Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.08TOR1.75Pariez
  • BRO1.13LOS6.6Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Brian Shaw : « Evan Fournier est un super créateur »

Brian ShawPour sa première saison dans le costume du patron, Brian Shaw assume ses choix et sa méthode. Mais il apprend et accepte la critique. Pour l’instant, le bilan est modéré, il en convient sans crier à l’injustice du jugement abrupte. Ses deux premiers mois de règne resteront (injustement ?) marqués par huit défaites consécutives et l’exclusion d’Andre Miller. Dans leur quête identitaire, ses Nuggets auront dû passer par ces deux épreuves pour « effacer le négativisme du vestiaire » et « avoir une équipe où chacun connait son rôle et ne peut plus être frustré », comme nous le résume un joueur. Après un quatrième succès de rang face au Thunder jeudi soir, l’ancien assistant de Phil Jackson et Frank Vogel a passé en revue les sujets de discussion à la mode depuis une semaine à Denver.

Le renouveau collectif et offensif

Notre niveau défensif actuel hausse l’intensité et l’énergie dans les autres secteurs de jeu. En attaque, quand on pousse la balle avant que la défense adverse se mette en place, c’est plus facile. Encore une fois, tout le monde apporte son écot, les titulaires comme les remplaçants. Ty (Lawson) dirige parfaitement la manœuvre, Randy(Foye) est en pleine confiance au shoot, J.J (Hickson) est efficace au rebond, les autres assument parfaitement leur rôle. En ce moment, l’équilibre collectif est impeccable. Les gars savent ce qu’ils ont à faire, ils sont en confiance et le montrent sur le parquet. Il règne aujourd’hui une harmonie collective qui explique ces quatre victoires consécutives et notre adresse extérieure.

L’affaire Andre Miller

Je suis prêt à coacher n’importe quel joueur qui est prêt à accepter son rôle et faire ce qu’il y a de mieux pour l’équipe. En l’état, Andre doit décider de ce qu’il veut faire, en attendant je me concentre sur l’équipe et les gars qui sont aujourd’hui dans le vestiaire (…) Je ne savais pas que Dre n’avait jamais eu de DNP dans sa carrière et pour être honnête, si je pouvais revenir en arrière j’irais le voir avant le match pour lui dire que j’avais fait le choix de changer les rotations. J’avais déjà pris ma décision avant le match, donc si j’avais su, je serais allé le voir pour lui dire « j’ai décidé de réduire et modifier les rotations, ton rôle va changer et ton temps de jeu aussi. » J’ai décidé de ces changements car j’estimais que c’était ce dont avait besoin l’équipe, malheureusement ça a crée cette situation et ça me désole. J’ai le plus profond respect pour Andre Miller, je le suis et l’apprécie depuis ses années NCAA avec Utah. Je ne veux pas être le gars qui le met dans cette position, mais c’est comme ça, il faut aller de l’avant et continuer d’en tirer le positif. Je n’ai pas parlé avec Dre depuis l’incident ce soir là, tout ce qui se passe entre lui, son agent et le front-office, je ne m’en occupe pas. Une fois qu’une décision sera prise, il y aura une réunion d’organisée. C’est à Dre de savoir ce qu’il veut faire, moi je m’occupe pour l’instant des joueurs qui sont là et qui bossent dur pour tirer l’équipe vers le haut.

« J’aurais dû parler avec Andre Miller… »

Le niveau de jeu de Ty Lawson

Ty est plus agressif parce qu’il joue plus. Quand on passe d’une rotation de onze joueurs à huit ou neuf, les titulaires jouent plus et sont logiquement plus en rythme. Ils savent qu’ils vont rester plus longtemps sur le parquet, ça leur donne plus de confiance dans le jeu. Il est évident que Ty est satisfait de son nouveau temps de jeu, ça se voit dans ses performances et son attitude. Face à OKC, il a joué tout le premier quart temps, les quatre premières minutes du deuxième quart temps et quasi tout la seconde période. Tant qu’il garde sa production actuelle, je ne vais pas changer. J’équilibre en lui donnant plus de plages de repos entre les matches.

L’irrégularité des résultats

Les hauts et les bas font partie intégrante d’une saison NBA. Mon talent de dessinateur est inexistant mais sur le tableau dans le vestiaire, j’ai dessiné un encéphalogramme en précisant que quand il n’est pas plat, c’est qu’il y a de la vie. Dans les hauts, nous devons rester consistants et concentrés, dans les bas nous devons rester ensemble et garder la même ligne de conduite. Nous avons appris cette leçon dans la souffrance pendant notre série de défaites. Nous avons alors montré tous les signes d’une équipe qui perd. Heureusement nous avons inversé la courbe et remis les choses en ordre.

Les 19 points d’Evan Fournier face au Thunder

Depuis que je suis là, c’est le meilleur match d’Evan. Il tire le meilleur de son temps de jeu et avec l’absence d’Andre (Miller), il a plus d’opportunités. Nous avons toujours voulu lui donner les chances de progresser et aujourd’hui le contexte lui est favorable. Tant mieux et il en profite pleinement pour nous montrer pourquoi les dirigeants l’ont drafté. Il saisit sa chance. J’encourage toujours les gars à prendre un shoot ouvert, surtout quand le rythme en attaque les provoque. Quand Evan rentre, je veux qu’il shoote quand il est en bonne position. C’est un bon shooteur mais aussi un super créateur, très intelligent. Son instinct lui fait prendre les bonnes décisions.

Propos recueillis à Denver

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires