Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Pour ces Bleus, un Nicolas Batum offensif est indispensable

Voilà cinq ans que Nicolas Batum n’avait pas autant scoré sous le maillot bleu. Depuis les deux derniers matchs de la Coupe du Monde 2014 en Espagne.

Aujourd’hui, à l’aube de la Coupe du monde en Chine, il souhaite enfiler un costume le rôle de « facilitateur ». Un costume qui lui va bien, mais qui ne permettra pas à la France de réaliser son rêve d’or dans l’Empire du Milieu.

Depuis la blessure de Thomas Heurtel, Vincent Collet a encore plus besoin du scoring de son capitaine. Evan Fournier ne peut en effet pas porter l’équipe offensivement tout au long de la compétition, Nando De Colo manque pour l’instant de jambes et de rythme alors que Rudy Gobert n’a pas les mêmes espaces qu’en NBA.

Décaler ailier fort pour écarter le jeu

Hier, la France a été dans l’incapacité de mettre en place un jeu rapide pendant trois quart-temps. En manque également de jeu intérieur, les Bleus ont souffert sur jeu placé et la balle ne circulait pas bien du tout. Nicolas Batum n’a alors cessé d’encourager les siens en multipliant les discours sur le terrain et en donnant de la voix quand il était sur le banc. Mais il a aussi pris ses responsabilités pour aider son équipe à sortir du piège monténégrin.

Tout d’abord avant la mi-temps. Son équipe est dans le dur (41-29) et l’Astroballe est sonnée, mais l’instant d’une minute, il se transforme en « Batman » et enfile deux tirs primés coup sur coup. La foule explose et le capitaine des bleus peut serrer le point. Même si son équipe souffre, il vient quand même d’envoyer un message à ses coéquipiers.

Rebelote en début de quatrième quart. L’entrée d’Axel Toupane sur le poste 3 permet à Vincent Collet de passer Nicolas Batum sur le poste 4. Avec les deux hommes capables de changer sur tous les écrans, la France gagne en densité physique. Sa présence sur le terrain a aussi permis à la France d’avoir plus d’espace en attaque. Avec Rudy Gobert seul dans la raquette, la France a tué les aides défensives. Evan Fournier a donc pu briller en un-contre-un.

À confirmer face au Brésil

C’est aussi ce que permet Nicolas Batum. Sa connaissance du jeu et son sens du collectif sont des atouts indéniables. Il a montré hier soir qu’il pouvait être important à son équipe en tant que « facilitateur », mais qu’il facilitait aussi la tâche à ses coéquipiers en étant capable de prendre le match à son compte dans le scoring.

Sa montée en régime a d’ailleurs été soulignée par son entraineur en conférence de presse. « Il connait le jeu. L’utiliser sur le poste 4, est une force pour nous compte tenu de sa science du basket », assure Vincent Collet.

Le numéro 5 de l’équipe de France a de son côté souhaité garder le positif du dernier quart-temps. Il est lucide sur le fait que ça ne reste qu’un match de préparation et que le but est d’être prêt face à Allemagne le 1er septembre. Son équipe doit continuer à travailler et engranger de l’expérience collective. Cela tombe bien, c’est le Brésil qui est au menu du jour (20h30, RMC Sport 2), un Brésil en grande forme comme l’atteste sa belle victoire face à l’Argentine.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés