Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.71UTA2.15Pariez
  • LOS1.87LA 1.94Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le 28 juin 2005, Larry Brown devient l’éphémère coach des Knicks

Les Knicks avaient fait de l’ancien coach des Pistons l’entraîneur le mieux payé de l’histoire de la NBA. Une année désastreuse après, Larry Brown est viré…

Les Finals 2005 battent leur plein. Les Spurs mènent 2-0 au moment où la série part à Detroit. Les Pistons doivent réagir s’ils veulent conserver leur titre. Sauf qu’ils sont très déçus par l’attitude de leur coach.

Larry Brown est alors en pleine négociation avec les Knicks pour y prendre le poste de coach. « C’était vraiment médiocre de sa part », commentera quelques années plus tard Chauncey Billups, écœuré par cet épisode. Une fois les Finals terminées et remportées à l’issue du Game 7 par les Spurs, Larry Brown fait ainsi ses valises.

Le 28 juin 2005, il est nommé entraîneur de New York. Le défi est de taille : Larry Brown passe de la meilleure équipe de l’Est à une formation très, très moyenne, qui vient de conclure la saison 2004-2005 avec 33 victoires.

« Pour être honnête, il n’y a pas un poste que j’ai pris où je n’ai pas estimé que le challenge était difficile », commente-t-il. « Regardez mes bilans, j’ai dirigé des équipes sacrément mauvaises. »

Quasiment aussi bien payé que les meilleurs joueurs de la ligue

Avec sa rigueur, ses récents résultats (Finals 2001 avec les Sixers et 2005 avec les Pistons, le titre de 2004) et son expérience, Larry Brown semble être un excellent choix pour les Knicks. L’homme de la situation pour la franchise qui possède la plus grosse masse salariale de la ligue mais n’a plus goûté aux playoffs depuis 2001.

« Ce n’est pas tous les jours qu’on peut dire avec certitude qu’on a signé un des meilleurs », se réjouissait le président des Knicks, Isiah Thomas. « Larry a gagné partout où il est passé. »

Arracher le coach qui a porté Detroit à deux Finals d’affilée, ce n’est pas donné. Le 22e coach de l’histoire des Knicks a ainsi signé un contrat de cinq ans, estimé autour de 50 millions de dollars. Jamais un coach en NBA n’avait gagné une telle somme, autour de 10 millions la saison donc. Soit seulement cinq millions de moins qu’un Kobe Bryant ou 3.8 millions qu’un Vince Carter pour la saison 2005-2006.

« Dean Smith m’a offert mon premier boulot de coach. Je devais m’occuper du camp d’été et j’étais payé 6 000 dollars. Je pensais à l’époque être trop payé », s’amuse alors Larry Brown.

Si l’arrivée de Larry Brown n’était évidemment pas l’assurance de voir les Knicks revenir au top, le principal bémol de ce choix se situait surtout dans la santé de l’entraîneur.

En septembre 2005, il allait passer le cap des 65 ans et il avait manqué 17 matches en 2004-2005 pour une opération de la hanche et des troubles de la vessie. L’entraîneur allait donc devoir être suivi par des médecins.

Guerre ouverte avec Stephon Marbury et licenciement coûteux

Malgré les ambitions, cette saison 2005-2006 sera un désastre. L’équipe termine dernière de la conférence Est avec 23 victoires et 59 défaites. Surtout, Larry Brown n’hésite pas à critiquer ouvertement dans les médias ses propres joueurs. Il prend la parole devant les journalistes alors que le chargé de communication n’est pas présent, ce qui ne plaît pas du tout à James Dolan, le propriétaire des Knicks.

Autre liberté prise par le coach le mieux payé du monde : il travaille dans l’ombre pour monter des transferts sans en parler à Isiah Thomas, pourtant président et GM de la franchise.

Forcément, les propos lancés sur les joueurs vont créer des tensions, qui se transforment en conflit avec Stephon Marbury en mars 2006. Le meneur est accusé par son coach de ne pas prendre ses responsabilités dans cette saison naufrage. L’ancien All-Star, qui voulait davantage de liberté en attaque, annonce alors à ESPN que la dispute est devenue « personnelle » et ne concerne plus le basket. La guerre est déclarée.

Dès le lendemain de cette saison en enfer, Isiah Thomas annonce pourtant que Larry Brown va rester. Sauf qu’un mois plus tard, il le vire et prend sa place sur le banc – sans faire beaucoup mieux les deux années suivantes. S’en suit une bataille pour honorer ou non les quatre années de contrat restantes à 40 millions de dollars.

La franchise estime avoir licencié Larry Brown pour un motif valable quand lui veut bien évidemment récupérer son argent. C’est David Stern, le patron de la NBA, qui finira par arbitrer cette dispute, en trouvant un accord autour de 18.5 millions de dollars pour l’entraîneur.

Une fois cette somme versée, les deux parties n’auront plus rien à se dire. Si ce n’est des critiques…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New York Knicks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés