Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le 22 mai 2006, Dirk Nowitzki et les Mavericks passent enfin l’obstacle des Spurs

Dans l’un des plus intenses matches des années 2000, Dallas est venu éliminer le champion en titre chez lui, dans un Game 7 et après une prolongation !

Par deux fois, les Spurs semblaient perdus. Déjà parce que les champions en titre étaient menés 3-1 dans cette demi-finale de conférence 2006. Puis dans ce Game 7, en deuxième quart-temps car Dallas comptait 20 points d’avance.

Mais on n’élimine pas aussi facilement la bande de Tim Duncan (63 victoires durant la saison 2005-2006). Après une première mi-temps totalement maîtrisée par les hommes d’Avery Johnson, Gregg Popovich décide ainsi de casser le rythme et de donner les ballons à son intérieur star.

Une aide défensive qui se transforme en boulet…

Tim Duncan termine la rencontre avec 41 points, 15 rebonds, 6 passes et 3 contres et avec sa présence, ses paniers, ses lancers-francs ou ses passes décisives, il va permettre aux Spurs d’être devant de trois points à moins de 30 secondes de la fin. « Il est incroyable, impossible à défendre », salue Dirk Nowitzki. « Il a été fantastique pendant toute la série. On n’a jamais trouvé de solution pour l’arrêter. »

Après un panier primé de Manu Ginobili, servi par Tim Duncan, les Mavericks sont donc menés 104-101. Un stop de la part des Spurs et les voilà en finale de conférence. Dirk Nowitzki est face à Bruce Bowen, il l’enfonce puis le déborde et monte au cercle. Venu en aide, Manu Ginobili tente le contre mais il commet une faute. L’Allemand marque : deux points plus la faute, donc une occasion d’égaliser alors même que les Spurs auraient eu leur destin entre leurs mains en le laissant marquer à l’intérieur…

Bien évidemment, l’intérieur des Mavericks ne tremble pas pour inscrire le lancer-franc bonus. Il contre même Tim Duncan pour éviter une défaite sur le fil ensuite. On file en prolongation.

Un des sommets des magnifiques playoffs 2006

Dallas entame bien mieux ces cinq minutes supplémentaires avec des paniers de Josh Howard, Jerry Stackhouse et DeSagana Diop. Tim Duncan, lui, fatigue et manque deux shoots de suite près du cercle à moins d’une minute du terme. Les Mavericks sont solides au rebond et finissent par l’emporter 111-119 sur le parquet des Spurs.

« Ce fut une série très spéciale », commentera Dirk Nowitzki, seul rescapé de l’équipe éliminée par les Spurs en 2003. « On avait la foi : c’était notre moment cette fois-ci de gagner. »

Dans des playoffs 2006 qui furent parmi les plus incroyables de l’histoire en terme de suspense et de rebondissements, cette série entre les deux équipes texanes restera dans les mémoires. Tim Duncan ira même jusqu’à parler de la « meilleure série » à laquelle il a participé durant sa carrière (à l’époque).

Les champions 2005 sont donc vaincus sur leur parquet, et manque encore une fois, après 2000 et 2004 et comme en 2008 puis 2015, le doublé. Cette faute, clairement pas nécessaire, de Manu Ginobili sur Dirk Nowitzki, hante toujours les fans de San Antonio.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dallas Mavericks en 1 clic

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés