Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

La course au MVP : défense d’y croire

Est-ce qu’un jour la NBA récompensera à nouveau un défenseur pour le trophée de MVP ?

Est-ce que les performances défensives (rebonds, contres, intimidation, aide…) d’un Rudy Gobert peuvent lui permettre de prétendre au trophée de MVP ? L’histoire de la NBA démontre qu’elle a rarement récompensé un défenseur. Si la défense fait gagner des titres, l’attaque continue de remplir les salles, mais aussi de remplir les Top 10 et les highlights. Difficile pour un défenseur de prendre le pas sur les meilleurs attaquants de la NBA. D’autant que dans le cas de Gobert, il a déjà du mal à décrocher une première sélection au All-Star Game.

Dans l’histoire, la NBA a rarement récompensé un défenseur, et lorsqu’elle l’a fait, le joueur en question était aussi l’un des meilleurs attaquants de la NBA. Ce fut le cas de Michael Jordan et d’Hakeem Olajuwon, vainqueurs des deux trophées la même année, respectivement en 1988 et 1994. Les deux étaient effectivement de très grands défenseurs, et il faut souvenir que Jordan était capable d’éteindre n’importe quel extérieur par sa vitesse, son intelligence de jeu, sa dureté et ses qualités mentales, tandis que Olajuwon était un cauchemar pour les Ewing, Robinson puis O’Neal plus tard. Meilleur contreur de l’histoire, c’était aussi un super voleur de ballon, ultra mobile, et doté d’un grand sens de l’anticipation.

« Un art perdu »

Avant eux, la NBA avait tout de même récompensé un défenseur. Il s’agissait de Bill Russell, le mythique pivot des Celtics. A son époque, on ne compte pas les contres et les interceptions, et Russell est l’antithèse de Wilt Chamberlain, son adversaire numéro 1. C’est un leader défensif capable de peser sur un match, voire une série de playoffs, uniquement par sa défense. Qui en est capable aujourd’hui ? Peut-être Rudy Gobert… Interrogé par NBA.com, un GM de la conférence Est parle « d’un art perdu » à propos de la défense du Français : « Vu comment on joue en NBA actuellement, et vu comment le jeu est orienté sur les attaquants, c’est difficile pour le commun des mortels d’apprécier pleinement combien il fait la différence pour le Jazz. C’est vraiment une chose magnifique que de voir un intérieur contrôler l’action près du cercle. On est trop concentré sur la ligne à 3-points et le jeu de loin, et on devrait revenir sur l’action près du cercle pour constater qu’il évolue à un niveau qui lui est propre. »

Plus que jamais, et même si on trouve encore de grands défenseurs comme Gobert justement, la défense est une affaire collective. Les règles actuelles, qui avantagent clairement les attaquants, limitent l’impact de la défense en un-contre-un, que ce soit dans les déplacements ou les situations en isolation. C’est plus particulièrement vrai en saison régulière où les arbitres sifflent davantage les contacts. Pour dominer les meilleurs attaquants de la NBA, les prises à deux sont légion, mais aussi les aides à l’opposé. Elles ont toujours existé mais elles sont de plus en plus fréquentes puisque les « antennes » ont disparu et qu’il est quasiment impossible de contenir un James Harden ou un Giannis Antetokounmpo sans les toucher. La zone est aussi apparue, et Nick Nurse multiplie les stratégies défensives depuis sa prise de fonctions aux Raptors.

Comme en 1988 et 1994 avec Jordan et Olajuwon, une poignée de joueurs peut réaliser le doublé. Il s’agit de Giannis Antetokounmpo, Paul George, Anthony Davis et Kawhi Leonard. Tous sont de très forts attaquants, et à moins que le Jazz domine la NBA comme le font actuellement les Bucks, Rudy Gobert ne pourra jamais prétendre au titre de MVP uniquement sur ses qualités défensives. Qu’il se rassure, c’est aussi le cas en football où le Ballon d’or récompense très rarement un défenseur.

1 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : Bucks – 39v-6d – 1er à l’Est
Stats : 31 min, 30 pts, 12.9 rbds, 5.6 pds, 1.2 int, 1.0 ct, 3.6 bps, 55% tirs, 32% 3-pts, 61% LF

2 – LeBron James
Bilan : Lakers – 34v-9d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 25.2 pts, 7.6 rbds, 11 pds, 1.3 int, 0.5 ct, 3.8 bps, 49% tirs, 34% 3-pts, 70% LF

3 – Luka Doncic
Bilan : Mavericks – 27v-15d – 5e à l’Ouest
Stats : 33 min, 28.9 pts, 9.7 rbds, 9.0 pds, 1.1 int, 0.1 ct, 4.3 bps, 47% tirs, 33% 3-pts, 78% LF

4 – James Harden
Bilan : Rockets – 26v-16d – 6e à l’Ouest
Stats : 37 min, 36.9 pts, 6.3 rbds, 7.4 pds, 1.6 int, 0.9 ct, 4.7 bps, 44% tirs, 36% 3-pts, 86% LF

5 – Anthony Davis
Bilan : Lakers – 34v-9d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 26.6 pts, 9.3 rbds, 3.2 pds, 1.5 int, 2.6 ct, 2.4 bps, 50% tirs, 30% 3-pts, 86% LF

Mentions : Kemba Walker, Jimmy Butler, Pascal Siakam, Kawhi Leonard, Nikola Jokic

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Utah Jazz en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés