Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Celtics – Cavaliers : les 7 clés du Game 7

C’est « le plus grand moment du sport ». Un à un, à Cleveland, Boston, Houston et Cleveland, les acteurs répètent qu’il n’y a rien de plus beau et intense qu’un Game 7. Tout se joue sur un match, comme en NCAA ou en NFL, et cette saison, on aura donc droit à deux Game 7 pour connaître les deux finalistes. C’est une première depuis 1979, et le premier match couperet est pour cette nuit avec les Celtics qui accueillent les Cavaliers.

Ce sera à 2h30, sur beIN Sports 2 et voici nos 7 clés qui détermineront ce match décisif à l’Est.

1- L’avantage du terrain

Les Celtics ont terminé deuxièmes à l’Est et pour eux, l’avantage du terrain n’est pas à prendre à la légère. Pour preuve, ils sont invaincus dans leur salle depuis le début des playoffs avec 10 victoires en 10 matches. Ils ont profité de cet avantage du terrain dès le premier tour en s’imposant lors de la 7e manche face aux Bucks. De manière plus globale, l’équipe qui reçoit a remporté 80% des Game 7. Mais n’oublions pas que les Cavaliers ont gagné le titre en 2016 dans un Game 7 à l’extérieur…

2- L’absence de Kevin Love

Même si l’intérieur All-Star ne réalisait pas une grande série, il était en double double, et il était le Lieutenant le plus régulier de LeBron James. Son forfait change la donne, surtout au rebond et sur les sorties de balle, car son remplaçant n’a pas le même jeu. Jeff Green est un 3/4, bon sur le jeu de transition, et qui devra se faire violence pour limiter les prises offensives de Boston. En attaque, ce n’est pas un expert du pick-and-pop, et ce n’est pas un véritable danger à 3-points.

En revanche, il aime driver, et c’est ce dont a besoin Cleveland pour éviter de tomber dans un jeu trop statique. Il reste d’ailleurs sur son meilleur match dans la série avec 14 points en 31 minutes.

3- La défense de Tristan Thompson sur Al Horford

C’est l’une des clés les plus importantes, si ce n’est la clé la plus importante de la série. Pour preuve, cette statistique : lorsque Tristan Thompson est sur le parquet, Al Horford tourne à 9.1 points, 7.8 rebonds et 3 passes à 32% aux tirs (sur 36 minutes) et les Celtics affichent un +/- négatif de +3.4 points. Quand Trsitan Thompson est sur le banc, Al Horford est libéré avec 22.7 points, 9.7 rebonds et 4.3 passes à 62% aux tirs (sur 36 minutes) et les Celtics affichent un +/- positif de +19.2 points.

C’est dire si Tristan Thompson est essentiel aux Cavs par sa mobilité et son anticipation, mais aussi sa capacité à changer sur les écrans. Même en s’écartant du cercle, Al Horford n’est pas parvenu à faire la différence. Kevin Love absent, on verra si Brad Stevens décide de muscler le jeu avec Aron Baynes ou s’il répondra avec un ailier polyvalent comme Marcus Morris.

4- L’agressivité de George Hill

Quand George Hill dépasse les 12 points, les Cavaliers gagnent. Voilà une statistique qui prouve que l’ancien meneur du Jazz détient l’une des clés de la série. Alors que J.R. Smith (diminué ?) est transparent dans cette série avec ses 5 points à 24% aux tirs, George Hill apparaît comme la seule menace à l’arrière, capable de libérer un peu d’espace pour LeBron James, même s’il ne l’a pourtant fait qu’à domicile jusqu’à présent. De manière plus générale, il est indispensable que le « supporting cast » des Cavaliers se réveille, et on pense à Jordan Clarkson qui tourne à 6.6 points de moyenne.

5- Le premier quart-temps de Jaylen Brown

A l’instar d’Al Horford, Jaylen Brown donne le ton à la rencontre pour les Celtics. Quand il agresse d’entrée la défense de Cleveland, Boston s’en sort. Lors des trois victoires des verts, il a tourné à 11 points de moyenne dans le premier quart-temps. Dans les trois défaites, ça chute à 5.7 points… D’ailleurs, Tyronn Lue en avait fait une priorité dans le Game 3 : limiter l’influence de Jaylen Brown en début de match.

6- L’adresse à 3-points des Cavaliers

C’est presque une Lapalissade mais quand Cleveland est adroit de loin, ça change beaucoup de choses. Les Celtics sont obligés de défendre plus haut et plus large, et ça laisse des boulevards dans les intervalles pour LeBron James ou dans le dos de la défense. Lors du Game 1, les Cavaliers avaient eu beaucoup de positions ouvertes, mais ils n’avaient pas mis dedans et s’étaient inclinés. Il suffit que JR Smith ou Kyle Korver plantent quelques 3-points pour que Boston soit en difficulté.

7- Fatiguer LeBron James

Comment freiner le meilleur joueur des playoffs ? La star des Cavaliers plane avec des stats incroyables. Mais le LeBron au TD Garden n’est pas le même que le LeBron à la Q Arena. Un exemple avec son adresse à 3-points, de seulement 27% dans la salle des Celtics. On se souvient aussi de son Game 5 en demi-teinte. Mais tout ça semble oublié, et on peut s’attendre à un LeBron James en mode extra-terrestre pour ce qui pourrait être son dernier match avec Cleveland, mais aussi de la saison…

À Boston, on pourrait accélérer le rythme pour l’obliger à courir et à se fatiguer. En l’absence de Kevin Love, on pourrait aussi voir les Celtics insister à l’intérieur pour le provoquer et le pousser à la faute. En défense, multiplier les défenseurs avec Marcus Smart ou Marcus Morris au relais de Jayson Tatum et Jaylen Brown pourrait aussi l’user.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés