Matchs
hier
Matchs
hier
Pariez en ligne avec Unibet
  • LOS1.52MIA2.7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Preview 2014/2015] Numéro 2 – Cleveland Cavaliers

cavs-lebron-jamesDepuis le 22 septembre, Basket USA vous propose ses traditionnelles previews pour la saison régulière. Comme chaque année, nous avons décidé d’effectuer un compte à rebours, de la 30e à la 1ère place, et ce week-end, on attaque le Top 4, soit virtuellement les finalistes de conférence.

En trois mois, les Cavaliers sont passées du statut de franchise moribonde, incapable de passer un palier et raillée à cause des extravagances de son propriétaire à celui de prétendant au titre. Un exploit possible grâce à la volonté d’un homme : LeBron James, enfant prodige de l’Ohio, un temps honni lors de son départ en Floride et désormais tout proche d’être sanctifié par tout un peuple. Dans son sillage, d’autres joueurs de renom (Kevin Love, Shawn Marion, Mike Miller, etc…) ont suivi et après avoir gagné péniblement 33 matches la saison dernière, l’équipe peut désormais d’atteindre les finales.

ÉTAT DES LIEUX

Mike Brown congédié, c’est David Blatt qui entraînera désormais les Cavaliers. Le coach américano-israélien a d’ores et déjà été adopté par ses joueurs et nul doute qu’il dispose des compétences et de l’aura nécessaires à ce niveau. Le stratège est un adepte du mouvement du ballon et les joueurs de son effectif présentent toutes les qualités nécessaires pour cela. LeBron James en tête, lui qui est presque capable de jouer à tous les positions et surtout de servir ses coéquipiers à la mène, au poste ou à l’aile.

Si le quadruple MVP a adoubé Kyrie Irving pour mener le ballon, sa vision du jeu fera de lui l’autre meneur de l’équipe et le relais du coach. Pour le reste, il aura à cœur de reconquérir un titre perdu la saison dernière afin de ramener le premier trophée de l’histoire du club et finir de rentrer dans la légende. Cette motivation devrait être suffisante à le voir réaliser une grande saison, même si David Blatt pourrait bien le ménager plus que jamais en vue des playoffs, si les résultats suivent.

Quant à Kyrie Irving, il semble plus que jamais prêt à assumer ses responsabilités. Son changement de statut a pu être entrevu lors de la dernière Coupe du Monde durant laquelle le Cavalier a rayonné. Avec Kevin Love, il formera un noyau dur de All-Stars qui présente très peu de faiblesse, hormis en défense. L’ailier fort est prêt à se sacrifier pour le collectif et son talent offensif est tel qu’il ne devrait guère avoir beaucoup d’efforts à fournir pour scorer. Et si l’autre côté du terrain paraît problématique, l’arrivée de Shawn Marion résout en partie cette lacune. Enfin, David Blatt pourra également compter sur la progression de Matthew Dellavedova, très précieux dans la création, Dion Waiters dont le talent n’est plus à prouver et qui devrait bénéficier pleinement de la présence des autres stars ou encore de Tristan Thompson, qui doit lui aussi passer un cap dans l’agressivité et l’abattage dans la peinture.

Compte tenu de l’expérience accumulée par les nouveaux arrivants, l’équipe dispose déjà des fondamentaux requis par un collectif huilé. Au regard de la présaison, la mayonnaise ne devrait pas tarder à prendre et Cleveland promet d’être une formidable machine offensive. Si la défense suit, il y aura peu d’adversaires capables de barrer la route des Cavaliers.

ARRIVÉES

LeBron James (Heat) – Kevin Love (Wolves) – Mike Miller (Grizzlies) – James Jones (Heat) – Brendan Haywood (Hornets) – Lou Admunson (Bulls) – A.J Price (Wolves) – Joe Harris (draft)

DÉPARTS

Andrew Wiggins (Wolves) – Anthony Bennett (Wolves) – Earl Clark (Grizzlies) – Andrew Bynum – Luol Deng (Heat) – Jarrett Jack (Nets) – Sergey Karasev (Nets) – C.J Miles (Pacers) – Tyler Zeller (Celtics) – Alonzo Gee (Nuggets)

LE JOUEUR À SUIVRE

Kyrie Irving

Tout juste récompensé par un contrat maximum très lucratif (90 millions sur cinq ans), le meneur australo-américain va entamer sa quatrième saison dans un contexte particulier : il doit passer un cap alors même que ses responsabilités seront diluées en raison de l’arrivée d’autres leaders tels que LeBron James et Kevin Love. De fait, on pourrait voir Irving dans un rôle similaire à celui que lui a confié Mike Krzyzewski cet été au sein de Team USA : un meneur d’hommes qui devra donner le tempo, gérer le ballon et sanctionner dès que l’occasion se présentera.

Il sera également intéressant de le voir jouer sans ballon lorsque LeBron James posera les systèmes. Paradoxalement, son emprise sur l’équipe devrait s’amplifier alors que ses statistiques devraient stagner, voire diminuer, sans oublier que Matthew Dellavedova pourra lui permettre de souffler régulièrement. Au sein de la sélection nationale, Kyrie Irving a prouvé qu’il pouvait assumer son statut en présence d’autres stars. Chez les Cavaliers, il devra en faire de même et ne pas constamment s’effacer devant LeBron James lorsque le moment viendra.

LE CINQ PROBABLE

Kyrie Irving – Dion Waiters – LeBron James – Kevin Love – Tristan Thompson

LE BANC

Matthew Dellavedova  – James Jones – Mike Miller – Shawn Marion – Anderson Varejao – A.J Price – Lou Admunson – Brendan Haywood – Joe Harris – Shane Edwards

MASSE SALARIALE

71 340 000 dollars (14e sur 30)

OBJECTIF

Le titre. Avec un tel effectif, Cleveland ne peut se permettre d’avoir d’autres ambitions. D’ailleurs, il est intéressant de constater que si, lors de son retour, LeBron James confiait vouloir miser sur la jeunesse et progresser dans le temps, en coulisses les ambitions étaient officieusement bien différentes. En l’état, le club dispose de 3 des 15 meilleurs joueurs de la ligue, sans oublier des vétérans de luxe tels que Shawn Marion dont l’apport était encore inestimable l’an passé à Dallas. Si le poste 5 se montre au niveau, ou du moins suffisamment présent pour les tâches obscures, les Cavaliers ont toutes les cartes en main pour atteindre la finale de la conférence Est.

Après, c’est au collectif forgé par David Blatt de faire la différence ou non. Avant tout début de saison, il s’agit toujours de la plus grande inconnue. Néanmoins, en 2011, le Heat avait atteint la finale NBA, neuf mois après la constitution de son « Big Three ». Aujourd’hui, le club de l’Ohio dispose d’un trio de stars sur la même longueur d’ondes et de joueurs de compléments brillants (si tant est qu’on puisse qualifier Dion Waiters de joueur de complément).

La route ne sera pas non plus sans embûche, notamment devant les Bulls aux grosses ambitions. Mais sur le papier, Cleveland a tout pour briller.

PRONOSTIC

1er de la division Central – 1er de la conférence Est

[poll id= »234″]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés