Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Preview Playoffs 2020 | L.A. Lakers (1) – Houston (4)

Après avoir eu besoin de sept matchs pour venir à bout du Thunder au premier tour, les Rockets s’attaquent à un tout autre morceau en demi-finale de conférence : les Lakers de LeBron James et Anthony Davis.

Opposition de styles en bonne et due forme pour cette deuxième demi-finale de conférence à l’Ouest. D’un côté, des Rockets qui ne jurent que par le « small ball » et le tir à 3-points. De l’autre, des Lakers bien plus à l’aise à l’intérieur et qui s’appuient sur un cinq de départ plus traditionnel. Attendue, cette affiche sent la poudre et verra s’affronter deux des meilleurs duos de NBA : LeBron James – Anthony Davis et Russell Westbrook – James Harden.

Au premier tour, si les deux équipes ont fait respecter la logique dans leurs séries respectives, elles ont chacune connu des trajectoires différentes. Tandis que Los Angeles prenait le dessus (4-1) sur des Blazers accrocheurs mais limités, Houston se débarrassait non sans mal d’un Thunder toujours plus surprenant, au Game 7.

Sur le papier, les « Purple and Gold » partent avec un avantage mais les Texans, plus solides défensivement depuis l’entame des playoffs, possèdent eux aussi des arguments à faire valoir pour franchir l’obstacle californien.

MENEURS

Revenu de sa blessure à la cuisse pour les trois derniers matchs de la série contre OKC, Russell Westbrook ne se trouve toujours pas au top physiquement. Son niveau de jeu dantesque du début d’année paraît aujourd’hui bien loin, lui qui avait fait si mal aux Lakers en 2020 avec 35 puis 41 points avant la suspension de la saison. C’est évidemment une mauvaise nouvelle pour les Rockets étant donné qu’un certain LeBron James se dresse face au « Brodie », au poste de meneur. C’est un parti pris, et on a décidé de le placer à la mène puisque c’est le « playmaker » de l’équipe, même si les deux joueurs ne défendront pas l’un sur l’autre.

Diablement efficace au premier tour (60% aux tirs, 46% à 3-points), le « King » a activé le « mode playoffs » et les Blazers n’ont pu que constater les dégâts : 27.4 points, 10.2 rebonds et 10.2 passes, en moins de 33 minutes. À 35 ans, le triple champion NBA semble en pleine possession de ses moyens et il en aura besoin pour prendre le dessus sur son adversaire direct (Russell Westbrook) et sur ses défenseurs attitrés, pour le moins chevronnés (Robert Covington, P.J. Tucker ou encore Danuel House).

En l’état, LeBron James dispose donc d’une longueur d’avance dans ce duel d’anciens MVP.

Avantage : Los Angeles

EXTÉRIEURS

Si les Rockets souhaitent disputer leur troisième finale de conférence en cinq ans, il leur faudra compter sur un duo James Harden – Eric Gordon au meilleur de sa forme. Sans Avery Bradley dans la « bulle », les Lakers ont souvent souffert défensivement contre les « backcourts » adverses et les deux meilleurs marqueurs de Houston en playoffs partent donc avec un avantage sur les extérieurs. Le succès de leur franchise passera forcément par de grandes performances de leur part, surtout si Russell Westbrook continue de pêcher physiquement.

En face, Danny Green et Kentavious Caldwell-Pope sont appelés à être extrêmement sollicités en défense afin de contenir Harden, Westbrook voire Gordon. Ils seront également précieux de par leur capacité à convertir des tirs à 3-points, l’une des clés de la série. Après une première rencontre ratée contre Portland, Green et « KCP » ont ensuite retrouvé la mire derrière l’arc, permettant aux Lakers de faire progressivement la différence. Ils se devront de poursuivre sur leur lancée lors de cette demi-finale de conférence.

Avantage : Houston

INTÉRIEURS

Test grandeur nature pour le « mini-ball » des Rockets puisqu’il sera confronté à l’intérieur le plus doué de NBA offensivement : Anthony Davis. Rayonnant face aux Blazers avec quasiment 30 points, 9 rebonds, 4 passes et 2 contres de moyenne, il se devra de conserver le même niveau de jeu face aux Texans. Tout en leur faisant payer leur déficit de taille. À ses côtés, JaVale McGee devrait comme souvent se faire remarquer sur de courtes séquences, même si son temps de jeu pourrait être moindre compte tenu de son manque de mobilité, handicapant pour défendre au large.

Logiquement, Robert Covington et P.J. Tucker risquent de souffrir et ils tenteront de compenser leur manque de centimètres par de l’agressivité, de la dureté et de la combativité. De l’autre côté du parquet, ils s’efforceront d’étirer le jeu pour Russell Westbrook et James Harden, tout en sanctionnant les errements défensifs des Angelenos avec leur réussite à 3-points. Quoiqu’il en soit, leur mission première sera de contenir et ralentir au mieux Anthony Davis, le principal danger de cette série pour Houston.

Avantage : Los Angeles

LES BANCS

Los Angeles est la franchise qui s’appuie le plus sur ses remplaçants depuis le début des playoffs. Il faut dire que Frank Vogel dispose de plusieurs joueurs d’impact, à l’image d’Alex Caruso, Kyle Kuzma, Markieff Morris ou encore Dwight Howard. Mais ils ne sont pas seuls puisque Dion Waiters et J.R. Smith (voire Rajon Rondo, sur le retour) se tiennent également prêts à entrer en jeu si besoin. En clair, les « Purple and Gold » sont armés sur le banc.

Avec moins de jours de repos et davantage de forces laissées dans leur bataille contre le Thunder, les Rockets espèrent compter sur une « second unit » productive et efficace pour répondre à celle des Lakers. En ce sens, le quatuor Austin Rivers – Ben McLemore – Danuel House – Jeff Green aura un rôle important à jouer dans cette série. Adepte des rotations raccourcies en « postseason », Mike D’Antoni va-t-il déroger à ses principes pour ne pas trop tirer sur ses hommes-clés ?

Avantage : Los Angeles

LES COACHES

Ce duel de techniciens devrait être intéressant à suivre puisque Mike D’Antoni risque de mettre sous pression Frank Vogel. En effet, l’entraîneur californien s’adaptera-t-il à son homologue texan en privilégiant le « small ball » ? Et en faisant, par exemple, démarrer Anthony Davis au poste de pivot, aux côtés de Kyle Kuzma ou Markieff Morris ?

Difficile à imaginer d’entrée de série puisque les Lakers ont tout intérêt à faire payer aux Rockets leur style de jeu sans véritable intérieur. En cas d’échec, la faculté d’adaptation du coach de Los Angeles sera néanmoins capitale et à surveiller. Une chose est sûre : c’est bel et bien Frank Vogel qui dispose d’une marge de manœuvre supérieure à celle de Mike D’Antoni, sans alternative et condamné à vivre (ou mourir) avec ses idées.

Égalité

LA CLÉ DE LA SÉRIE

La réussite à 3-points. La série face aux Blazers a confirmé une chose : les Lakers n’ont d’autre choix que de rentrer leurs tirs primés pour rendre leur attaque meilleure et plus fluide. Ce qui leur permet, notamment, de devenir moins prévisibles dans ce secteur, tout en limitant la fréquence des prises à deux sur Anthony Davis et/ou LeBron James. Pour se faciliter la tâche dans cette série, les « Purple and Gold » vont devoir faire mieux qu’au premier tour, lorsqu’ils n’avaient converti que 34% de leurs 35 tentatives de moyenne derrière l’arc.

Dans le même temps, Los Angeles se devra de défendre du mieux possible sa ligne à 3-points – comme ce fut le cas contre Portland – pour éviter que Houston ne prenne confiance dans ce domaine. Si tel était le cas, cela risque de poser problème puisque la franchise texane tente pas moins de 51 tirs primés par match (à 36% de réussite) en playoffs. Et lorsque les hommes de Mike D’Antoni sont adroits de loin, en plus de bien défendre, ils deviennent rapidement injouables pour leurs adversaires…

SAISON RÉGULIÈRE

Houston 2-1

18 janvier : Houston – Los Angeles (115-124)
6 février : Los Angeles – Houston (111-121)
6 août : Houston – Los Angeles (113-97)

VERDICT

Si l’on s’en tient à ce qu’ont montré les deux franchises au premier tour, le verdict est sans appel : les Lakers sont favoris et se débarrasseront sans trop de difficultés des Rockets. En saison régulière, ces derniers ont cependant prouvé à deux reprises qu’ils avaient les armes pour embêter les Californiens. En s’appuyant notamment sur Russell Westbrook et James Harden, tout en limitant l’impact de leurs intérieurs, à l’aide de leur « small ball ».

Poussé à l’extrême, celui-ci a ses faiblesses et, s’il y a bien une équipe capable de les exploiter, c’est celle de LeBron James et Anthony Davis. Intraitables au premier tour, les deux superstars de Los Angeles risquent de continuer sur leur lancée dans cette série, emmenant leurs coéquipiers avec eux, malgré une toute autre adversité défensive.

S’ils parviennent à profiter de leur avantage de taille, tout en faisant bonne figure à 3-points, les « Purple and Gold » devraient ainsi être en mesure de vaincre les Texans pour filer en finale de conférence. Pour autant, cela n’aura rien d’une partie de plaisir et gare à ne pas tomber dans le piège construit par Mike D’Antoni et Daryl Morey.

Los Angeles 4-2

CALENDRIER

Game 1 : vendredi 4 septembre (03h00, dans la nuit de vendredi à samedi en France)
Game 2 : dimanche 6 septembre (02h30, dans la nuit de dimanche à lundi en France)
Game 3 : mardi 8 septembre (03h00, dans la nuit de mardi à mercredi en France)
Game 4 : jeudi 10 septembre (horaire à déterminer, dans la nuit de jeudi à vendredi en France)
Game 5 : samedi 12 septembre (à déterminer si besoin)
Game 6 : lundi 14 septembre (à déterminer si besoin)
Game 7 : mercredi 16 septembre (à déterminer si besoin)

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Los Angeles Lakers en 1 clic

Houston Rockets en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés