Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Entre LeBron James ou Michael Jordan, qui a affronté les adversaires les plus coriaces en playoffs ?

Alors que le débat fait toujours rage entre les fans de Michael Jordan et ceux de LeBron James, FiveThirtyEight.com a fait le point sur les adversaires des deux joueurs en playoffs.

Selon David Falk, l’agent de Michael Jordan, le documentaire « The Last Dance » rappelle à tout le monde que « His Airness » est le plus grand joueur de l’histoire du basket. Les fans de MJ mettent également en avant le bilan immaculé de l’arrière des Bulls en Finals (six victoires en six participations, avec six trophées de MVP).

En face, les supporters de LeBron James répondent que le « King » a affronté des équipes beaucoup plus fortes en Finals, et que son bilan (trois victoires en neuf participations) ne remet donc pas du tout en cause son héritage.

Pour mettre un peu « d’objectivité » dans ce débat insoluble, puisqu’il compare des joueurs évoluant à des postes et des époques différents, Mike Prada a utilisé le « Net Rating » (la différence entre les points marqués et encaissés sur 100 possessions) pour classer les adversaires de Michael Jordan et LeBron James en playoffs.

Une conférence Est plus forte à l’époque de Michael Jordan

La première conclusion, c’est que la conférence Est était bien plus forte à l’époque de Michael Jordan qu’à l’époque de LeBron James. En finale de conférence, le « Net Rating » des six adversaires des Bulls, de 1991 à 1993 puis de 1996 à 1998, est ainsi de +5.8 en moyenne (+3.6, +5.7, +6.4, +6.0, +6.2, +6.8).

Pour les Cavaliers et le Heat, en 2007, puis de 2011 à 2018, ce « Net Rating » moyen n’est que de +4.7 (+4.7, +8.0, +2.8, +4.5, +4.8, +5.8, +4.8, +2.8, +3.7).

LeBron James davantage « outsider »

Par contre, si LeBron James avait l’avantage d’être dans une conférence Est plus faible, il se retrouvait ensuite face à des adversaires venant de l’Ouest globalement plus forts que ceux affrontés par son aîné.

Il a notamment défié trois fois des Warriors qui affichaient un « Net Rating » supérieur à +10 (2015, 2016 et 2017), alors que la meilleure équipe affrontée par « MJ » en Finals, le Jazz de 1997, n’était qu’à +9.6. Mais il a aussi affronté des adversaires plus faibles, comme les Mavericks de 2011, et leur « Net Rating » de +4.7.

Globalement, on voit ainsi que les équipes de Michael Jordan étaient simplement plus fortes que celles de LeBron James, et qu’elles arrivaient en Finals en tant que favorites, et pas en tant qu’outsiders.

Beaucoup plus de variations pour LeBron James

Comme l’indique Mike Prada, c’est aussi parce que les Cavaliers du « King », lors de ses dernières années dans l’Ohio, avaient tendance à s’économiser en saison régulière pour hausser le ton en playoffs, ce qui entraîne un biais.

Dans cette période, les équipes de LeBron James avaient ainsi tendance à « surperformer » en playoffs.

Mais si, avec la victoire face aux Warriors de 2016, LeBron James a décroché le succès lors d’une série de playoffs face à la plus forte équipe jamais affrontée par lui ou Michael Jordan, ses troupes ont aussi beaucoup plus souvent « sous-performé ». Ainsi, les Bulls n’ont perdu que deux séries où ils étaient largement en-dessous de leur niveau affiché en saison régulière : face aux Pistons en 1988 et face aux Celtics en 1987.

Pour LeBron James, il y en a au moins cinq : face aux Spurs en 2014, face aux Warriors en 2018, face aux Celtics en 2010, face aux Mavericks en 2011 et face au Magic en 2009.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés