Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Après son démarrage raté, Cam Reddish a petit à petit déployé ses ailes

Accablé de critiques après un début de saison catastrophique, Cam Reddish a fait le dos rond et répondu en terminant sa campagne rookie avec 16 points de moyenne après le All-Star Break.

On l’avait croisé dans un mauvais soir… son premier zéro pointé en carrière ! Face à Portland, Cam Reddish et les Hawks avaient effectivement mordu la poussière en prolongation (124-113) le 10 novembre dernier, et le rookie avait fini capot à 0/4 aux tirs en 16 minutes de jeu. De quoi logiquement tirer la tronche après coup…

« Je ne sais pas [ce qui ne va pas avec mon tir] honnêtement, j’essaie de comprendre moi-même », nous avait-il ainsi confié après ce sombre dimanche en Oregon.

Le mur des rookies d’entrée

Forcément, nos questions sur sa saison rookie tombaient un peu à plat. Ses réponses se résumaient davantage à des ronchonnements et des poncifs éculés, plutôt qu’à des phrases détaillées munies de force de persuasion.

« C’est un processus », balbutiait-il néanmoins. « J’apprends de nouvelles choses tous les jours. On a des matchs tous les deux jours, donc j’essaie de continuer à pousser et à avancer. Je me dis que l’orage ne va pas durer éternellement, je continue à travailler dur pour m’en sortir. »

Quelques mois plus tard, alors que la NBA est à l’arrêt à cause de la pandémie mondiale de Covid-19, le rookie Cam Reddish donne un avis plus développé, à tête reposée. Mais pas si différent non plus !

« C’étaient les montagnes russes », expliquait-il début avril au cours d’une conversation avec un des consultants stars d’ESPN, Richard Jefferson. « C’est une chance pour moi mais c’est passé super vite. Je pense avoir appris une tonne de choses déjà. J’ai commencé la saison de manière horrible. J’étais nul mais bon, je ne pouvais qu’être meilleur après ça. Cette première saison a été une grosse expérience d’apprentissage. »

Pour ce qui était son neuvième match professionnel seulement, à Portland, Cam Reddish était dans le creux de la vague. Rookie un peu perdu dans la rotation des Hawks après avoir raté les ligues d’été à cause d’une opération à l’abdomen, l’ancien Dukie a logiquement mis du temps à trouver ses repères.

En l’occurrence, il lui a fallu quelques semaines, voire mois, pour établir sa routine. Un point essentiel pour les débutants. « Je dirais que ça m’a pris deux mois au moins. Je n’ai pas encore de routine à l’entraînement, mais pour les matchs, surtout les matchs à domicile, j’ai maintenant ma routine bien installée. Pour les matchs à l’extérieur, c’est un peu plus difficile de trouver sa routine avec les différentes salles. Mais une fois que je l’ai bien stabilisée, c’est une des raisons principales pour laquelle j’ai mieux réussi. Il y avait moins l’effet de surprise, j’étais mieux préparé à ce qui allait arriver en match. »

Une progression, mois après mois

Et pour cause, à partir de la mi-novembre, Cam Reddish a enchaîné trois matchs à 12, 13 et 17 points. Ces trois matchs à plus de 10 points sont certes arrivées dans trois défaites, et les deux premières au prix d’un vilain 9/28 aux tirs mais l’ailier débutant commençait enfin à prendre son envol. Du moins ses marques…

« Je pense que j’ai déjà un impact important en défense », nous expliquait-il en novembre. « Donc je veux essayer de continuer à faire ça. Et puis, je m’en tiens pour le moment aux basiques, à ce que je sais faire en attaque. Pour construire au fur et à mesure. »

Resté collé dans les starting blocks, Cam Reddish a pour le coup su rebondir par la suite, sans désespérer. Et sa progression se ressent dans ses chiffres, avec une amélioration constante, de mois en mois.

Certes parti de très bas, comme il l’a lui-même reconnu, Cam Reddish a constamment réussi à progresser, atteignant ainsi l’objectif principal de sa saison, tel qu’il nous l’avait défini : « Je veux simplement continuer à m’améliorer et progresser au fur et à mesure de la saison. »

« Privilégié de pouvoir jouer en NBA », il a prouvé après le All-Star Break qu’il avait largement le niveau pour évoluer chez les grands, avec 16 points à 50% aux tirs, dont 39% à 3-points, en dix rencontres.

Auteur de six matchs de suite à plus de 10 points en janvier, et même une série de sept en février, Cam Reddish a peu à peu mis son attaque au niveau de sa défense. Le rookie qui fonçait tête baissée dans le mur de la défense adverse en début de saison a ainsi appris à contourner les obstacles. Et il a gagné en confiance en chemin !

Un autre petit jeune qui monte à Atlanta

Demandez à Evan Fournier ! Le tricolore s’est pour le coup fait subtiliser le ballon par son cadet, plein d’autorité et de force, avec Cam Reddish qui va jusqu’au layup (plus la faute) de l’autre côté. Avec ses 2m03 et 100kg, le Hawk est un arrière/ailier en cela qu’il peut évoluer sur les deux postes… mais sans en avoir (encore) les qualités techniques.

En l’occurrence, Cam Reddish avouait à Richard Jefferson qu’il demandait conseil à Vince Carter pour améliorer sa mécanique de shoot, et notamment pour être plus rapide dans son geste face aux féroces défenseurs de la ligue.

« Ce n’est pas facile pour les gars qui sont si grands de pouvoir se mettre en position et se tenir prêt », confirme Marlon Garnett, l’assistant coach des Hawks qui s’est vu confié le développement du rookie, pour Sports Illustrated. « En NBA, il faut pouvoir shooter à un rythme un peu différent, un peu plus rapide et trouver une zone de confort avec ce type de tir. »

Voilà pourquoi il aura fallu attendre le mois de mars pour voir Cam Reddish flirter avec la barre des 30 points, avec son record personnel établi à 28 unités (11/17 aux tirs dont 5/7 à 3-points) dans une défaite à Washington.

Voilà aussi pourquoi il va falloir encore être patient avec les Hawks, et Cam Reddish en particulier, la saison prochaine. Après une seule année à la fac, le rookie de 20 ans dispose d’une énorme marge de progression, notamment à la création. Pour ses débuts, et alors qu’Atlanta manquait d’un back-up pour Trae Young et qu’il a pu être parfois utilisé comme meneur, Cam Reddish a effectivement terminé avec plus de balles perdues (96) que de passes décisives (87)…

S’il ne devrait plus trop lui être demandé de mettre l’attaque en place, Cam Reddish peut néanmoins ajouter sa combinaison de talent et de jeunesse au mélange intéressant qui se créé à Atlanta. Derrière le duo Trae Young – John Collins, les Hawks commencent à réunir des jeunes joueurs solides à chaque poste avec l’arrivée (par un échange) de Clint Capela et les drafts de Cam Reddish donc mais aussi Kevin Huerter et De’Andre Hunter.

Et l’ancien de Duke a beaucoup tiré de son début de saison : « J’ai appris que la saison est longue, qu’il faut bien prendre soin de son corps. Il faut se préserver et garder ses jambes fraîches pour chaque match. »

Propos recueillis à Portland

Cam Reddish Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2019-20 ATL 58 27 38.4 33.2 80.2 0.6 3.1 3.7 1.5 2.3 1.1 1.7 0.5 10.5
Total   58 27 38.4 33.2 80.2 0.6 3.1 3.7 1.5 2.3 1.1 1.7 0.5 10.5

Les highlights de sa saison rookie

Son meilleur match en carrière

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atlanta Hawks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés