Pariez en ligne avec Unibet
  • DAL1.8LA 2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2018/19] 27e – Chicago a-t-il misé sur les bons taureaux ?

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Après les Hawks, les Kings et le Magic, place à des Bulls qui continuent lentement leur reconstruction.

Et comme le montrent Sacramento et Orlando justement, il ne faut pas se tromper quand on repart de zéro. La saison à venir devrait permettre de dire si Chicago a bien fait de miser sur Zach LaVine, Wendell Carter Jr. et Jabari Parker…

Zach LaVine a-t-il les épaules d’un franchise player ?

Un an après avoir démoli son équipe en envoyant Jimmy Butler à Minnesota, le front office a décidé de miser sur le jeune Zach LaVine pour les quatre prochaines années, moyennant un chèque de 78 millions de dollars. Un choix fort pour les Bulls qui refusaient de le voir partir à Sacramento et ont donc égalé l’offre des Kings, faisant de l’arrière la pierre angulaire de leur projet.

La franchise a également fait venir l’enfant du pays, Jabari Parker, pour 40 millions sur deux ans, mais la deuxième saison est une « team option » à la discrétion des Bulls : on pense déjà à l’été prochain dans l’Illinois, avec une intersaison pleine de gros poissons et 20 millions de dollars qui pourraient bien servir.

Reste à savoir s’il faudra essayer d’attirer un « franchise player » potentiel ou si Zach LaVine a les épaules (et les genoux) pour assumer cette tâche. L’ancien Wolf assure être de retour à 100% de ses moyens, mais qu’est-ce que cela signifie concrètement pour Chicago ? Une petite vingtaine de points par match et des gros dunks ? Ou bien de la régularité dans tous les compartiments du jeu et la capacité à porter son équipe soir après soir ? Réponse dans quelques semaines.

Des fondations intéressantes

Des interrogations valables pour Jabari Parker, qui a lui aussi connu de graves blessures, et qui a lui aussi eu du mal à revenir la saison dernière. Mais comme expliqué précédemment, le pari n’est pas risqué. Celui qui a mené à choisir Wendell Carter Jr. ne l’est pas vraiment non plus : l’ancien de Duke fait partie des valeurs les plus sûres de la dernière Draft avec un profil d’intérieur polyvalent à la Al Horford et de belles promesses en Summer League. D’ailleurs, l’autre joueur sélectionné par Chi-Town au premier tour, Chandler Hutchison, a lui aussi montré de bonnes choses à Las Vegas.

Avoir misé sur Lauri Markkanen il y a un an s’est également avéré payant pour Windy City, le Finlandais ayant terminé sa première saison chez les pros dans le cinq majeur des meilleurs rookies avec ses 15.2 points de moyenne par match.

Même chose pour Kris Dunn, qui avait fait le voyage depuis Minny avec Zach LaVine, et qui a franchement redressé la barre après une première année compliquée. Résultat : 13.4 points, 6 passes, 4.3 rebonds, 2 interceptions de moyenne, et le potentiel pour devenir un défenseur sérieux. Une progression qu’on pourrait comparer à celles de ses partenaires Denzel Valentine et Bobby Portis, qui ont eux aussi profité au mieux des minutes distribuées la saison dernière.

Et l’objectif est bien là pour Chicago : faire grandir ses jeunes pousses, avec une équipe qui ressemble de plus en plus à ce que Fred Hoiberg voulait. Il y a des lacunes des deux côtés du terrain, et la route est encore longue, mais avec la poignée d’hommes précités, l’entraîneur a de quoi travailler.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Jabari Parker (Bucks), Wendell Carter Jr., Chandler Hutchison, Antonius Cleveland (Hawks)

Départs : Noah Vonleh (Knicks), Jerian Grant (Magic), Quincy Pondexter (Spurs), David Nwaba (Cavaliers), Paul Zipser, Sean Kilpatrick

LE JOUEUR À SUIVRE : Zach LaVine

Comme son camarade de vol Aaron Gordon à Orlando, Zach LaVine a été promu par son équipe avec la mission de la relancer. Mais les mêmes faibles garanties. On peut d’ailleurs réécrire ce qu’on disait hier pour l’ailier fort du Magic : « c’est sa progression qui déterminera sans doute les ambitions de son club, et il devra donc être à la hauteur. »

Comme pour tous les jeunes joueurs dans ce cas de figure, il s’agit maintenant de trouver de la régularité au plus haut niveau. Que ce soit en terme d’adresse – où il a pêché l’an passé avec 38.3% de réussite en 24 matchs – de leadership ou encore de gestion des émotions. L’arrière a tout fait pour avoir ces cartes entre ses mains et la situation est idéale pour lui, avec désormais la stabilité d’un gros contrat et une équipe où il aura des responsabilités : à lui de jouer.

MOYENNE D’ÂGE : 24.8 ans
MASSE SALARIALE : 105.3 millions (25e sur 30)

SI TOUT VA BIEN

À la manière d’un Victor Oladipo à Indiana, Zach LaVine revient à la rentrée transformé et enfile le costume de All-Star en puissance, tandis que Jabari Parker retrouve son meilleur niveau et apporte une polyvalence bienvenue. Lauri Markkanen franchit lui aussi un nouveau cap, avec un Kris Dunn qui tient la boutique à la mène.

La jeune escouade joue sans frein et fait tourner le système de Fred Hoiberg à plein régime, avec de l’envie, de l’adresse, du rythme, de la hargne. De quoi jouer les poils à gratter dans une conférence Est toujours plus ouverte.

SI TOUT VA MAL

Le court passage raté de Zach LaVine l’an dernier n’avait rien d’anodin : l’arrière ne s’en sort pas alors qu’il doit assumer un rôle de leader. Trop de pression, trop de maladresse, et ce sont tous les plans du front office qui tombent à l’eau.

Jabari Parker n’y arrive pas non plus et l’aventure s’annonce de courte durée à Chicago. Les autres jeunes de l’équipe se débrouillent mais cette saison fait de nouveau place au tanking : il va falloir attendre la Draft pour vibrer un peu, puis tout miser sur la free agency pour tenter d’attirer une vraie superstar à « Chi City ».


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago Bulls en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés