NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Quand Dirk Nowitzki pensait à un retour en Europe après ses premières saisons NBA

Les débuts en NBA de la légende des Mavericks ont été difficiles. Durant ses instants de doute, le MVP 2007 a insisté, toujours avec l’idée d’un possible retour en Europe.

Cela fait partie de la légende de Dirk Nowitzki. Les premiers matchs de l’Allemand en NBA furent ainsi compliqués. En 47 rencontres, il n’a dépassé les dix points qu’à 17 reprises et ses pourcentages de réussite étaient faibles.

Sans réelle préparation (c’est l’année du lockout) ni training camp dans les jambes, l’Allemand a peiné, comme tout bon rookie, mais encore davantage puisqu’il venait d’Europe et avait une certaine pression sur le dos.

« Sa première saison était bancale », se souvient son ancien coéquipier Cedric Ceballos. « Don Nelson lui avait mis une cible dans le dos en déclarant qu’il serait le rookie de l’année. Toutes les équipes et tous les joueurs l’avaient dans le viseur. Ça aurait été bénéfique pour lui de le laisser se faufiler dans la ligue. Il faisait deux workouts de plus quotidiennement, jour de match ou non. Ça paiera plus tard, mais à cette époque, il était épuisé pendant les rencontres. Il prenait alors deux fautes rapidement pour rejoindre le banc et se reposer. »

Outre l’arrivée dans une nouvelle ligue, beaucoup plus forte, Dirk Nowitzki est aussi complètement dépaysé.

« J’avais des soucis pour comprendre le langage autour de moi. Des centaines de fois, je ne comprenais rien à ce qu’ils disaient. Ils se foutent encore de moi, car je ne pouvais répondre que ‘bien sûr’. Cedric Ceballos se moquait de mon accent. Il disait que, quand je parlais anglais, je ressemblais à Arnold Schwarzenegger. »

Quand la confiance est là…

Face aux difficultés, Dirk Nowitzki a donc par moments envisager de rentrer en Europe mais l’intérieur voulait tout de même insister pour s’offrir une vraie chance de percer.

« J’ai pensé au moins finir mon premier contrat », raconte le MVP des Finals 2011. « J’avais des offres ailleurs. J’aurais pu aller à Milan ou Barcelone. J’aurais été plus proche de ma famille. Mais, une fois en NBA, j’avais pris cette décision, donc je devais au moins me battre pendant ce premier contrat et voir ensuite. Si ça n’avait pas fonctionné, après trois ans, je pouvais toujours revenir en Europe. »

Finalement, la fin de sa saison rookie, en 1999, apportera les premières lueurs positives. Les douze derniers matches, Dirk Nowitzki tournera ainsi à 14.5 points de moyenne.

« En fin de saison, et ce fut le plus important, Nellie m’a dit : ‘On n’est plus dans la course aux playoffs, donc tu vas revenir dans le cinq majeur. Pourquoi tu n’essaierais pas pas de t’amuser un peu ?’ Je me souviens de ce match à Phoenix où j’ai mis, je crois, 28 points (29, en réalité). Ce fut énorme pour ma confiance. Et on sait tous que, dans cette ligue, quand on a la confiance, on devient un joueur différent. »

La suite, on la connaît…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires