NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Rencontre avec Florian Gautier, l’homme qui dort chez les joueurs français de NBA

Depuis trois ans, ce journaliste passe « deux nuits avec » des sportifs professionnels et il a déjà fait deux passages par les États-Unis et la NBA.

Comment peut-on se retrouver dans la voiture puis la maison de Rudy Gobert ou échanger avec Vincent Poirier dans le salon du joueur de Boston ? En passant deux nuits avec eux, comme le fait Florian Gautier.

Ce Parisien de 24 ans, diplômé de l’IUT de journalisme de Tours, s’est lancé dans cette aventure un peu folle : aller dormir chez des sportifs professionnels et partager pendant quelques jours leur quotidien. Il a donc monté sa chaîne YouTube « Deux Nuits Avec ».

Un mélange de ‘J’irai dormir chez vous’ et ‘Intérieur Sport’

Mais comment est né ce concept, qui rappelle beaucoup J’irai dormir chez vous, l’émission culte des années 2000 d’Antoine de Maximy ?

« J’ai tenté le concours des jeunes journalistes professionnels afin d’entrer à l’AFP en 2017 », nous raconte-t-il. « Je pensais l’avoir réussi, mais je l’ai complétement raté. Dès lors, je n’avais plus rien à faire. Ça faisait très longtemps que j’avais ce concept de « Deux nuits avec » même si je n’ai aucune idée du moment où ça m’est venu. Après, j’aime beaucoup « J’irai dormir chez vous », c’est une véritable inspiration. Donc je me suis dit que c’était le moment ou jamais. Mais il fallait le faire très sérieusement. Je me suis donné trois ans pour en vivre. Les deux premières années, je faisais de l’intérim à côté pour payer les déplacements et le matériel. »

Il qualifie son idée d’un « mélange de ‘J’irai dormir chez vous’ et ‘Intérieur Sport’, toute proportion gardée » pour notamment montrer l’aspect humain des sportifs.

Grâce à des contrats (de courte durée) avec la LIDL Starligue de handball et le site Eurosport, il parvient désormais à vivre très bien de ses vidéos. Et celle qui a fait le plus de vues, c’est sa rencontre avec Rudy Gobert.

Un comble pour un journaliste sportif qui entretenait plus jeune une relation lointaine avec le basket. « Malheureusement, je suis clairement passé à côté de quelque chose. J’aurais aimé suivre ça plus jeune », regrette-t-il, même s’il se rattrape depuis qu’il réalise ses vidéos et loue la communauté française autour de la NBA.

En deux semaines, c’était bouclé avec Rudy Gobert

Comment a-t-il donc fait pour monter cet épisode avec le All-Star du Jazz ?

« C’est un travail de longue haleine et c’est surtout du réseau », explique-t-il. « J’ai tourné avec Florent Piétrus à Strasbourg et il a un agent qui gère son image. Ce dernier s’occupe de plusieurs joueurs dont Rudy Gobert. Comme il a aimé mon concept, il m’a proposé les sportifs dont il s’occupe. Un jour, j’ai demandé si c’était possible avec Gobert. L’agent me répond qu’il va lui en parler. Je m’attendais à plusieurs mois d’attente, voire un an. Deux semaines plus tard, il me confirme que c’est possible et me demande de prendre mes billets d’avion. »

Ensuite, Florian Gautier prend contact avec l’agence de communication Com’Over, qui s’occupe de la NBA en France et gère les accréditations pour les matches. Pour prévenir de sa future présence, il envoie quelques mails à la franchise en question. Pour joindre directement Vincent Poirier, il était passé par le compte Instagram d’Eurosport. Les Celtics avaient alors quelques questions à lui poser, mais rien de lourd ou problématique.

« En France, que ce soit au football ou même en basket, c’est très compliqué. La communication des clubs est rapidement débordée et les Français ont beaucoup de mal devant de tels concepts. En NBA, je m’attendais à avoir quelques barrières, mais en réalité, pas du tout. C’est le contraire. L’attaché de presse à Salt Lake City est venu me voir pour me dire qu’il était heureux de ma présence. Il m’a filé son numéro de téléphone si besoin. L’état d’esprit est différent, ils sont très ouverts. »

Les deux expériences avec les Français ont été inoubliables pour lui. Il fut particulièrement impressionné par le professionnalisme et le sens du détail de Rudy Gobert – « j’ai rarement vu ça chez un sportif », se souvient-il – et garde un contact quasiment quotidien avec Vincent Poirier depuis son récent passage à Boston.

Objectif USA et 100 000 abonnés

Bien sûr, et avec la colonie de joueurs français en NBA, il a d’autres envies mais la suite s’annonce plus compliquée.

« J’adorerais faire Frank Ntilikina à New York. Mais que ce soit pour lui, Evan Fournier ou Sekou Doumbouya, ils partagent le même agent et il ne veut pas pour le moment. Pour Fournier, comme il a sa propre série, il préfère gérer sa communication lui-même. Et pour Doumbouya et Ntilikina, les situations sportives ne se prêtent guère à l’exercice pour l’instant. »

Il faudra donc être patient pour revoir Florian Gautier avec un joueur NBA. En attendant, il vise les 100 000 abonnés sur sa chaîne YouTube, qui en compte 16 600, pour gagner en visibilité et décrocher d’autres contrats avant peut-être, son « objectif ultime » : faire voyager son concept et le transposer en anglais aux États-Unis.

D’ici là, 2020 pourrait lui permettre de décoller car de beaux noms ont donné leur accord et « si ceux qui ont dit oui vont au bout et jouent le jeu, ça devrait être une belle année pour moi », annonce-t-il.

En attendant un jour de le voir dormir chez Zion Williamson, Trae Young ou encore Luka Doncic ?

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires