Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

DeMar DeRozan : « J’adore notre nouveau style de jeu, et ça se voit dans nos résultats »

Pour sa 4e cape All Star, DeMar DeRozan était particulièrement heureux de jouer à Los Angeles, dans sa ville et devant ses proches et sa famille. L’arrière des Raptors pouvait également avoir le sourire aux lèvres après une première partie de saison largement maîtrisée par son équipe qui trône actuellement tout en haut de la conférence Est, devant les Celtics et les Cavs.

Le scoreur de Toronto a répondu aux questions de Basket USA durant le media day du All-Star Weekend, en n’oubliant pas d’évoquer la belle saison des seconds couteaux de Toronto, mais également la progression entamée, lentement mais sûrement, par les Raptors et leur nouveau style de jeu.

« On n’est pas seulement des athlètes, on est des êtres humains comme les autres »

DeMar, pouvez-vous définir votre état de bonheur en étant All-Star dans votre ville natale de Los Angeles ? 

« Je n’aurais jamais pu imaginer être au All Star Game, dans le cinq de départ, chez moi ! Pour moi, c’est un immense honneur et quelque chose d’incroyable. Je vais en profiter au maximum. Participer au match est évidemment le gros morceau. Mais être à LA, au Staples Center, avec tous ces joueurs, c’est un sentiment incroyable. En plus, avec le nouveau format cette année, on a l’occasion de passer un peu de temps avec des gars de l’autre conférence, qu’on voit d’habitude que deux fois l’année, c’est définitivement une bonne innovation. »

Est-ce encore mieux qu’en 2011 quand vous aviez participé au Rising Stars Challenge, également à LA ?

« Même à l’époque, c’était énorme pour moi de faire partie de ce match entre les rookies et les sophomores. Alors vous imaginez maintenant… »

Vous êtes un des nombreux représentants du basket de Los Angeles, comment pourrait-on définir le style de jeu propre à LA ?

« C’est un style très gracieux mais agressif en même temps ! Si vous regardez les joueurs issus de LA, ils sont tous agressifs mais leur style est toujours gracieux. Un peu comme si le jeu venait à eux trop facilement. Prenez par exemple Paul George ou James [Harden], ils donnent l’impression que le jeu est facile. »

Un des gros sujets du week-end est la prise de parole des athlètes sur des sujets de société, et notamment le racisme dans la société américaine. Pensez-vous qu’il est important de prendre la parole quand on est joueur NBA ?

« Bien sûr. Sans aucun doute. Avec notre plateforme, c’est notre responsabilité d’améliorer ce qu’on peut améliorer. On n’est pas seulement des athlètes, on est des êtres humains comme les autres. Et quand on peut aider une cause et aider à répandre des informations, on doit le faire. »

« Notre banc nous permet parfois de ne même pas avoir à jouer en dernier quart- temps »

Quant à la saison des Raptors, vous êtes actuellement au sommet de la conférence Est, pensez-vous pouvoir garder votre trône d’ici à la fin de saison ?

« On n’est pas le genre d’équipe qui démarre tambour battant, à fond les ballons. Avec nous, c’est un processus durant lequel on sait qu’il faudra être patient et qu’on pourra échouer mais on reviendra aussi plus fort l’année suivante. C’est comme ça qu’on a fonctionné ces dernières années et on continue à avancer et à progresser. »

Votre équipe suit en quelque sorte votre trajectoire personnelle, avec une progression constante. Comment expliquez-vous ce parallèle ?

« Comme le dit Joel Embiid, il faut « Trust The Process ». Il ne faut pas s’attendre à ce que les choses arrivent un jour précis ; il faut traverser ce qu’on a à traverser. Il faut surmonter les échecs, les erreurs, les chutes et trouver le moyen de continuer à être bon. Il faut comprendre que l’on devient grand en passant par tous ces moments difficiles. »

Comment définiriez-vous cette progression de votre jeu : d’un joueur réputé pour ses qualités athlétiques à un attaquant complet, roi du jeu à mi-distance ?

« C’est un combat permanent. On peut utiliser d’autres joueurs comme des repères pour se mesurer à eux. Il faut continuer à bosser comme un acharné pour être le meilleur joueur possible. Quand on veut gagner et accomplir de grandes choses, il faut passer par tout ça, il faut rester droit dans ses bottes et poursuivre son propre parcours, en ne laissant personne dévier ce cours ou te ralentir en chemin. Et durant ce parcours, on obtient ce genre de récompense qui alimente ton envie de persévérer dans cette voie. »

Pouviez-vous envisager une telle évolution durant vos premières années en NBA ?

« Mes premières années en NBA étaient surtout une période d’adaptation à l’aspect physique du jeu. Je travaillais à devenir plus costaud et plus rapide et plus endurant pour être capable de jouer sur de plus longues périodes du match. Encaisser les coups, garder son agressivité. Il y a tellement de choses à apprendre et ça vient au fur et à mesure que ton corps s’endurcit et que tu gagnes en expérience et en savoir faire. Et par la suite, tu choisis les aspects de ton jeu que tu veux améliorer. »

Les Raptors ont profondément changé leur style de jeu cette saison, prenez-vous davantage de plaisir avec un jeu plus collectif et plus de partage des responsabilités ?

« Ça fait partie du processus que j’évoquais tout à l’heure. On veut continuer à s’améliorer. On avait un système qui marchait auparavant mais on est en train de mettre en place un système qui nous permet de fonctionner encore mieux en tant qu’équipe. C’est une autre manière d’évoluer et de nous améliorer collectivement. J’adore notre nouveau style de jeu, et ça se voit dans nos résultats. On gagne des matchs et on joue à un niveau très élevé cette saison. »

De même, votre banc est devenu une de vos forces, avec des joueurs draftés et formés à votre culture locale. Quelle est l’importance de cette seconde unité ?

« J’adore notre banc. Il nous permet à nous, les joueurs plus âgés, de nous reposer plus longtemps. Et parfois de ne même pas avoir à jouer en dernier quart temps ! C’est super de pouvoir souffler comme ça et de n’avoir qu’à encourager nos jeunes gars. »

Comme on est au All-Star Game, quel est le plus beau dunk de l’histoire selon vous ?

« Je ne saurais pas dire quel est le meilleur dunk de toute l’histoire… Il y en a trop ! Le meilleur dunk de l’année, je peux dire que c’est celui de Giannis par-dessus Tim Hardaway Jr. »

Et le pari le plus fou auquel vous ayez assisté entre coéquipiers NBA ?

« C’était probablement un truc du genre : rester la tête sous l’eau pendant 30 secondes dans le bain froid. Un truc un peu fou ! »

Propos recueillis à Los Angeles

DeMar DeRozan Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2009-10 TOR 77 22 49.8 25.0 76.3 0.9 2.0 2.9 0.7 2.3 0.6 0.8 0.2 8.6
2010-11 TOR 82 35 46.7 9.6 81.3 0.9 2.9 3.8 1.8 2.7 1.0 1.8 0.4 17.2
2011-12 TOR 63 35 42.2 26.1 81.0 0.6 2.7 3.4 2.0 2.6 0.8 2.0 0.3 16.7
2012-13 TOR 82 37 44.5 28.3 83.1 0.6 3.3 3.9 2.5 2.1 0.9 1.8 0.3 18.1
2013-14 TOR 79 38 42.9 30.5 82.4 0.7 3.7 4.3 4.0 2.5 1.1 2.2 0.4 22.7
2014-15 TOR 60 35 41.3 28.4 83.2 0.7 3.9 4.6 3.5 2.0 1.2 2.3 0.2 20.1
2015-16 TOR 78 36 44.6 33.8 85.0 0.8 3.7 4.5 4.0 2.1 1.0 2.2 0.3 23.5
2016-17 TOR 74 35 46.7 26.6 84.2 1.0 4.3 5.2 3.9 1.8 1.1 2.4 0.2 27.3
2017-18 TOR 80 34 45.6 31.0 82.5 0.7 3.2 3.9 5.2 1.9 1.1 2.2 0.3 23.0
2018-19 SAN 77 35 48.1 15.6 83.0 0.7 5.3 6.0 6.2 2.3 1.1 2.6 0.5 21.2
Total   752 34 45.1 28.3 82.8 0.8 3.5 4.3 3.4 2.2 1.0 2.0 0.3 19.9

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto Raptors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés