Présaison
NBA
Présaison
NBA
ORL98
MIA107
CHI51
ATL46
MIL64
MIN55
DEN25
POR26
LAC
DAL4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Dwyane Wade, meilleur dirigeant de l’année ?

dwyane-wade-keith-allisonOn parle beaucoup des décisions de Chris Bosh et surtout de LeBron James depuis vendredi, mais très peu du travail énorme accompli par Dwyane Wade durant cette intersaison.

Les choses sont allées très vite ces derniers temps, et forcément, l’annonce de LeBron James et l’éclosion de cette nouvelle Dream Team ont tout emporté sur leur passage dans le paysage médiatique.

Toutefois, rendons à César ce qui appartient à César. Si Miami est le grand gagnant de cette intersaison, c’est surtout grâce à son joueur vedette, Dwyane Wade.

Alors que Dan Gilbert, est certainement en train d’acheter toutes les poupées vaudou existantes à l’effigie de James, tandis que son mur est sûrement rempli de petits trous à force d’envoyer des fléchettes sur les posters du King, un homme en particulier peut aller se coucher tous les soirs avec un sentiment de mission accomplie : Dwyane Wade.

Nombreux sont ceux qui sont prêt à élever Pat Riley au rang de recruteur du siècle, mais sans Flash, Riley serait certainement en train de se saouler au fond d’un bar avec Gilbert.

J’ai lu l’autre jour un papier de Dave Hyde, du Sun-Sentinel, plutôt intéressant. C’était quelques jours avant l’arrivée de Bosh.

En fait, Hyde émettait une hypothèse étrange, celle d’un Dwyane Wade envoyé tel un agent secret par Pat Riley. Pour lui, si Wade rencontrait d’autres franchises, c’était simplement dans le but de tout aller rapporter à Riley pour que celui-ci puisse anticiper. Je n’y crois pas du tout, mais l’idée est amusante.

Le problème pour Riley, c’est que, en dehors de sa réputation et de ses 7 bagues de champions, il n’avait pas grand chose à vendre. Et les arguments pour convaincre Wade de rester étaient très maigres, car ne l’oublions pas, ceci aurait pu tourner complètement différemment.

Sekou Smith, qui tient le blog Hang Time, avait imaginé le scénario d’une rencontre avec les différents propriétaires. Pour lui, les Bulls pouvaient arriver en expliquant à Wade : « si tu viens, on a Rose, Noah et Deng, et notre plan est de t’associer avec James, Bosh ou les deux. C’est une équipe gagnante, et en plus, c’est ta ville ». Un discours plutôt aguichant qui ne doit pas être bien loin de celui tenu par Gar Forman ou John Paxson.

Smith a aussi imaginé un discours à peu près similaire pour New Jersey. Et donc, pour lui, que restait-t-il un Pat Riley en dehors d’un : « fais moi confiance, je vais te construire une bonne équipe » ?

L’histoire prouve qu’il a bien fait. Mais ne nous leurrons, celui qui a fait un travail formidable cette semaine, c’est bel et bien Dwyane Wade.

A l’heure où l’on parle beaucoup de la « trahison » de LeBron James, peut-être ne parle-t-on pas assez du véritable exemple de loyauté donné par Wade ces jours-ci. Un joueur de son talent allait forcément être très courtisé, et les différentes franchises décidées à l’attirer ont mis le paquet pour le séduire. Forcément cela fait réfléchir, c’est humain. Mais plutôt que d’attendre de voir ce que feraient les autres pour ensuite prendre sa décision, Wade a décidé de prendre son destin en main.

Tout le monde était concentré sur Bosh et James, et c’est avec eux que Wade voulait jouer. S’il avait voulu Carlos Boozer, David Lee ou un autre, le Heat ce serait d’emblée mis dans la course, ce qui n’a pas été le cas. Non, Wade a commencé cette intersaison avec une seule idée en tête, faire venir ses deux potes. Ou au moins un des deux. Mais surtout, Wade ne voulait pas simplement réunir le trio, il voulait que ce soit à Miami, chez lui, pas ailleurs.

Wade a réussi son coup, et on ne peut que l’applaudir. Il n’a pas simplement joué le rôle de la star qui pense que son simple statut de grand joueur suffira à convaincre n’importe qui de le rejoindre, il s’est investi à fond. Combien de journées, de repas, ou de soirées a-t-il passé avec Bosh ? A en croire la presse, beaucoup. Combien de fois a-t-il tenté de convaincre LeBron James par téléphone ? Même réponse. Wade a déclaré avoir appelé LeBron James en lui disant que, s’il le rejoignait, la presse allait s’acharner sur lui, mais qu’il était assez solide pour encaisser ça.

Je ne dis pas que Pat Riley n’y est pour rien et de plus, ce serait très certainement faux. Mais si aujourd’hui, Miami peut se vanter d’avoir une équipe que l’on surnomme la Dream Team, c’est avant tout grâce à Wade qui est sorti de son rôle de joueur, qui est allé taper à la porte des autres, et qui a trouvé les arguments justes pour les convaincre que Miami était la destination idéale pour eux.

Nul ne doute que Wade n’a pas eu besoin de jouer un rôle de composition pour transmettre tout son amour pour cette ville et pour cette équipe. Car comme il l’a répété à maintes reprises lors de ses exploits sur le terrain de l’American Airlines Arena : « This is my house !!! »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Miami Heat en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés