Summer
league
Summer
league
MIL
CLE21:30
LAC
BRO22:00
IND
MIN23:30
WAS
HOU0:00
NOR
ORL1:30
ATL
SAS2:00
TOR
DEN3:30
GSW
CHI4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le 15 juin 2003, Tim Duncan frôlait le quadruple-double en Finals

NBA – C’est peut-être la plus grosse performance de l’histoire des playoffs puisque le 15 juin 2003, Tim Duncan fut à deux contres de réaliser le premier quadruple-double en postseason !

Ce soir de juin, au SBC Center, les Spurs sont à une victoire du second titre de leur histoire, après celui de 1999. Le premier dans une saison à 82 matchs, histoire de moucher Phil Jackson…

Plus qu’une victoire sur les Nets et la bague est à eux. Tim Duncan a 27 ans. MVP, il rayonne sur la NBA, encore plus sur ces Finals, et ce soir-là, il va dominer les débats comme jamais.

Après être allé chercher le Game 5 dans le New Jersey deux jours plus tôt, les hommes de Greg Popovich – chez qui l’on retrouve déjà un jeune Tony Parker et Manu Ginobili – se retrouvent à San Antonio pour sceller cette finale. Déjà auteur d’un gigantesque Game 1, Tim Duncan tourne à 25 points et 16 rebonds de moyenne, mais sa plus grosse performance, il l’a donc réservée pour l’ultime match.

Face à Jason Collins, Dikembe Mutombo ou Kenyon Martin, le pivot des Spurs va mettre à terre chacun de ses adversaires. Souvent pris à deux, il va disséquer la défense des Nets, pourtant deuxième de la ligue cette année-là. Une performance encore plus impressionnante de l’autre côté du parquet quand TD s’occupe de protéger son cercle.

Une année parfaite

Pourtant, les Spurs sont mis en difficulté par le trio Kidd-Kittles-Jefferson. Il faut attendre le milieu du quatrième quart-temps pour voir les Silver & Black repasser en tête, sur un 3-points de Stephen Jackson, caviardisé par l’homme à tout faire des Spurs. Auteur d’un 19-0 tandis que les Nets butent à huit reprises sur l’épouvantail Tim Duncan, San Antonio fait le break et s’envole vers une victoire (88-77), synonyme de titre.

Logiquement nommé MVP des Finals, Tim Duncan termine ainsi le match avec 21 points, 20 rebonds, 10 passes décisives et 8 contres ! Au total, il en réalisera 32 dans cette finale, un record toujours d’actualité.

« Je suis sûr qu’il n’avait aucune idée de ses statistiques«  réagira Gregg Popovich. « Il était juste concentré sur le match et ce qu’il fallait faire pour gagner. »

Ce soir de juin, Tim Duncan s’est donc approché tout près d’une performance historique : réaliser un quadruple-double. Un exploit réussi par quatre joueurs, Nate Thurmond, Alvin Robertson, Hakeem Olajuwon et comme un symbole, David Robinson, avec lequel il formait les « Twin Towers » et qui prendra sa retraite dans la foulée de ce match. Car on en oublie le principal, Tim Duncan vient de gagner son deuxième titre, au diable donc les statistiques.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités