Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La formation en G-League, vedette des Finals 2019

MVP des Finals de G-League en 2017, Pascal Siakam est aujourd’hui le favori pour le trophée de Most Improved Player et le symbole de la réussite de la formation à Toronto. Au total, 16 finalistes sur 30 sont passés par la G-League.

Depuis que les franchises NBA ont leur propre équipe de G-League, beaucoup de joueurs passent par l’étage inférieur pour se former et gagner du temps de jeu avant de revenir en NBA. Cette année, Khris Middleton est ainsi devenu le premier All-Star passé par la G-League, et Nick Nurse est le premier coach, champion en G-League, à disputer à partir de ce soir une finale NBA.

Au total, 16 joueurs présents sur le terrain ce soir sont passés par la G-League, soit plus d’un joueur sur deux. C’est la preuve que le projet de la NBA, de créer des sortes de centres de formation liés aux franchises, porte ses fruits.

Raptors : Chris Boucher, Danny Green, Jeremy Lin, Patrick McCaw, Malcolm Miller, Eric Moreland, Norman Powell, Pascal Siakam et Fred VanVleet.
Warriors : Jordan Bell, Quinn Cook, Jacob Evans, Damian Jones, Shaun Livingston, Kevon Looney et Alfonzo McKinnie.

S’imprégner de la culture d’une franchise

« Pascal Siakam, Fred VanVleet et Norman Powell font partie d’un système et ils sont imprégnés de la culture Raptors » explique Jama Mahlalela, le coach du 905, la franchise affiliée aux Raptors. « Pour eux, ça a commencé très tôt avec le 905. Ces joueurs peuvent être plongés dans des moments importants. Certes, les playoffs de G-League ne sont pas les playoffs NBA mais il y a de la pression, des responsabilités, des médias et ils ont conscience de l’enjeu ».

Avant de devenir le favori pour le trophée de Most Improved Player et de devenir un joueur majeur en NBA, Pascal Siakam avait été MVP des Finals 2017 en G-League.

« C’est mieux que de rester au bout du banc sans avoir un rôle constant et un temps de jeu régulier » ajoute Chad Sanders, le GM du 905, sur NBC. « Cela permet à l’équipe d’avancer à merveille. On joue les mêmes attaques et les mêmes systèmes que les Raptors. Cela leur offre une chance de jouer, de rester frais et prêt, et de se former. »

La patte Jerry Stackhouse

Côté Warriors, Alfonzo McKinnie est aussi passé par le 905.

« Ça m’a beaucoup aidé, et je salue Jerry Stackhouse, l’un de mes coaches préférés » a réagi l’ailier de Golden State en conférence de presse. « Il m’a beaucoup aidé à devenir un défenseur sur les postes extérieurs. Avant, je jouais intérieur, mais quand je suis arrivé à Toronto, ils voulaient que je devienne un « 3-&-D ». J’ai dû faire la transition entre le fait de défendre sur des joueurs plus grands que moi, et défendre sur des extérieurs et des joueurs plus petits. Je pense que Stackhouse m’a aidé à me former quand j’étais au 905. »

Formateur désormais reconnu, passé par la fédération américaine et les Raptors, Jerry Stackhouse va désormais former des joueurs encore plus jeunes puisqu’il a pris les rênes de l’université de Vanderbilt. Sous ses ordres, il aura les fils de Scottie Pippen et de Kenyon Martin.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *