Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.73UTA2.12Pariez
  • LOS1.83LA 1.99Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Spurs miraculés !

Les Spurs miraculés !Malgré les blessures de Tony Parker et Tiago Splitter, mais aussi la 6e faute rapide de Manu Ginobili, les Spurs sont parvenus à arracher l’avantage du terrain aux Clippers. Après prolongation et un match dantesque, le champion en titre s’impose 111-107, et une fois de plus, Tim Duncan a été énorme, pendant que Patty Mills enfilait le costume de facteur X. En face, Blake Griffin gâche son triple double par des balles perdues dans le money time.

TP, Babac et Pop ont beau depuis quarante-huit heures réduire l’importance de cette deuxième manche au Staples Center, il ne faut pas complètement les croire. La preuve que San Antonio a pris le pouls de l’enjeu, c’est Tim Duncan qui cornaque la troupe. Quand Mr Fondamentaux attaque un match sur un 4/4 et score 8 des 11 premiers points texans, ne vous méprenez pas : les Spurs sont en mission.

Après deux quart temps, le double MVP affiche un presque parfait 8/9 en 16 minutes. A son image, San Antonio est beaucoup plus appliqué que dimanche (48,8%, 3 balles perdues à la pause). Dans ce schéma, Kawhi redevient Leonard. Le premier quart est bouclé avec 55% aux shoots et un pécule de 4 pts que Blake Griffin (19 pts en 1ère mi-temps) réduira à néant avant un récital en Tim majeur.

Tous les ballons passent par Griffin et Paul

Comme dans le Game 1, L.A réduit son artillerie à 7m03, prenant seulement deux shoots, une rareté cette saison. Le Staples se régale donc plutôt sur les tomars et alley oop de DeAndre Jordan et Griffin. Sur un dunk en back door du All Star, Boris Diaw se prend une soufflante par Popovich, guère complaisant sur ces trous d’air défensifs.

Avec CP3, le trio assure le scoring malgré l’apport de Tiago Splitter dans la raquette texane, et comme d’habitude le banc rapporte peu (6 pts). Il serait toutefois injuste de ne pas remarquer que le +/- d’Austin Rivers en première période était positif. Comme quoi tout arrive. Pop lui peut compter sur ses substituts pour compenser le 0/4 d’un Tony Parker inquiétant.

Maladroit, Parker sort sur blessure

Le trio Diaw-Belinelli-Ginobili donne 5 pts d’avance au champion en titre à la pause ? TD en remet une couche en début de 3e quart pour corser la note (+10) et le Doc demande un temps mort de 20 secondes. La gueulante fait son effet, les Clippers passent immédiatement un 9-2 conclu par le deuxième shoot primé de la soirée de Chris Paul. Il reste 2’41 dans le quart temps quand Pop lance le Hack-a-DJ, cette fois le Doc n’attend pas et sort son pivot après deux passages sur la ligne.

CP3 et BG32 sont alors directement responsables (panier ou passe) de 60 des 66 points angelenos. Monstrueux non ? Patty Mills n’est pas mal non plus. L’Australien enfile deux perles primées consécutives et San Antonio reste en tête (74-77), même en ratant encore trop de shoots ouverts.

L.A punit le Hack-a-DJ au rebond

Danny Green ne manque pas le sien en ouverture du dernier quart. Les Spurs donnent le ton et le princier du soir, Leonard-Duncan vous l’aurez compris, conserve le matelas de +8 jusqu’au deuxième panier de la soirée de J.J Redick, qui oublie l’humiliation du panier jordanesque de Leonard sur son pif. L.A ne veut pas se faire larguer à cinq minutes de l’épilogue mais DJ vendange aux lancers. Pop pourrit le match mais a encore raison.

Heureusement pour le meilleur rebondeur de la ligue que Griffin et CP3 chopent deux rebonds offensifs de suite pour maintenir la pression. Gino prend sa cinquième mais reste sur le parquet. Pop prend des risques et a parfois tort. DJ fait le plein sur son troisième passage et l’Argentin est puni de sa sixième faute. Le Staples exulte puis voit rouge sur une claquette de Babac. DJ revient illico sur la ligne et fait aussi mal que Barnes (50%) mais les Spurs laissent filer trop de rebonds offensifs. Les poignets tremblent des deux côtés, même Duncan y va de sa passe hasardeuse interceptée par Redick. Il reste deux minutes et L.A a refait son retard (90-90). TP a déjà quitté le parquet depuis plusieurs minutes, blessure oblige.

Griffin, la perfection puis les boulettes

Au moment où Belinelli prouve qu’il a des « cojones » Made in Italia, Griffin la joue solo à raison. Duncan se fait alors bâcher par Jordan, CP3 capitalise aux lancers et les Clippers passent devant. Alfred Hitchcock, si d’en haut tu regardes tu dois te régaler comme nous. Cette série était promise énorme, elle l’est. Après une balle perdue de Belinelli, Griffin fonce tête baissée et abandonne lui aussi la gonfle. Mills file en contre attaque, faute. L’Aussie est solide et ne rate pas l’occasion. Les Spurs reviennent de très loin mais il reste encore 8 secondes. Le Doc choisit CP3 pour la gagne, le step back est court et Barnes est à quelques millimètres de remettre le cuir dans le filet. 94-94, on file en prolongation.

Le sang froid de Mills

Green ouvre les hostilités à trois points et TD garde le rythme pour faire douter le Staples. Blake y va de son tomar et Redick de son panier primé mais Mills est grand. San Antonio va surtout profiter d’un passage en force (sur Babac ) puis d’une faute de main de Griffin pour prendre 6 pts d’avance. J.J Redick aura le tir de la seconde prolongation à 104-107, après un tir primé desesparado de Paul : le cuir tournera sur le cercle. Après deux lancers de Mills, Redick redonne un dernier espoir (107-109), à 5 secondes du buzzer. Mills ne se troue pas.

San Antonio s’en sort par la peau d’un fessier sans gras. Blake Griffin ne gardera pas un bon souvenir de son premier triple double en playoffs, c’est lui qui prive ses Clippers d’une performance historique : depuis l’ère Popovich les Spurs n’ont jamais été mené 2-0 au premier tour ! Le champion peut recommander la statue de Duncan à l’entrée du AT&T Center : il faut l’agrandir !

[box boxscore_220415_lac-sas]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés