Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

La justice américaine autorise NBA 2K à reproduire les tatouages des joueurs

Il était notamment question des tatouages de LeBron James. L’ailier des Lakers s’était d’ailleurs exprimé en faveur de l’éditeur de jeux vidéo il y a deux ans.

C’était une bataille judiciaire qui durait depuis quatre ans. C’est en 2016 que la société Solid Oak Sketches, qui gère les droits de reproduction de plusieurs créateurs de tatouages, avait attaqué Take-Two Interactive et Visual Concepts, les deux éditeurs de NBA 2K.

La ligne de défense de Solid Oak Sketches était simple : les tatouages de certains joueurs – LeBron James ou Kobe Bryant, par exemple – sont des créations privées, donc non exploitables à des fins commerciales. Voilà pourquoi pas moins de 1.1 million de dollars était réclamé.

Une position que l’un des principaux intéressés, LeBron James en l’occurrence, ne partageait pas puisqu’il avait exprimé son soutien à NBA 2K, via une déclaration livrée au tribunal de New York en août 2018. Quasiment deux plus tard, l’affaire est réglée.

La juge Laura Swain a estimé que l’utilisation des tatouages dans le jeu était de l’ordre du « détail », s’appuyant sur l’analyse d’experts qui chiffraient ces tatouages de seulement “0.000286 % à 0.000431 % du jeu », ainsi que de l’ordre de la logique : les concepteurs veulent se rapprocher le plus de la réalité quand ils reproduisent un joueur.

De plus, elle a rappelé que les tatoueurs savent, quand ils sont sollicités par des célébrités, que leurs œuvres peuvent finir à la télévision, dans des publicités ou d’autres médias, comme un jeu vidéo.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés