Finale
NBA
GSW110
TOR114
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Papa s’appelle VanVleet

Tombé dans des records de maladresse durant ces playoffs, Fred VanVleet s’est montré exceptionnel dans un Game 5 ô combien décisif pour les Raptors. Avec son 7/9 de loin, il a signé sa meilleure performance dans sa carrière en playoffs.

Le sport peut offrir des situations totalement rocambolesques. Menés 2-0 il y a quelques jours, les Raptors en sont la preuve. Leur meneur remplaçant, Fred VanVleet, en est une preuve encore plus éloquente. Au fond du trou avec son adresse depuis dix matches, il a gardé, contre vents et marées, la confiance de son coach Nick Nurse.

Une confiance déjà récompensée dans le Game 4 où « FVV » s’est retrouvé avec 13 points. Mais dans cette cinquième manche, il a fait encore plus fort.

D’une invraisemblable adresse cette fois, avec certains shoots très compliqués, il a rentré quasiment autant de tirs primés dans ce match que depuis le début de ces playoffs. Son 7e tir primé (sur 9 tentatives), un record en carrière, a été inscrit à environ deux minutes du terme, permettant à son équipe de reprendre une possession d’avance. Bref, avec ses 21 points en 37 minutes, il s’est montré ultra « clutch ».

« Il était promis à ce genre de soirée parce qu’on sait qu’il est un bon shooteur », assure Nick Nurse. « Encore une fois, il a fait 1/12 l’autre soir en double prolongation et je ne le savais même pas parce que j’ai trouvé qu’il avait tellement bien joué. […] Il était sans doute promis à être « on fire » durant ces playoffs. Ça a peut-être mis du temps à venir, mais c’était un grand match pour lui. Un grand match. »

« Il a fait son boulot ce soir », décrit de son côté, pas étonné outre-mesure, Kyle Lowry. Il semblerait malgré tout qu’un déclic soit survenu chez le meneur remplaçant depuis quelques jours. Un déclic qui viendrait peut-être ailleurs que du terrain. Lundi soir, le meneur est en effet devenu papa, pour la deuxième fois.

Pourtant, il manque de sommeil

Cette naissance était pourtant attendue pour le 31 mai prochain. Lundi, Fred VanVleet, dont la première fille était également arrivées trois semaines en avance, a donc dû prendre le premier avion pour rejoindre sa compagne à Rockford, ville de l’Illinois située à mi-chemin entre Chicago et… Milwaukee. Après une nuit passée à l’hôpital, il a pu retourner à Toronto le lendemain, jour de Game 4. Après une sieste, il a joué.

Bis repetita un jour plus tard puisqu’il est retourné à la maternité, avant de rouler jusqu’à Milwaukee pour le Game 5. Gagnant, la méthode du « zéro sommeil » ou presque ?

« Non mais vous savez, au milieu de tout ça, vous savez que ces playoffs ont été difficiles pour moi au niveau de l’adresse. Je n’ai pas beaucoup dormi mais j’ai toujours un entraînement à suivre. Il faut donc croire en son travail et savoir qu’à un moment donné, il sera récompensé. »

Outre cette confiance en lui, il estime tout simplement bénéficier de meilleures positions de tirs. Il faut reconnaître que durant le Game 3 par exemple, il avait hérité du cuir dans certaines fins de possessions casse-croûtes.

Dans le Game 6 samedi à Toronto, une première occasion de conclure, il serait bien inspiré de remettre ça. « Être à un match des Finales me paraît très bon », termine-t-il. « On va essayer de profiter de cette occasion. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto Raptors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés