Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Joël Ayayi : « Je suis enthousiaste pour l’an prochain, le meilleur reste à venir »

Auteur d’une belle saison sophomore au point d’être élu meilleur joueur du tournoi de sa conférence, l’arrière de Gonzaga nous raconte son quotidien depuis l’arrêt de la saison NCAA et ses ambitions pour les mois à venir.

Très solide dans l’une des meilleures universités du pays, l’arrière Joël Ayayi s’est affirmé cette saison avec le maillot de Gonzaga. Pour le natif de Bordeaux, la NCAA a pris la meilleure décision possible en annulant la « March Madness », et malgré ce coup dur, son bilan personnel reste satisfaisant. Discussion avec l’une des futures pépites du basket tricolore.

Joël Ayayi, qu’est-ce que la pandémie de coronavirus a changé dans votre quotidien ?

J’ai dû changer mes habitudes, j’ai dû changer mes plans. Il y a encore quelques jours, nous avions encore accès à notre salle d’entrainement, on pouvait y aller quand on le voulait, même à plusieurs, y venir avec des amis, quasiment une vie normale entre guillemets… Mais désormais, on doit être plus vigilant, on ne peut aller à la salle qu’à certaines heures précises, on doit éviter les contacts avec du monde, avec un coach qui vient avec toi pour prendre tes rebonds, pas plus. C’est plus structuré, plus organisé. On doit être organisé avec un plan, savoir quand on va à la salle et ce que l’on veut y faire. Il ne faut pas plus de dix personnes dans la salle en même temps.

Contrairement à la NBA, vous avez quand même accès à certaines installations…

Oui, je pense que Gonzaga fait de son mieux et que l’on fait ce qu’il faut ici. On voit de moins en moins de gens sur le campus, les gens respectent les distances, donc les gens font aussi de leur mieux pour éradiquer le fléau. On a eu accès à nos infrastructures un peu plus longtemps que certaines autres universités, mais tout est organisé. On prend la mesure de l’événement. On sait ce qu’il se passe et on va maintenant patiemment attendre.

Vous et Kilian Tillie êtes proches, c’est essentiel d’avoir un compatriote à vos côtés ?

C’est important, c’est sûr. On se parle tout le temps et on essaye de limiter les contacts car on ne sait jamais, on a des consignes et on a vu des joueurs NBA qui n’avaient pas les symptômes et qui après s’être fait tester ont finalement le virus. Quand on doit faire des choses ensemble, on fait attention. On est beaucoup au téléphone, on va faire nos courses ensemble mais on essaye de faire attention. Avec ce contexte si particulier, on essaye de prendre le plus de sécurité possible. Mais c’est sûr, le fait de savoir qu’il est là pour moi, et que je suis là pour lui, c’est très rassurant.

La NCAA a été l’une des premières ligues a décidé de tout suspendre, puis carrément annuler la fin de saison. Après un superbe tournoi de la WCC (MVP et champion avec Gonzaga), ça dû être compliqué à encaisser.

C’était une grosse déception mais c’est la meilleure décision que la NCAA pouvait prendre. La santé, c’est plus important que tout, donc ils ont pris la meilleure décision possible. En tant qu’athlète, on était tous très déçu, mais avec du recul, c’est sûr que c’était la meilleure chose à faire. C’était inévitable, la NCAA ne pouvait pas le faire, même à huis clos. Le risque était trop grand et il faut être patient. C’est vrai que ça a été dur à digérer car le travail de toute une saison a été mis entre parenthèses, mais c’est comme ça, on doit avancer et prendre toutes les précautions possibles.

Revenons sur votre saison sophomore à Gonzaga. Votre meilleure depuis votre arrivée à Spokane, avez-vous atteint vos objectifs ?

L’un des objectifs était de gagner la « March Madness », mais ce n’est plus accessible pour cette saison. Ça laisse un goût amer, mais c’est comme ça. Individuellement, je suis plutôt content, c’est sûr que j’aurais pu faire mieux, surtout durant cette phase de « moins bien » il y a quelques semaines… Mais je trouve que ma saison a été plutôt intéressante. J’ai commencé la saison avec le statut de première rotation sur le banc, et je l’ai terminée dans la peau d’un titulaire, avec beaucoup de responsabilités, donc je suis content. C’est une réponse aux attentes qui étaient placées en moi, qui avaient été fixées par le coach et moi-même. Je suis enthousiaste pour l’année prochaine, le meilleur reste à venir.

En terme de progression dans le jeu, vous avez montré sur la saison que vous pouviez noircir la feuille, bien plus que lors de vos saisons passées où beaucoup de gens vous cataloguaient comme un scoreur quasi exclusif. La culture du jeu collectif de Mark Few aide également à vous développer dans ce sens-là…

Gonzaga est un contexte intéressant, quasiment parfait pour moi car on joue d’une manière super structurée. Je sais ce que je dois faire, j’ai appris les fondamentaux, je bosse dur pour progresser et on joue un basket très proche du basket européen. Il y a un bon mix avec la culture du jeu à l’américaine, mais pour nous, les joueurs européens, on a une bonne base afin de s’adapter car on joue avec de grosses caractéristiques du jeu à « l’européenne ». C’est un contexte idéal pour se développer. Ils ont formé un tas de gars qui sont devenus des pros en Europe ou en NBA, donc leur réputation n’est pas à faire.

Un mot sur Killian Tillie, qui va tenter de faire le grand saut pour la NBA. Comment voyez-vous la suite pour lui ?

Je pense que Killian est prêt, qu’il est prêt à jouer au niveau supérieur. Il va apporter son gros QI basket, une belle capacité à shooter et à écarter le jeu. C’est un super gars dans un groupe, un coéquipier modèle. C’est un « team player », un gars qui bosse pour l’équipe et qui donne tout pour celle-ci. C’est un guerrier, un battant. Je pense qu’il fera une bonne carrière en NBA.

Propos recueillis par téléphone

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés