Matchs
hier
Matchs
hier
DEN114
LAL106
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.36BOS1.65Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La course au MVP : 2008, l’année de l’unique sacre de Kobe Bryant

La légende des Lakers n’a remporté qu’un seul trophée de MVP de la saison régulière, à 30 ans et après douze années de carrière. C’était en 2008 et cela marquait son retour au sommet de la ligue.

Chaque mardi, Basket USA vous propose son Top 5 des candidats au titre de Most Valuable Player et cette semaine, hommage est rendu à Kobe Bryant, lauréat en 2008 et le troisième ancien vainqueur seulement, en 64 ans d’existence du plus prestigieux trophée individuel de la ligue, à nous quitter après Wilt Chamberlain (63 ans) en 1999 et Moses Malone (60 ans) en 2015.

Comme Shaquille O’Neal, élu en 2000, Kobe Bryant n’a inscrit son nom au palmarès qu’une seule fois, alors qu’il était considéré comme le meilleur joueur du monde pendant plusieurs années. Avant ce sacre de 2008, il n’était pas passé loin en 2003, 2006 et 2007. Il manquera même le doublé en 2009, la faute à un LeBron James de gala.

Souvent placé, presque jamais titré

En 2003, malgré 30 points, 6.9 rebonds, 5.9 passes et 2.2 interceptions de moyenne, il est devancé par Tim Duncan et Kevin Garnett, qui possèdent notamment un meilleur bilan collectif que les Lakers en quête de quadruplé. En 2006 et 2007, il est au sommet individuellement, mais Shaquille O’Neal est parti et Pau Gasol n’est pas encore là.

La première année, il compile 35.4 points, 5.3 rebonds, 4.5 passes et porte une faible équipe des Lakers vers les playoffs. Sauf que Steve Nash réalise le doublé. La saison suivante, Dirk Nowitzki et Dallas dominent la ligue alors que Kobe Bryant est encore en mode scoring, avec 31.6 points, 5.7 rebonds, 5.4 passes par match.

Puis vient 2007-2008, une saison jouée en deux temps. Le premier, c’est la surprise. Les Lakers ne possèdent pas un effectif impressionnant, mais avec un Kobe Bryant assagi sur le plan offensif et un Andrew Bynum en progression, les Californiens réussissent à faire mieux que simplement exister. Le soir du 1er février 2008, ils débarquent à Toronto avec un bilan très correcte de 29 victoires et 16 défaites.

Pau Gasol pour le libérer, Chris Paul pour le motiver

Sauf que ce soir-là, la saison des troupes de Phil Jackson change de dimension. Le transfert de Pau Gasol vient d’être annoncé. C’est le second temps. Totalement libéré par la nouvelle alors qu’il avait demandé son transfert durant l’été 2007, insatisfait du groupe qui l’entourait, Kobe Bryant colle 46 points à 19/28 au shoot aux Raptors. Un petit bijou pour fêter cet échange. Avec Pau Gasol, Los Angeles remporte 27 des 36 matches suivants et termine la saison régulière au sommet de l’Ouest.

Avec 28.3 points, 6.3 rebonds et 5.4 passes de moyenne, Kobe Bryant fait figure de favori. Mais la concurrence avec un jeune meneur, Chris Paul, ou encore avec Kevin Garnett (66 victoires pour les Celtics), laisse imaginer que le trophée pourrait à nouveau lui passer sous le nez. Pour s’assurer d’être élu, l’arrière marque les esprits lors du 80e match de la saison, le 11 avril 2008, contre les Hornets de Chris Paul justement.

Pour donner le ton, Kobe Bryant inscrit 10 points dans le premier quart-temps, puis pour conclure les débats, en ajoute 10 de plus dans les 6 dernières minutes avec un dunk arrière pour le Top 10 de la soirée. L’arrière des Lakers termine avec 29 points, 10 rebonds et 8 passes. Ce soir-là, il a sans doute gagné le trophée de MVP.

Quelques semaines après, il est officiellement élu MVP de la saison régulière avec 1 100 points et 82 votes pour la première place, devant Chris Paul (894 points, 28 premières places) et Kevin Garnett (670 points, 15 premières places). « Je ne m’attendais pas à ce que ce trophée me revienne un jour », avait réagi Kobe Bryant à l’époque. « Je suis surpris. Mais je n’aurais jamais pu gagner ce titre seul. Je peux remercier mes coéquipiers. Ce sont mes frères. C’est un scénario hollywoodien, digne d’un film. La fin idéale serait de remporter le titre. »

Les titres avant le trophée de MVP

La saison suivante, il terminera deuxième des votes, mais bien loin de LeBron James, qui entame alors sa prise de pouvoir puisque l’actuel ailier des Lakers va accumuler quatre des cinq trophées de MVP jusqu’en 2013. Entre 2006 et jusqu’à sa blessure en avril 2013, Kobe Bryant restera dans le Top 5 des votes chaque saison. Beaucoup pensent que ce titre de 2008 lui a été accordé plus pour l’ensemble de son œuvre que pour ses performances de la saison 2007-2008. C’est sans doute exagéré car il n’a pas volé sa statuette même si les votants avaient sûrement la sensation qu’il ne fallait pas passer à côté de ce moment.

Et désormais, on peut se demander comment un tel monstre n’a-t-il pu être honoré qu’une seule fois… En 2015, il avait lui-même répondu à cette interrogation. « Parce que les médias votent », avait estimé le « Black Mamba ». « Ça n’a jamais été un de mes objectifs de gagner beaucoup de titres de MVP. Ma mission c’était de remporter beaucoup de titres. Mais oui, ça me dérange. Bien sûr que ça me dérange… », avait-il conclu, en évoquant son seul trophée de MVP de saison régulière.

Ce sera fait puisqu’il a remporté cinq titres de champion et deux trophées de MVP des Finals en 2009 et 2010. Son nom figure bien dans le palmarès du MVP, et c’est bien le plus important désormais. Pour l’éternité.

1 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : Bucks – 40v-6d – 1er à l’Est
Stats : 31 min, 30 pts, 12.9 rbds, 5.6 pds, 1.1 int, 1.0 ct, 3.6 bps, 55% tirs, 32% 3-pts, 60% LF

2 – LeBron James
Bilan : Lakers – 36v-10d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 25.3 pts, 7.7 rbds, 10.7 pds, 1.3 int, 0.5 ct, 3.9 bps, 49% tirs, 34% 3-pts, 70% LF

3 – Luka Doncic
Bilan : Mavericks – 29v-17d – 5e à l’Ouest
Stats : 33 min, 29 pts, 9.6 rbds, 8.8 pds, 1 int, 0.1 ct, 4.2 bps, 46% tirs, 32% 3-pts, 76% LF

4 – James Harden
Bilan : Rockets – 29v-17d – 6e à l’Ouest
Stats : 37 min, 36.1 pts, 6.2 rbds, 7.3 pds, 1.6 int, 0.9 ct, 4.6 bps, 44% tirs, 35% 3-pts, 86% LF

5 – Kawhi Leonard
Bilan : Clippers – 33v-14d – 2er à l’Ouest
Stats : 32 min, 27.4 pts, 7.6 rbds, 5.2 pds, 2.0 int, 0.6 ct, 3.2 bps, 47% tirs, 36% 3-pts, 89% LF

Mentions : Anthony Davis, Jimmy Butler, Rudy Gobert, Nikola Jokic, Kemba Walker, Pascal Siakam

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés