Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

L’art de la passe décisive selon LeBron James

NBA: Preseason-Washington Wizards at Cleveland CavaliersLors des dernières Finals, LeBron James a rappelé un principe élémentaire : aucune équipe ne peut le tenir en un-contre-un. Après des Finals 2015 où ils s’étaient concentrés sur ses coéquipiers, le laissant travailler en isolation, les Warriors ont vu les Cavaliers s’adapter en juin dernier, utilisant les changements défensifs pour trouver les brèches.

Cette saison, Cleveland continue sur cette lancée et le King se régale.

S’il n’a jamais pris aussi peu de tirs (17.2 par rencontre cette saison), LeBron James n’a jamais autant distribué le jeu (9.7 passes de moyenne). Il faut dire que l’attaque de l’Ohio repose sur sa capacité à attirer l’aide des défenses. Notamment sur le pick-and-roll, où il peut décaler ses shooteurs de loin s’il voit une rotation défensive trop lente.

Ou sur le jeu en isolation.

Evidemment, si LeBron James se contentait d’attirer un deuxième défenseur pour décaler le ballon à 3-points, les défenses se seraient adaptées. Mais sa capacité à trouver ses intérieurs vers le cercle rend la couverture compliquée…

Les bases du jeu de Cleveland sont donc très simples mais avec un joueur à qui il ne faut pas laisser le moindre accès au cercle, tout se complique. Plus sûr que jamais dans son jeu, LeBron James lit ainsi la moindre faille dans la couverture défensive adverse et profite de la moindre aide. Un vrai casse-tête, comme le confie Terry Stotts.

« C’est l’une des choses les plus impressionnantes que j’ai vues », confirme l’entraîneur des Blazers. « Vous aidez LeBron sous le cercle, il trouve un 3-points dans le corner. Vous aidez du côté faible, il trouve un gars pour un 3-points ouvert. Parfois, vous êtes dans une bonne position défensive et il lâche la balle pour un 3-points. Je ne sais pas comment défendre ça ».

« C’est ma responsabilité de savoir où mes gars veulent le ballon »

Toutes les équipes se posent la question car Cleveland accumule les records à 3-points et LeBron James est le passeur sur 40% d’entre eux ! Et c’est sans compter les actions où il a créé le premier décalage qui perdra la défense…

« C’est ma responsabilité de savoir où mes gars veulent le ballon », assure-t-il ainsi. « De savoir comment ils shootent. Je sais que ça n’a pas l’air d’avoir beaucoup de sens mais les gars n’aiment pas les passes de la même façon. Je place bien la balle dans ma main avant de l’envoyer. Je connais les gars qui aiment recevoir le ballon en haut et ceux qui le préfèrent au milieu ou en bas. Je sais où tout le monde veut la balle et j’essaie de la placer au bout moment et au bon endroit. Il ne leur manque plus qu’à tirer. C’est le travail de ces gars qui me permet de faire ça ».

Chef d’orchestre des Cavaliers, LeBron James ne semble d’ailleurs pas forcer plus que ça en ce début de saison. Il accélère quand il sent que son équipe en a besoin et se contente tranquillement de trouver ses shooteurs ouverts après avoir forcé les défenses adverses à lui envoyer une aide défensive. Souvent, ça découle sur un 3-points mais le quadruple MVP peut tout aussi bien trouver son intérieur s’il y a une erreur dans la défense.

La variété des passes utilisées par le King est aussi un facteur de surprise.

« Il brise toutes les règles sur la passe », explique ainsi un scout. « On n’est pas supposé faire une passe en sautant, mais il en fait une arme. On n’est pas supposé faire de passes à travers la défense, mais il envoie des passes éclair qui frôlent les oreilles de deux défenseurs. Il sait toujours où tout le monde se trouve ».

Tyronn Lue n’a peut-être pas mis en place de systèmes extrêmement perfectionnés mais il lui suffit de tirer au maximum profit de la capacité de LeBron James à utiliser les aides défensives adverses pour mettre en place une attaque efficace. En faisant le plein de shooteurs aux côtés du King, c’est souvent la garantie d’obtenir un bon tir.

Sans compter que les changements défensifs employés par de plus en plus d’équipes sont une arme que Cleveland a appris à utiliser. Comme lors des dernières Finals, où il tentait au maximum de se retrouver face à Stephen Curry, LeBron James en a ainsi fait la démonstration récemment face aux Sixers.

En fin de match, et alors qu’ils voulaient creuser l’écart, les Cavaliers demandent ainsi à J.R. Smith d’aller lui poser un écran. Le but de celui-ci est simplement de permettre au King de se retrouver face à Sergio Rodriguez. Avec l’avantage de taille et de poids, l’ailier peut tranquillement passer son opposé et attendre l’aide pour servir Kyrie Irving.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés