deux premières rencontres.

Marcus Smart a beau penser que Kemba Walker est un défenseur sous-estimé, le premier évolue dans une autre dimension que le second dans ce domaine. C’est ce qui explique pourquoi Boston a fait un ajustement défensif entre les Game 2 et 3 face au Heat. Plutôt que Kemba Walker, c’est Marcus Smart qui a été en charge de Goran Dragic.

Ce dernier, avec 27 points de moyenne et un très bon pourcentage aux tirs (55%), était le meilleur marqueur adverse sur les deux premières rencontres. Le Slovène a connu un tout autre sort lors du Game 3 avec seulement 11 points à 2/10 aux tirs, accompagnés également de cinq pertes de balle.

« Face à un joueur comme lui, il faut combattre le feu par le feu. Vous ne pouvez pas le laisser se sentir à l’aise »

Même si les changements défensifs sont nombreux au cours d’une rencontre, difficile de ne pas voir un « effet Smart » dans cette contre-performance.

« Goran est un joueur très agressif, il est comme ça depuis longtemps, » juge le Celtic. « Il sait comment utiliser son corps à son avantage, il connaît très bien les règles. Face à un joueur comme lui, il faut combattre le feu par le feu. Vous ne pouvez pas le laisser se sentir à l’aise, je pense que c’était le cas dans les deux premiers matches. »

Une impression confirmée par le nombre de fois où Goran Dragic, profitant de « mismatchs », a pu facilement s’ouvrir un accès au cercle avec sa main gauche.

Alors pour ce Game 3, « nous avons essayé de le mettre le plus en difficulté possible, » poursuit Marcus Smart. « On savait que cela n’allait pas être facile. Je pense que mes coéquipiers et mes coaches me faisaient confiance. »

Plus grand que Kemba Walker, Marcus Smart est surtout beaucoup plus physique que lui. Lutter contre les écrans ou contester des déplacements, le double membre de la meilleure équipe défensive de la ligue sait faire.

« Notre objectif collectif est de contester le porteur du ballon, car sans cela nous sommes dans le pétrin. Plus ça se rapproche du cercle, plus ça devient difficile pour nous »

« Évidemment, on change beaucoup en défense donc Kemba a été beaucoup sur lui, Jayson (Tatum) aussi, mais Smart l’a fait sur plus de possessions, » complète son coach, Brad Stevens. « Notre objectif collectif est de contester le porteur du ballon, car sans cela nous sommes probablement dans le pétrin. Plus ça se rapproche du cercle, plus ça devient difficile pour nous, et c’est ce qui nous a poussés à faire (cet ajustement). »

D’autant que les Celtics n’ont pas de protecteur de cercle du calibre de Bam Adebayo en face pour gêner les pénétrations de Goran Dragic en second rideau.

À Erik Spoelstra désormais d’imaginer ses schémas pour que son meneur retrouve de l’espace : « C’est mon job de le rendre à l’aise et de lui trouver des zones où il peut être le plus efficace. Il est aussi médaillé et expérimenté que n’importe quel joueur de cette ligue en termes de grands matchs, en playoffs ou en compétition internationale. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Miami Heat en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés