Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Byron Scott confiant sur le pouvoir d’attraction des Lakers

Lorsqu’il a débuté sa carrière de coach à New Jersey, en 2000, Byron Scott avait aussi connu des débuts difficiles. Sa première saison, il l’avait terminée avec 26v-56d seulement, mais grâce à l’arrivée de Jason Kidd en 2001, ses Nets allaient atteindre la finale lors les deux années suivantes.

Désormais coach des Lakers, il est certain que l’histoire peut se répéter à Los Angeles.

« Le revirement peut se faire aussi rapidement ici qu’à New Jersey, » assure-t-il à Mark Medina. « Evidemment, pour cela, il faut faire un gros coup lors de la free agency et avec nos choix de draft. On a la capacité de le faire. »

S’ils obtiennent un choix de draft parmi les 5 premiers en juin, les Lakers conserveront leur « pick ». Au-delà de la cinquième place, ils devront le céder à Philadelphie (via Phoenix).

Financièrement, ils auront aussi une certaine marge de manœuvre pour recruter et autres bonnes nouvelles, ils enregistreront notamment le retour de Julius Randle, le 7e choix de la dernière draft.

Une prestigieuse histoire mais peu d’arguments concrets

Toutefois, tout n’est pas rose non plus. Kobe Bryant sera encore présent l’an prochain mais personne ne sait vraiment ce qu’il sera en mesure d’apporter après trois saisons marquées par des blessures graves. Sans oublier qu’il va falloir reconstruire un effectif puisque seuls quatre joueurs ont un contrat garanti pour la saison prochaine : Kobe, Nick Young, Ryan Kelly et Julius Randle. Même Jordan Clarkson er Jordan Hill ne sont pas assurés d’être là la saison prochaine.

Les Lakers sont certes une franchise prestigieuse de par leur histoire mais est-ce que cela suffira à peser dans la balance auprès des gros poissons ? Scott le croit.

« Il y a beaucoup de free agents qui adoreraient jouer pour nous. Ils l’ont fait savoir de manière très claire. Vous avez des gars qui, pendant les matches, s’approchent du banc et me disent : Hey coach, j’adorerais être à L.A. l’an prochain. C’est rassurant de savoir qu’il y a des joueurs qui veulent jouer ici. Ils connaissent le club et notre histoire et ils savent que la franchise va revenir sur le devant de la scène. »

Il faudra sans doute un peu plus qu’un brillant passé et de l’argent pour convaincre un ou deux des free agents les plus convoités de les rejoindre. Un vrai projet en quelque sorte.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *