Matchs
hier
Matchs
hier
DEN114
LAL106
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.36BOS1.65Pariez
  • DEN3.05LOS1.39Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Charles Barkley se souvient de la bonne leçon de Bill Russell sur les impôts

Dans les années 80, le jeune chien fou a reçu un coup de fil qui l’a marqué à vie comme il l’a rappelé dans le podcast « Hoops Adjacent » de The Athletic.

« Sir Charles » a confié une anecdote remontant à au moins trente ans, impliquant son aîné Bill Russell, accessoirement 11 fois champion NBA. Ce dernier n’avait pas résisté à l’envie de donner une petite leçon au jeune Charles Barkley qui venait de se plaindre à la télévision qu’il payait trop de taxes depuis qu’il évoluait en NBA.

« Bill Russell m’a appelé une fois, c’est comme ça que nous sommes devenus amis, » a-t-il lancé. « Si vous connaissez Bill Russell, il ne parle pas souvent…»

Ce jour là, c’est pourtant lui qui avait le plus parlé et sur un ton visiblement assez sec, suffisamment pour que son interlocuteur se rappelle de la conversation trente ans plus tard…

« J’ai reçu cet appel bizarre, un indicatif 206 quelque chose. Je me dis qu’à part Gary Payton, je ne connais personne à Seattle. Je réponds et on a ce dialogue :
– Charles Barkley ?
– Oui, qui est-ce ?
– Bill Russell.
– Hé, M. Russell, comment ça va ?
– Ferme-la et écoute-moi.
– D’accord, M. Russell.
– Où as-tu grandi ?
– J’ai grandi en Alabama.
– Tu es allé à l’école publique ?
– Oui, monsieur, je suis allé à l’école publique.
– Les flics sont-ils déjà venus patrouiller dans ton quartier ?
– Oui, ils venaient souvent.
– Vous avez eu de bons professeurs, non ?
– Oh, j’ai eu de bons professeurs.
– Oh, et maintenant ton gros cul gagne beaucoup d’argent, tu veux te plaindre des impôts ?!
– M. Russell, de quoi parlez-vous ?
– J’ai vu ton gros cul à la télé, parler de tes impôts élevés. Fiston, laisse-moi te dire quelque chose. Réjouis de gagner beaucoup d’argent et qu’ils peuvent te taxer beaucoup. Car il fut un temps où tu étais pauvre, quand les flics venaient dans ton quartier, quand tu allais à l’école publique, et c’est quelqu’un d’autre qui payait ces impôts.
– Vous savez quoi, M. Russell, vous avez raison.

Et depuis ce jour, c’était à la fin des années 80, je ne me suis plus jamais plaint de mes impôts. Je suis heureux de gagner beaucoup d’argent. J’ai appris une bonne leçon ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés