Matchs
hier
Matchs
hier
PHO119
SAS121
TOR110
BRO102
MEM128
WAS111
CHI109
LAC106
MIL125
CLE108
DAL112
MIA112
HOU91
DET98
DEN90
OKC77
Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.61ORL2.12Pariez
  • IND1.06CHA6.7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le maillot de Moses Malone enfin retiré

Les Sixers ont rendu hommage à leur ancien pivot, décédé à l’âge de 60 ans en 2015, en retirant son maillot frappé du numéro 2, mais aussi en dévoilant sa statue au centre d’entraînement.

Il régnait une atmosphère particulière au Wells Fargo Center cette nuit, au moins pour deux raisons.

Face aux Nuggets, les Sixers faisaient débuter leurs nouvelles recrues, et elles étaient nombreuses. Mais surtout, le maillot de Moses Malone, légende de la franchise où il a joué pendant cinq saisons (1982-1986 et 1993-1994) avec un titre de champion NBA en 1983 à la clé, a été retiré à la mi-temps. La bannière qui trône désormais au sommet de l’enceinte de la franchise, est notamment encadrée par le nom de tous ses coéquipiers, selon la volonté de Moses Malone avant sa mort. Le triple MVP avait en effet refusé de son vivant qu’on retire son maillot si ses anciens coéquipiers n’étaient pas associés.

Des hommages à la hauteur de sa légende

Tout au long de la rencontre, les hommages, diffusés durant les temps-morts, se sont multipliés. On a ainsi pu voir Hubbie Brown vanter les qualités de ce rebondeur hors norme, Bill Walton louer sa dureté, Allen Iverson insister sur la personnalité ouverte et attachante d’une légende qui l’avait aidé à améliorer son jeu, ou encore Magic Johnson qui a regretté que Moses Malone n’ait pas pu assister à cet événement de son vivant. « Il nous avait dominés, sweepés lors du titre de 1983 », a notamment rappelé l’ancien meneur des Lakers au sujet de la saison où Moses Malone « un véritable junkie du basket » avait raflé les trophées de MVP de la saison régulière et des Finals.

Plus tôt dans la journée, la franchise de Philadelphie avait aussi dévoilé la statue en hommage à l’intérieur Hall of Famer, treize fois All -Star, au cœur de son centre d’entraînement, en présence de Julius Erving. En compagnie des joueurs du titre de 1983, « Dr. J » a également sonné la cloche de la liberté avant cette rencontre.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés