Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.63DEN2.29Pariez
  • IND1.96MIA1.85Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2018/19] 23e – Le jour d’après à Cleveland

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Après les Hawks, les Kings, le Magic, les Bulls, les Knicks, les Suns et les Nets, on reste encore à l’Est avec ces Cavaliers sans certitude suite au départ de LeBron James.

Que vaut Cleveland sans son Roi ? Difficile à dire. La franchise a décidé de miser sur Kevin Love, prolongé au prix fort, et le jeune Collin Sexton pour repartir de l’avant, avec un effectif riche en « role players ». Assez pour rester dans la lutte aux playoffs, mais peut-être pas pour valider son ticket.

Un trône sans prétendant

La première fois que LeBron James a quitté Cleveland, le club a remporté 19 victoires l’année suivante. C’était il y a huit ans. Mais les Cavs ont pris de l’avance pour reconstruire cette fois-ci, en faisant signer un gros chèque à leur deuxième All-Star, Kevin Love, et en récupérant Collin Sexton, huitième choix de la dernière Draft.

Autour des deux hommes, un paquet de « role players », mais reste à savoir si Kevin Love est capable de porter l’équipe en retrouvant son niveau de Minnesota (autour des 25 points, 10 rebonds, et quelques passes de moyenne). Sorti de l’ombre de LeBron James, avec son gros contrat, l’intérieur à la pression et de sa réponse dépendent les ambitions de Cleveland.

Les premières semaines de compétition permettront de se faire une idée sur l’ancien Wolf, comme sur Collin Sexton. L’ancien d’Alabama est-il une bonne pioche ? La Draft reste un exercice aléatoire, mais Cleveland a choisi un meneur de jeu – le choix Kyrie Irving leur avait bien réussi – que Tyronn Lue connait bien, un jeune homme capable de mettre du rythme en attaque et de mettre la pression sur les meneurs adverses. De quoi dynamiser une formation jusque-là très dépendante de son ex-King.

Une prime à la stabilité ?

Si on parle tant des deux hommes, c’est qu’ils sont les seuls véritables paris de l’été dans l’Ohio. Pour le reste, Cleveland possède un mélange de jeunesse et d’expérience. Il y a les historiques pour assurer une continuité dans le discours, de Tyronn Lue sur le banc au revenant Channing Frye au bout de celui-ci, ou J.R. Smith, Tristan Thompson et Kyle Korver.

Côté vétéran, George Hill jouera les mentors pour Collin Sexton – même si ça n’avait pas forcément bien marché à Sacramento avec De’Aaron Fox. Et puis pour la jeunesse, les Cavaliers ont des joueurs avec déjà un peu d’expérience comme l’énergique Larry Nance Jr., le précieux David Nwaba, le revanchard Sam Dekker, les doués mais irréguliers Jordan Clarkson et Rodney Hood, attendus au tournant, mais aussi les jeunes pépites Cedi Osman et Ante Zizic.

Un joli réservoir à qui il manque indéniablement un patron et un créateur. Kevin Love et Collin Sexton peuvent-ils endosser ces rôles ? Réponses dans quelques semaines. Et si la mayonnaise ne prend pas, Cleveland pourrait, avec quelques manoeuvres, avoir une belle enveloppe à dépenser pour se renforcer l’été prochain.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Collin Sexton, David Nwaba (Bulls), Channing Frye (Lakers), Sam Dekker (Clippers), Isaiah Taylor (Hawks)

Départs : LeBron James (Lakers), Jose Calderon (Pistons), Jeff Green (Wizards), Okario White

LE JOUEUR À SUIVRE : Kevin Love

Alors, Kevin Love a-t-il les épaules pour emmener cette belle troupe en playoffs ? C’est la grande question. Il a déjà été franchise player, du côté de Minnesota, et il n’y était pas parvenu. Mais la donne est moins compliquée qu’à l’Ouest…

Les lieutenants de LeBron James s’en sont généralement plutôt bien sortis après le départ du King, que ce soit Dwyane Wade, Chris Bosh ou Kyrie Irving, pour ressortir de son ombre. Kevin Love a essuyé pas mal de critiques depuis son arrivée dans l’Ohio, mais il a indéniablement joué un vrai rôle dans la réussite de l’équipe, et depuis qu’il s’est ouvert sur ses problèmes mentaux, il semble plus libéré et en paix avec lui-même.

À lui d’assumer cette pression nouvelle qui n’est finalement pas trop lourde puisque tout le monde doute de Cleveland, y compris ses fans. Mais ceux-ci semblent prêts à le soutenir. Reste le plan sportif, avec une petite ombre : sa capacité à rester régulier et en bonne santé. L’intérieur a manqué 53 matchs sur les deux derniers exercices…

MOYENNE D’ÂGE : 26.9 ans
MASSE SALARIALE : 115.7 millions (20e sur 30)

SI TOUT VA BIEN

Avec un Collin Sexton qui utilise au mieux la liberté que lui accorde Tyronn Lue, l’attaque de Cleveland reste performante, autour d’un Kevin Love transfiguré. Derrière des deux hommes, Rodney Hood, Jordan Clarkson ou Cedi Osman s’éclatent avec davantage de responsabilités. Débarrassé de la pression du King, certains Cavaliers se révèlent et se lâchent.

Défensivement, ce n’est pas toujours brillant, mais la qualité du groupe permet à l’équipe d’accrocher les playoffs. Déjà une réussite après le départ de LeBron James, et la perte de son énorme influence.

SI TOUT VA MAL

Autant sur Kevin Love que sur Collin Sexton, le costume est un peu trop grand. Le premier fait ses stats, mais n’est plus le « go-to-guy » de Minneapolis, alors que sa défense est de plus en plus exposée. Le second est encore bien trop tendre et désordonné pour assumer la création d’un candidat aux playoffs. Et Cleveland ne l’est pas.

Assez rapidement largué, les Cavaliers se concentrent déjà sur la saison prochaine en manoeuvrant lors de la trade deadline, mais c’est toujours aussi compliqué de se débarrasser de George Hill, J.R. Smith et Tristan Thompson…


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés