Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.72NEW2.03Pariez
  • CLE3.75NEW1.24Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Prince, un basketteur au caractère bien trempé

Décédé il y a un an, le 21 avril 2016, Prince avait eu droit à un hommage des Wolves (qui lui ont également fait un clin d’oeil dans le clip inaugural de leur nouvelle identité visuelle). La star de la musique funk était certes destinée à faire carrière dans la musique, mais il était aussi passionné de basket. Et il faut croire qu’il n’était pas maladroit avec la balle orange, le kid de Minneapolis !

Il trash talk Magic Johnson

Au lycée, il était même rongé de ne pas pouvoir être titulaire dans son équipe.

« Prince était un excellent joueur. Il était notre sixième ou septième homme », se souvient Richard Robinson, son coach au lycée. « C’était un très bon manieur de ballon, un bon shooteur mais il était très petit [1m60, ndlr]. Il y a de fortes chances qu’il ait été titulaire si le groupe avait été un peu différent. Mais il s’est avéré que ce fut la meilleure équipe de l’histoire de Central [High School à Minneapolis]. Je savais qu’il voulait être titulaire car il savait qu’il avait le niveau. Il était très mécontent, et me l’a exprimé à maintes et maintes reprises ! »

Devenu une icône planétaire par la suite, Prince n’a visiblement pas perdu son jeu et son goût pour le trash talk pour autant.

« Il parlait beaucoup sur les terrains, il croyait qu’il avait un bon tir en suspension. Comme je savais que j’étais face à Prince, je lui laissais un peu d’espace », rigole Magic Johnson.

Devenus très proches avec la star des Lakers, Prince a même demandé à louer le Magic Johnson Theatre. Selon un Magic encore incrédule, il arrivait à 2h du matin « avec un bus rempli de ses amis, tous en pyjamas » pour aller se faire des projections privées.

Personnage charismatique s’il en est, Prince a une part de sa légende, moins connue, en relation directe avec sa passion pour le basket. Une anecdote au long cours qui a été l’objet d’un sketch non moins succulent de Dave Chappelle.

Le sketch de Dave Chappelle 

« Les T-shirts contre les chemisiers »

Narrée avec brio par le regretté Charlie Murphy (le frère d’Eddy), l’histoire plutôt rocambolesque a été confirmée. Et pas qu’une fois !

Par un des proches de Prince, Micky Free.

« Tout ça est vrai », atteste Free dans Esquire. « C’était en 1985. On est rentré chez Prince. Il y avait un groupe de nanas avec Eddie et Charlie [Murphy], moi [Micki Free] et quelques autres. Et, sorti de nulle part, Prince a dit : « Ça vous dirait de jouer au basket ? ». Charlie, Eddie et moi, on s’est regardé en se demandant ce qui lui arrivait. Et Prince a ajouté : « Moi, Micky et Gilbert contre toi [Charlie], Eddie et Oncle Ray ». »

Selon le mythe (le sketch de Dave Chappelle à tout le moins), c’est là qu’un Charlie Murphy moqueur (et un peu trop prétentieux) aurait prononcé cette phrase mythique : « les T-shirts contre les chemisiers » ! Bilan des courses, il s’est fait humilier par Prince encore vêtu de ses habits de lumière !

« On a joué un 3 contre 3. Je ne me souviens même pas si on s’est changé, mais je sais pour sûr que Prince n’a pas changé ses fringues. Et il n’était pas vraiment habillé pour jouer. , c’était juste ses talons ! Il a mis des tennis. Et je me souviendrai toujours de son premier tir, que de la ficelle ! Je le regardais rentrer tir après tir. C’est quoi ce bordel ? Et après le match, ils nous ont fait des pancakes – des pancakes avec des myrtilles. Qu’ils étaient bons ! Traîner avec Prince, c’était magique. »

Tu m’étonnes !?!

Prince humilie les frères Murphy… en chaussures de messe !

Samuel L. Jackson y ajoute une autre punchline délivrée par Prince au détour d’un Christmas Game au Staples Center.

« Je croisais Prince parfois en soirées. Et puis, il organisait des fiestas chez lui le vendredi et le samedi. On habitait pas loin l’un de l’autre. Et un soir de noël, je me retrouve à côté de lui à un match des Lakers. Le sketch de Dave Chapelle venait de sortir et je lui ai demandé si c’était bien vrai. Il m’a répondu que oui : « Et j’étais dans mes chaussures de messe » [rires]. C’est l’expression qu’il a utilisée [rires]. »

Dans l’affaire, on en aurait presque oublié Eddie Murphy. Absent du registre quant à la partie de 3 contre 3, il semblerait que ce bon Eddie avait une autre idée en arrivant dans la Cour du Prince.

« L’autre histoire aussi, celle que Charlie n’a pas révélée, c’est qu’Eddie avait demandé à Prince de jouer son nouvel album pendant le match », révèle un autre témoin de ce match de légende, Gilbert Davison dans GQ. « Il a mis la cassette dans le boom box. Et à la fin du match, Prince est allé balancer la cassette en disant « Laisse moi te poser une question : est-ce que tu me vois arrêter un de mes concerts pour jouer la comédie ? »

Prince savait donc envoyer aussi bien sur le terrain qu’en dehors ! Et il avoue tout. Sans remords ni regret, bien au contraire.

« J’ai vu le sketch et j’ai adoré. Tout ça est une histoire vraie ! Ça s’est vraiment passé. [Mais vous savez bien jouer ?] Evidemment. [Et Charlie Murphy ?] Oh non, il est nul ! Et honnêtement, ce n’est pas pour dire que je suis bon, c’est simplement que lui est vraiment nul ! »

« Il jouait avec la confiance du mec qui a conquis le monde »

En 1998, le journaliste et écrivain Touré, s’est aventuré à jouer un petit match de un contre un face à Prince qu’il souhaitait interviewer. Avec l’idée de développer une relation différente de l’entretien classique, par le biais du basket en l’occurrence. Forcément une bonne idée !

« Il faisait le show. Il bougeait bien et jouait comme ces gars sur lesquels il faut toujours garder un oeil. Prêt à te piquer le ballon et te mettre dans le vent. Mais il était énergique et discipliné, ça jouait vite mais jamais hors de contrôle. A force, on commençait à rater de plus en plus de tirs. Et on a joué en 2 contre 2. Il était un peu trop agressif mais il avait la confiance d’un mec qui a conquis le monde. »

Chers lecteurs, prenez-en de la graine ! Rentrez sur le terrain et jouez-la comme Prince. La confiance qui défonce le plafond, comme dirait Jordan

« Sur une passe aveugle qu’il n’a pas vu venir », poursuit Touré, « je voulais le prévenir et j’ai commencé à prononcer son nom : « Pri… » et je me suis retenu juste à temps. Cela aurait été un faux-pas titanesque, de quoi me faire expulser sur le champ pensais-je. Mais j’ai fait comme si de rien n’était. En revenant avec la balle, Prince s’est marré en me croisant : « Le pauvre ne savait pas comment m’appeler. »

Ah, ces vedettes du show-biz…

« J’étais trop petit pour jouer au lycée », confessera finalement Prince avant de s’échapper sans un au revoir. « Je préfère le tennis de toute manière. »

Et maintenant, le tennis ? Mais qu’est-ce que n’a pas fait ce touche-à-tout ?

La version de Prince

La version de Samuel L. Jackson

Et Magic Johnson sur Prince 

https://www.youtube.com/watch?v=goC1vwOGT5A

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés