NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
TOR105
WAS81
IND107
MIN103
PHI87
CHI79
OKC39
MIA50
MEM45
CLE48
SAS20
ATL24
DAL
POR3:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • DAL1.27POR3.85Pariez
  • BRO4.1MIL1.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Frank Vogel ne s’inquiète pas de la présence de Jason Kidd dans son staff

Les Lakers ont-ils mis Frank Vogel dans une situation impossible en lui imposant Jason Kidd en premier assistant ? Fraîchement nommé, l’entraîneur se veut rassurant et positif.

Sa présentation ne fut pas de tout repos, Magic Johnson s’étant chargé de dynamiter les choses avec son interview sur ESPN, quelques heures plus tôt, et Frank Vogel a dû répondre aux questions sur un autre sujet brûlant : Jason Kidd.

Connu pour manoeuvrer en coulisses, l’ancien coach des Nets et des Bucks a réussi à convaincre les dirigeants des Lakers, qui ne lui ont pas offert le poste de « head coach » mais l’ont tout de même imposé comme premier assistant. Une concession que Tyronn Lue a refusé, l’ex-coach des Cavs voulant choisir son staff, mais que Frank Vogel a donc acceptée.

Dans le marasme ambiant des Lakers, cette situation semble déjà explosive, mais le nouvel entraîneur se veut rassurant.

« Je suis très doué pour bloquer le bruit extérieur », a-t-il répondu en riant. « Je suis dans le milieu depuis longtemps. Je n’y pense pas. On peut dire la même chose de tous les entraîneurs de la ligue au sujet de leurs entraîneurs adjoints. Ça arrive de temps en temps. Je crois que si vous traitez les gens avec le respect qui convient et que vous faites le travail du mieux possible, que vous créez un environnement positif et collaboratif, on ne peut pas s’inquiéter de ces choses. On ne peut pas regarder par-dessus son épaule en permanence. On doit s’inquiéter d’avoir de bons entraîneurs, et c’est ce que je pense de cette embauche. »

Frank Vogel avoue qu’il ne connaissait pas personnellement Jason Kidd avant leur arrivée commune, mais les deux hommes ont pu longuement discuté et le coach assure que leurs conversations ont été très bonnes.

L’ex-coach des Pacers (2010-16) et du Magic (2016-18) rappelle ainsi qu’il a réussi ses meilleures années comme entraîneur avec un premier assistant de renom à ses côtés, « un joueur respecté, avec une expérience de coach, qui pouvait renforcer mon message » auprès de son groupe. En l’occurence, il s’agissait de Nate McMillan, engagé pour le seconder à Indiana en 2013… et qui a finalement pris sa place de l’équipe, en 2016, Larry Bird n’ayant jamais été un grand fan de Frank Vogel.

Mais la grande force de Frank Vogel, c’est son optimisme et son enthousiasme, qu’il avait réussi à communiquer à ses joueurs dans l’Indiana, moins à Orlando. À Los Angeles, il compte ainsi sur un LeBron James (présent lors de la conférence de presse) en bonne santé pour rebondir la saison prochaine, même s’il avoue que le club doit retrouver de la cohésion.

« Nous devons créer un lien au sein de la franchise, et je ne parle pas seulement des 15 ou 17 gars qui porteront le maillot ou qui se trouveront dans les vestiaires. Je parle de solidarité organisationnelle. En commençant par les propriétaires et le front office, en passant par les entraîneurs, les joueurs, les formateurs, le côté commercial – nous allons tous tirer dans la même direction. C’est quelque chose que j’ai toujours prêché en tant qu’entraîneur parce qu’on peut accomplir des choses incroyables si tout le monde est ensemble. Quand cela se produit, avec la façon dont nous faisons les choses au jour le jour, cela se traduit sur le terrain et dans notre façon de jouer. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Los Angeles Lakers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés