Histoire News

Ça s’est passé un 15 juin : le jour où Tim Duncan a frôlé le quadruple double en Finals

duncan-2003C’est peut-être la plus grosse performance de l’histoire des playoffs puisque le 15 juin 2003, Tim Duncan fut à deux contres de réaliser le premier quadruple double en playoffs !

Ce soir de juin, au SBC Center, les Spurs sont à une victoire du second titre de leur histoire après celui de 1999. Le premier dans une saison à 82 matches, histoire de moucher Phil Jackson… Plus qu’une victoire sur les Nets et la bague serait leur. Tim Duncan a 27 ans. MVP, il rayonne sur la NBA, encore plus sur ces Finals, et ce soir-là, il va dominer les débats comme jamais.

Après être allé chercher le Game 5 dans le New Jersey deux jours plus tôt, les hommes de Greg Popovich – chez qui l’on retrouve déjà un jeune Tony Parker et Manu Ginobili – se retrouvent à San Antonio pour sceller cette finale. Déjà auteur d’un gigantesque Game 1, Tim Duncan tourne à 25 points et 16 rebonds de moyenne, mais sa plus grosse performance, il l’a donc réservée pour l’ultime match.

Une année parfaite

Tantôt opposé à Jason Collins, tantôt à Dikembe Mutombo ou Kenyon Martin, le pivot des Spurs va mettre à terre chacun de ses adversaires. Souvent pris à deux, il va disséquer la défense des Nets, pourtant deuxième de la ligue cette année-là. Une performance encore plus impressionnante de l’autre côté du parquet quand TD s’occupe de protéger son cercle.

Pourtant, les Spurs sont mis en difficulté par le trio Kidd-Kittles-Jefferson. Il faut attendre le milieu du quatrième quart-temps pour voir repasser les Silver & Black en tête, sur un trois points de Stephen Jackson, caviardisé par l’homme à tout faire des Spurs. Auteur d’un 19-0 tandis que les Nets butent à huit reprises sur l’épouvantail Duncan, San Antonio fait le break et s’envole vers une victoire (88-77) synonyme de titre. Nommé MVP des Finals, Tim Duncan termine le match avec 21 points, 20 rebonds, 10 passes décisives et 8 contres ! Au total, il en réalisera 32 dans cette finale, un record toujours d’actualité.

« Je suis sûr qu’il n’avait aucune idée de ses stats » réagira Gregg Popovich. « Il était juste concentré sur le match et ce qu’il fallait faire pour gagner. »

Ce soir de juin, Tim Duncan s’est donc approché tout près d’une performance historique : réaliser un quadruple double. Un exploit réussi par quatre joueurs, Nate Thurmond, Alvin Robertson, Hakeem Olajuwon et comme un symbole, David Robinson, avec qui il formait les « Twin Towers » et qui prendra sa retraite dans la foulée de ce match. Car on en oublie le principal, Tim Duncan vient de gagner son deuxième titre, au diable les statistiques.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *