Mondial
2019
Mondial
2019
FRA67
AUS59
ARG75
ESP95
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Rudy Gobert, le géant bleu

Le pivot français a été immense avec 21 points, 16 rebonds, 3 contres et 2 passes décisives, signant la meilleure évaluation des quarts de finale (36) dans la victoire face à Team USA (89-79).

Les Américains le redoutaient, « Gobzilla » leur a bien fait vivre un cauchemar. Toujours aussi impressionnant en défense, Rudy Gobert a également impacté la raquette adverse en attaque. Le pivot du Jazz s’était montré discret jusque-là (un peu plus de cinq tirs tentés en moyenne avant ce match), il s’est révélé au meilleur moment, trouvé aux bons spots par ses coéquipiers tout en étant vigilant au rebond offensif et efficace aux lancers.

« C’est une grosse victoire, il y avait une équipe très talentueuse en face. On savait que ça allait être un match difficile et ça a été le cas. Ils ne nous ont rien donné de facile mais on s’en est tenu au plan de jeu. Maintenant, il faut se préparer pour affronter l’Argentine. On sait que ça va être un autre défi de taille pour nous », a-t-il d’abord déclaré en conférence de presse.

Un match référence

Habitués à jouer « small ball » depuis le début de la compétition, les Américains ont opposé Myles Turner, rapidement mouillé en fautes, Brook Lopez, puis Mason Plumlee. Mais aucun d’entre eux n’a pu prendre le dessus sur le poste 5 français qui a régné en maître dans la raquette.

« Je savais qu’ils allaient essayer de jouer small ball, essayer de me faire sortir de la peinture, de restreindre mon activité. Mais on a fait un super boulot en tant qu’équipe, on a bien communiqué. Ils nous ont un peu touchés dans le troisième quart-temps. Mais à la fin, on a été en mesure de les punir à l’intérieur et de provoquer des stops défensifs. C’est ce qu’on a fait à la fin, en essayant de les pousser à prendre des tirs auxquels il ne sont pas habitués, à ne pas leur donner de lay-ups ou de 3-points ouverts à leurs shooteurs. Dès qu’on a contrôlé le rebond, on a pu courir à notre tour. Ça a été un effort collectif, une énorme victoire ».

Cerise sur le gâteau, c’est sur un scotch décisif administré à son coéquipier Donovan Mitchell, à 53 secondes de la fin, que les Bleus ont définitivement validé leur victoire. Particulièrement motivé à l’idée de défier l’arrière américain après avoir souffert du trashtalking de l’Australien Joe Ingles lors de la victoire des Boomers, Rudy Gobert a aussi été motivé par les commentaires de Myles Turner, comme l’a confirmé Nicolas Batum après la rencontre. Le pivot d’Indiana avait évoqué un « meilleur défenseur de l’année, pour certains » pour parler du Français, et terminer la rencontre avec 1 d’évaluation.

« On veut décrocher l’or »

Mais Rudy Gobert ne tire pas la couverture à lui et pour cause, c’est toute une équipe qui a rendu cette victoire historique possible. Mais celle-ci ne sera vraiment belle qu’à une seule condition : aller au bout.

« Pour moi, c’est vraiment incroyable. Parfois tu fais partie d’équipes très talentueuses, d’autres fois un peu moins mais malgré tout avec un groupe qui s’entend bien. Je crois que cette année on a les deux. On a des gars qui veulent gagner. Aucun de nous n’est là pour l’argent ou remplir ses propres objectifs, on est tous là pour une chose : gagner. Et quand les leaders arrivent à se sacrifier pour l’équipe, alors les 12 autres le font aussi. On savait que rien n’allait être facile et on ne veut pas simplement être en demi-finale, on veut décrocher l’or. Rien ne va être facile, ça va sans doute même devenir un peu plus dur. Mais je pense qu’on a la force mentale pour accomplir cet objectif. On sait qu’on sera là chacun l’un pour l’autre. C’est pour ça que c’est fun. Et d’écrire l’histoire c’est plutôt fun aussi. »

En fait, Rudy Gobert, comme d’autres Français sans doute, a réalisé un rêve de gosse. « J’en ai rêvé pendant longtemps quand j’étais gamin. Puis quand j’ai grandi, j’ai vu ces confrontations et je me disais qu’il y allait avoir une petite fenêtre pendant laquelle on pouvait être capable de les battre. Ce soir, avant le match, j’ai juste repensé à ça et au fait qu’on n’allait peut-être plus jamais avoir la même opportunité de le faire. Je l’ai dit aux gars, en particulier à Evan (Fournier) et aux joueurs de ma génération. On savait à quel point ce serait énorme pour l’histoire du basket français. Mais encore une fois, ça ne signifie pas grand-chose si tu ne gagnes pas l’or à la fin. Ça restera malgré tout l’une des plus belles victoires de ma carrière et de l’histoire du basket français ».

Rudy Gobert Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2013-14 UTH 45 10 48.6 0.0 49.2 1.1 2.3 3.4 0.2 1.3 0.2 0.7 0.9 2.3
2014-15 UTH 82 26 60.4 0.0 62.3 3.2 6.2 9.5 1.3 2.1 0.8 1.4 2.3 8.4
2015-16 UTH 61 32 55.9 0.0 56.9 3.4 7.5 11.0 1.5 2.7 0.7 1.9 2.2 9.1
2016-17 UTH 81 34 66.1 0.0 65.3 3.9 8.9 12.8 1.2 3.0 0.6 1.8 2.6 14.0
2017-18 UTH 56 32 62.2 0.0 68.2 3.0 7.8 10.7 1.4 2.7 0.8 1.9 2.3 13.5
2018-19 UTH 81 32 66.9 0.0 63.6 3.8 9.0 12.9 2.0 2.9 0.8 1.6 2.3 15.9
Total   406 29 62.9 0.0 63.1 3.2 7.3 10.5 1.3 2.5 0.7 1.6 2.2 11.1
A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Utah Jazz en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés