Summer
league
Summer
league
CHI
MIL22:30
NYK
CHA23:00
BOS
MIA0:30
PHI
DET1:00
TOR
OKC2:30
POR
SAS3:00
DAL
UTH4:30
GSW
PHO5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Pelicans se défoulent sur les équipes de l’Est

NBA – Vainqueurs à Philadelphie cette nuit, les hommes de Willie Green viennent successivement de battre largement les Raptors, les Pacers ou encore les Knicks.

Pelicans

« La première mi-temps a été une belle démonstration de basket. » Après 24 minutes de jeu sur le parquet des Sixers, Willie Green pouvait se frotter les mains. Appliqués des deux côtés du terrain face à un adversaire dépourvu de ses All-stars, Joel Embiid et Tyrese Maxey, ses Pelicans menaient tranquillement… de 29 points (34-63) à la pause.

La suite ? Beaucoup moins aboutie. Encore en tête de 23 points à l’entame du dernier quart-temps, les visiteurs vont trouver un moyen de se faire légèrement peur en encaissant un 12-0 dans la dernière période. Avec seulement 40 points inscrits dans le second acte, les Pelicans ont dû se contenter d’une plus modeste victoire de 8 points (95-103).

« Une victoire reste une victoire, on a trouvé le moyen de nous en sortir à la fin du match. C’est tout ce qui compte », lâche Brandon Ingram (17 points, 7 rebonds et 5 passes) dont l’équipe a compté jusqu’à 35 points d’avance.

Une fin de rencontre marquée par cet énorme contre de Zion Williamson devant Kelly Oubre Jr. qui partait au dunk dans l’espoir de ramener son équipe à moins de 10 points, avec encore trois minutes à jouer. « Z a été fantastique en défense ce soir. Ce contre était énorme […] Ça aide énormément, cet effort, cette mentalité est ce dont on a besoin pour 48 minutes et quand Z joue comme ça, il est très difficile à arrêter », juge Willie Green, dont l’intérieur a terminé avec 23 points et 12 rebonds.

Cette victoire à Philadelphie intervient trois jours après une raclée infligée aux Raptors sur leur parquet, avec notamment un Trey Murphy intenable de loin : +41 ! Encore quelques jours plus tôt, les joueurs de NOLA avaient collé 27 points aux Pacers, en égalant un record de franchise avec 48 points inscrits dans le seul premier quart-temps.

Éviter la case « play-in » cette fois

On peut également citer la grosse victoire sur le parquet des Knicks, le 27 février, avec 23 points d’écart. Un succès suivi par un revers en « back-to-back » dans l’Indiana. Cette bonne dynamique face aux formations de l’Est doit permettre à la franchise de la Nouvelle-Orléans d’atteindre l’un de ses objectifs : se qualifier directement en playoff, sans passer par la case play-in.

Willie Green avait évoqué cet enjeu il y a deux semaines, de l’importance « de franchir une nouvelle étape. Cette étape, pour nous, c’est de ne pas être en play-in. On peut contrôler notre propre destin en accumulant autant de victoires que possible. » En enchaînant ces trois victoires de rang, son équipe (38v-25d) occupe ainsi la 5e place de sa conférence, mais ne compte que deux victoires d’avance sur les Kings (36v-26d), 7e.

CJ McCollum rappelait qu’en se qualifiant directement, son équipe disposerait de quelques jours de repos pour se préparer à un éventuel premier tour. « On n’a pas pu le faire ces deux dernières années. Lorsque vous jouez le play-in, vous devez entrer directement en playoffs sans vous reposer. Ça rend les choses un peu plus difficiles », jugeait le meneur de jeu, dont l’équipe avait buté sur le Thunder l’an dernier, contrairement à l’année précédente avec un play-in remporté face aux Clippers.

Avec encore 19 matchs devant eux, les Pelicans ont les cartes en main pour ne pas se faire peur. Ils pourraient même atteindre le cap symbolique des 50 victoires en saison régulière, ce qui serait une première puis 2008. « On verra, j’aime ce nombre. Si on peut l’atteindre, ce serait super », lâchait Green, optimiste.

Tirs Rebonds
Joueurs MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Bp Int Ct Fte Pts
Zion Williamson 70 31.5 57.0 33.3 70.2 1.7 4.1 5.8 5.0 2.8 1.1 0.7 2.3 22.9
Brandon Ingram 64 32.9 49.2 35.5 80.1 0.7 4.4 5.1 5.7 2.5 0.8 0.6 2.3 20.8
C.j. Mccollum 66 32.7 45.9 42.9 82.7 0.6 3.7 4.3 4.6 1.7 0.9 0.6 1.9 20.0
Trey Murphy Iii 57 29.7 44.3 38.0 81.5 0.7 4.2 4.9 2.2 0.6 0.9 0.5 1.2 14.8
Jonas Valanciunas 82 23.5 55.9 30.8 78.5 2.3 6.5 8.8 2.1 1.4 0.4 0.8 2.7 12.2
Herb Jones 76 30.5 49.8 41.8 86.7 1.0 2.6 3.6 2.6 1.2 1.4 0.8 2.9 11.0
Jordan Hawkins 67 17.3 38.2 36.6 83.8 0.4 1.8 2.2 1.0 0.6 0.3 0.1 1.1 7.8
Jose Alvarado 56 18.4 41.2 37.7 67.3 0.4 1.8 2.3 2.1 0.7 1.1 0.3 1.6 7.1
Naji Marshall 66 19.0 46.3 38.7 79.1 0.8 2.8 3.6 1.9 1.0 0.7 0.2 1.4 7.1
Dyson Daniels 61 22.3 44.7 31.1 64.2 1.0 2.9 3.9 2.7 1.0 1.4 0.4 1.7 5.8
Larry Nance, Jr. 61 19.9 57.3 41.5 77.0 1.5 3.5 5.0 1.9 0.8 1.0 0.3 1.6 5.7
Matt Ryan 28 13.9 43.4 45.1 92.9 0.2 1.2 1.4 0.6 0.7 0.2 0.0 1.1 5.4
Izaiah Brockington 1 3.4 40.0 0.0 0.0 1.0 1.0 2.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 4.0
Jeremiah Robinson-earl 39 8.6 47.4 33.3 75.0 0.6 1.4 1.9 0.5 0.4 0.3 0.1 0.6 2.9
Kira Lewis, Jr. 15 9.6 30.8 10.0 90.9 0.3 0.7 0.9 1.2 0.5 0.3 0.1 0.5 2.9
Dereon Seabron 6 9.2 30.8 50.0 83.3 0.2 1.0 1.2 0.8 0.0 0.3 0.2 0.7 2.3
Cody Zeller 43 7.4 41.9 33.3 60.5 1.1 1.5 2.6 0.9 0.4 0.2 0.1 1.0 1.8
E.j. Liddell 8 2.9 16.7 0.0 100.0 0.0 0.6 0.6 0.1 0.3 0.3 0.3 0.3 0.5
Jalen Crutcher 1 2.7 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0
Kaiser Gates 1 7.4 0.0 0.0 0.0 0.0 1.0 1.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités