Présaison
NBA
Présaison
NBA
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

40 raisons de regretter Rasheed Wallace

En 2010, Rasheed Wallace quittait les parquets. Pas vraiment d’annonce officielle pour lui, et toute l’année 2011, on a guetté un éventuel retour…

A l’époque de ce retrait, nous avions consacré un article hommage à l’une des plus grandes gueules de l’histoire de la NBA.

Pour fêter ses 40 ans, nous proposons de lire, ou relire, ce florilège des raisons qui en faisaient un joueur unique.

– Parce qu’enfant, son lit imitait un terrain de basket et que les lignes étaient peintes sur le sol de la chambre.

– Pour ses années à North Carolina

– Parce qu’il a réussi à sa faire exclure du McDonald’s All-American Game.

– Parce qu’il motivait ses coéquipiers d’université en leur disant : « Allons-y et jouons comme si nous étions Chicago dans NBA Jam ! »

– Parce que si un journaliste voulait l’interviewer à la Fac, il savait qu’il devait aller à la salle jeu vidéo des étudiants. Wallace y était sans arrêt, jouant justement à NBA Jam ou Mortal Kombat II.

– Parce qu’après avoir été dominé par Tim Duncan en 1995, il était un peu déprimé. Quelqu’un lui a alors dit de ne pas s’inquiéter et de « revenir samedi pour botter les fesses de Cherokee Parks. » Wallace a alors répondu : « Oh, je vais le faire. Croyez-moi. » Et il l’a fait.

– Parce qu’il a déclaré, juste après la sortie du premier album de Shaquille O’Neal, « Shaq Diesel » : « Je n’enregistrerai jamais d’album de rap. »

– Parce qu’à North Carolina, il flirtait avec les pom-pom girls adverses en plein match.

– Parce qu’il refusait les interviews d’après-match pour appeler sa mère.

– Parce qu’en 1995, il rata l’avion pour Naui pour être resté trop longtemps dans son lit. Il rata également le suivant.

– Parce que lors de ses premiers jours à North Carolina, il s’approcha d’un étudiant à la cafétéria en lui demandant de lui remplir son verre de Coca-Cola. Alors que le distributeur n’était qu’à quelques pas de là.

– Parce qu’après la défaite au Final Four, il expliqua à un professeur qu’il avait manqué les cours parce qu’il avait honte de se montrer sur le campus.

– Parce que, dans sa première année d’université, il mit Jerry Stackhouse en retard pour une interview après l’avoir forcé à s’arrêter au KFC.

– Parce qu’il appréciait la tranquillité de Chapel Hill, là où se trouve l’université de North Carolina, après avoir grandi à Philadelphie :  « Je devais constamment surveiller mes arrières en espérant ne pas être touché par une balle ou quelque chose comme ça. Mais je suis un garçon de la ville, donc ça me manque parfois. En particulier mes amis. Ils sont tous à Villanova. »

– Parce qu’il se faisait un devoir de rentrer au Smith Center de North Carolina par la partie musée, histoire de pouvoir discuter avec la jolie réceptionniste du lieu.

– Parce qu’il a évité l’équipe d’ESPN qui était venue à North Carolina spécialement pour l’interviewer.

– Parce qu’il a le meilleur pourcentage de réussite de l’histoire de North Carolina.

– Parce qu’à la Fac, il n’aimait pas Halloween et se baladait avec Jerry Stackhouse et Jeff McInnis en se moquant des déguisements des autres étudiants. Un d’eux, bien éméché, l’a alors félicité pour son déguisement de Rasheed Wallace.

– Parce qu’il attirait déjà les coups de sifflet à l’université, comme le confirme Dean Smith : « Nous avons reçu quelques fautes fantômes quand nous avions Rasheed. Je le sais. Il criait juste, il était tellement content après un dunk et, de suite après, il y avait une faute technique. Si j’avais jamais su dunker, j’aurais aussi crié. Si je m’étais élevé dans les airs et que j’avais dunké, j’aurais aussi crié. »

– Parce qu’il a inscrit le panier de la victoire lors du Rookie Game 1996.

– Pour ses années à Portland.

– Parce qu’il était capable de récolter une faute technique uniquement en regardant l’arbitre.

– Parce qu’alors que son coéquipier Carlos Delfino s’était battu avec un adversaire, Wallace prévint les journalistes : « Là d’où il vient, on kidnappe les gens. »

– Parce que lors des playoffs 2005, il marqua un panier primé décisif lors du match 7 des Finales de Conférence face au Miami Heat. Et il chanta une sérénade à Udonis Haslem intitulée « Ne me quitte pas ! »

– Parce qu’il jouait mieux lorsqu’il était en colère. Je disais toujours : ‘Rends-le fou ! Rends-le fous !’ J’adorais le voir se mettre en colère, » expliquait Antonio McDyess. « Quand il se mettait en colère, il rassemblait toutes ses forces. »

– Parce que rendre visite à George W. Bush ne lui plaisait pas tant que ça. « Je n’ai rien à lui dire, » expliquait-il ainsi. « Je n’ai pas voté pour lui. Je ne suis pas excité du tout, c’est juste une partie du truc. »

– Parce que, pour célébrer le titre des Pistons en 2004, il avait fait faire des ceintures de catch pour les joueurs et les différents membres du staff et de l’organisation. Il a assuré qu’il ne porterait jamais la bague parce qu’il n’aimait pas les bijoux. La ceinture ? « Evidemment. »

– Parce qu’interrogé sur la pression qui entourait un match 7, il répondit: « Pression ? Il n’y a aucune pression ni douleur ici. Afghanistan, Iraq et cet autre endroit, Croatie et Bosnie – là, il y a de la pression. Ici, il n’y a qu’un petit panier. »

– Parce qu’il a aussi déclaré : « Certains personnes disent que je suis mauvais et d’autres trucs comme ça. D’un côté, c’est bien. Ça éloigne les racailles et les croque-mitaines. »

– Parce qu’à chaque panier inscrit face à Kwame Brown, il lui expliquait : « Ne t’inquiète pas, mon garçon. Je suis payé pour ça. Je suis payé pour te faire ça. »

– Parce que, selon Brian Grant, il avait la garde-robe la moins chère de la NBA, lui qui se promenait partout en survêtement, même lors d’évènements officiels.

– Pour ses pas de danse d’avant-match.

– Pour son « Ball don’t lie » qu’il criait lorsque son adversaire manquait un lancer sur une faute qu’il estimait ne pas avoir commise.

– Parce qu’il détient le record de fautes techniques en une saison.

– Parce que David Stern a créé une règle pour lui. (Au bout d’un certain nombre de fautes techniques, le joueur hérite d’un match de suspension, suspension qui s’accélère ensuite.)

– Parce qu’après avoir été mis à l’amende pour avoir porté des shorts trop longs, il a fait une interview avec un short extrêmement court.

– Parce qu’en 2008, mécontent d’être appelé pour le All-Star Game alors qu’il avait déjà prévu ses vacances, il prit tous ses shoots de la main gauche.

– Parce que malgré sa réputation, tous ses coachs (ou presque) l’ont décrit comme le joueur modèle. Et ceux qui ont pu jouer avec lui l’ont souvent dépeint comme le coéquipier idéal.

– Parce qu’il avait du talent plein les mains.

– Parce qu’il nous manquera.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés