NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La course au meilleur rookie : Luka Doncic et Deandre Ayton mènent la troupe

Après deux mois et demi de compétition et alors qu’on approche des 40 matchs disputés, on se fait une idée beaucoup plus claire des points forts et des points faibles de chaque rookie. Et si Luka Doncic impressionne tout le monde grâce à sa vision du jeu, son culot et sa maturité, Deandre Ayton n’a pas dit son dernier mot dans la course pour le ROY…

1. Luka Doncic | Dallas Mavericks

Stats : 19.6 points à 43.6% de réussite dont 37% à 3-points, 6.5 rebonds, 5.0 passes et 3.5 turnovers en 32 minutes

Si le talent du Slovène était connu de tous, après avoir tout remporté en Europe pour sa dernière saison sur le Vieux Continent, beaucoup d’observateurs américains doutaient de la capacité de Luka Doncic à faire la transition.

Etait-il assez rapide et assez physique pour résister aux monstres athlétiques de la NBA ? En quelques semaines, l’ancien du Real Madrid a levé pas mal de doutes, s’offrant des « money time » de feu et des shoots décisifs pour se mettre tout le monde dans la poche. « Ce gars est bon. Il comprend », expliquait ainsi Draymond Green. « Il va être un problème, mais il est déjà un problème. Et il va être très bon pendant longtemps. Il est excitant à regarder et il a redressé la franchise. »

C’est sans doute ce qui fait de Luka Doncic le grand favori pour le trophée de Rookie de l’année à l’heure actuelle. Outre son niveau de jeu, le Slovène a ramené de l’excitation à Dallas, où les dernières années de Dirk Nowitzki étaient en effet moroses. Pourtant, Dallas n’est que 12e à l’Ouest, mais toujours en course pour les playoffs (17 victoires – 19 défaites).

2. Deandre Ayton | Phoenix Suns

Stats : 17.0 points à 61% de réussite, 10.9 rebonds, 2.2 passes et 0.9 contre en 31 minutes

Mais si Luka Doncic semble avoir pris une longueur d’avance sur tous les autres rookies, Deandre Ayton n’a sans doute pas dit son dernier mot. Plombé par le début de campagne totalement raté des Suns, désormais bien installés à la dernière place de l’Ouest, le 1er choix de la dernière Draft a été repoussé dans l’ombre, mais il retrouve la lumière depuis quelques semaines.

Avec ses qualités physiques et ses excellents appuis, le Bahaméen est déjà une force sur le pick-and-roll. Et comme il est plus constant dans ses efforts, alors qu’il pouvait par moment sembler perdu et nonchalant en début de campagne, Deandre Ayton enchaîne les gros « double double » et tourne à 19.3 points et 12.5 rebonds de moyenne sur les 13 derniers matchs. Reste désormais à devenir plus solide défensivement, et surtout être véritablement intimidant sous le cercle…

Igor Kokoskov souhaite même le voir dans la conversation pour le trophée de meilleur défenseur de l’année l’an prochain. Il y a du boulot, mais si le pivot continue ses progrès dans le secteur en deuxième partie de saison, que Phoenix remonte et qu’il s’offre quelques actions décisives pour faire la une, il pourrait bien disputer à Luka Doncic le trophée de meilleur rookie.

3. Jaren Jackson Jr. | Memphis Grizzlies

Stats : 12.9 points à 51% de réussite dont 33% à 3-points, 4.6 rebonds, 1.2 passe et 1.2 contre en 25 minutes

Lors de la dernière Draft, on disait que Jaren Jackson Jr. est l’intérieur parfait pour la NBA actuelle, mais qu’il a encore du chemin à faire. Il faut dire que le fils de l’ancien Spur est le plus jeune joueur de NBA, et que ça se voit par moments.

Capable d’énormes performances et de rentrer des tirs décisifs face à Brooklyn ou contre les Lakers, en un-contre-un face à LeBron James, l’ancien de Michigan State connait aussi des matchs beaucoup moins brillants, quand il n’arrive pas à être servi rapidement près du cercle, là où il fait encore le plus de dégâts, et quand il est bien attendu sur sa main gauche, puisqu’il adore attaquer de ce côté alors qu’il est annoncé droitier, ce qui n’est vraiment pas commun…

Surtout, il peut être très vite gêné par les fautes, un point sur lequel il doit vraiment travailler pour être plus constant.

4. Trae Young | Atlanta Hawks

Stats : 15.6 points à 40% de réussite dont 27% à 3-points, 2.9 rebonds, 7.4 passes et 4.0 turnovers en 29 minutes

On se doutait que ce ne serait pas forcément simple pour Trae Young en NBA. En déficit physique, l’ancien d’Oklahoma souffre souvent en défense, d’autant que ses instincts défensifs et sa concentration laissent parfois à désirer.

En attaque, ses pourcentages de réussite pourraient aussi être inquiétants, surtout pour un shooteur… sauf que les adversaires refusent de le lâcher d’une semelle. Et ça permet au joueur des Hawks de mettre en avant sa plus grande force : sa vision du jeu. En attirant ainsi les défenses et en étant capable de trouver les décalages, Trae Young crée des tas d’opportunités pour ses camarades. Certes, il est encore gourmand et ça donne beaucoup de balles perdues, mais Atlanta peut travailler.

Les Hawks découvrent ainsi la « gravité », ce concept cher à Steve Kerr avec Stephen Curry, qui fait que la simple présence du double MVP force la défense à se découvrir à d’autres endroits. Il ne reste à Trae Young qu’à rentrer ses tirs, désormais.

5. Shai Gilgeous-Alexander | Los Angeles Clippers

Stats : 10.3 points à 49% de réussite dont 38% à 3-points, 2.9 rebonds, 2.8 passes et 1.7 turnovers en 27 minutes

Dès le training camp, les Clippers ont annoncé que Shai Gilgeous-Alexander était largement en avance et qu’il pourrait rapidement contribuer en NBA. Et on peur dire que Doc Rivers et sa troupe ne s’étaient pas trompés.

Pourtant arrivée dans une franchise à la hiérarchie à remodeler, et surtout au sein d’un backcourt surchargé, l’ancien de Kentucky s’est fait sa place, sans trembler. Très sûr sur son dribble, le Clipper joue comme un vétéran, avec des risques calculés et une capacité à être solide des deux côtés du terrain, grâce notamment à son impressionnante envergure.

S’il a encore besoin de prendre du muscle, Shai Gilgeous-Alexander sait trouver ses tirs à mi-distance et se faufiler pour aller au cercle. Et comme il ne force (presque) rien, il est déjà précieux pour les Clippers.

Mentions : Wendell Carter Jr, Marvin Bagley III, Collin Sexton, Kevin Knox, Mikal Bridges…


Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *